Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gard rhodanien : lamri et hacène, fils de harkis marqués à vie et hocine, le harki qui fit trembler la République

Lamri Soualah et Hacène Arfi ont grandi en vase clos dans un camp de fortune, "notre terre natale", disent-ils.

 

- Fils de harkis, Lamri Soualah et Hacène Arfi , font partie des deux dernières familles à quitter le camp de Saint-Maurice-l'Ardoise, en 1976, après la révolte des occupants de cet ancien camp de prisonniers allemands. "On n'a pas eu de jeunesse", soufflent-ils avec, dans les yeux, la fièvre inextinguible de ces écorchés vifs "marqués pour la vie". "On attendait la nuit noire pour aller vider discrètement nos sceaux"

 

- Rapatriés avec les leurs, Hacène et Lamri ont vécu leurs premières années derrière des miradors, des barbelés, un quotidien rythmé par un couvre-feu à 22 h, dans des préfabriqués en tôle ondulée, sans commodité, sans chauffage, insalubres et grouillant de cafards, des douches publiques et des WC collectifs au diable Vauvert.

*******

Hocine Louanchi, le harki

qui fit trembler la République

Gard rhodanien : Louanchi, le harki qui fit trembler la République

Hocine Louanchi

- Il y a quarante ans, du 19 au 21 juin 1975, il prit en otage, avec trois compagnons, le directeur du camp de Saint-Maurice-l'Ardoise, dans la mairie de Saint-Laurent-des-Arbres (Gard).

- La psychiatrie m'a permis de mettre des mots sur mes maux." Aujourd'hui jeune retraité de 62 ans, après trente-cinq ans comme aide-soignant au centre hospitalier d'Arles (il habite dans la commune des Bouches-du-Rhône depuis 1976), dont vingt au service psychiatrie au cours desquels il a eu l'occasion d'accueillir nombre de harkis traumatisés par leur passage dans les camps, Hocine Louanchi est un homme assagi.

- Une sagesse de façade quand le sexagénaire s'épanche sur le seul combat de sa vie qui vaille : la reconnaissance officielle, par la France, de l'abandon des harkis au terme des Accords d'Évian de 1962, qui mettaient fin à la guerre d'Algérie (1958-1962).

"J'ai été et je reste un homme d'action. Mes médailles, ce sont mes actions." Son fait d'armes le plus retentissant est la séquestration du directeur du camp de Saint-Maurice-l'Ardoise et des deux secrétaires de mairie.

Les deux Articles Source sont du : 

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article