Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud-Aveyron : le village de Brusque panse ses harkis

Sud-Aveyron : le village de Brusque panse ses harkis
Sud-Aveyron : le village de Brusque panse ses harkis

Une stèle a été inaugurée ce samedi là où, de 1962 à 1964, vingt-cinq supplétifs de l'armée française en Algérie et leurs familles ont été logés dans un camp de forestage après les accords d'Evian.

Le préfet de l'Aveyron Jean-Luc Combe a dévoilé samedi, à Brusque, une stèle commémorant le camp de forestage où, de 1962 à 1964, 25 harkis et leurs familles, contraints de quitter leur pays d'origine après la guerre d'Algérie, ont été logés dans des baraquements construits à la hâte.

Durant cette période, ils ont été notamment employés par l'Etat dans les forêts avoisinantes.

Un peu partout en France, de semblables camps ou « hameaux de forestage » ont fonctionné jusqu'au milieu des années 1970, dans le but d'intégrer ces populations "déracinées".

Trois camps en Aveyron

En Aveyron, trois “hameaux” ont accueilli les harkis après un transit par le camp militaire du Larzac ; Brusque est le deuxième village où une stèle commémorative a été installée, après Saint-Rome-de-Cernon (Nouzet) en 2013. Le troisième se situait à La Loubière, mais n'a pas encore fait l'objet d'un travail de mémoire spécifique.

« La France n'a pas suffisamment pris en compte la situation des harkis au lendemain des accords d'Évian », a déclaré le préfet, après que Serge Ighilameur, le président de l'association des harkis aveyronnais, et André Bernat, le maire de Brusque, ont évoqué l'histoire de ce camp et le quotidien des familles qui y ont vécu.

Article Source : 

 

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article