Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un demi-siècle après, les rapatriés d’Afrique du Nord toujours réunis

L’Amicale des pieds-noirs de la Dordogne fêtait dimanche

6 Septembre ses 50 ans.

Georges Bocquel, président de l’amicale, a pris la parole. © Photo L. A

*******

- Extraits -

En 1965 « À l’époque, il y a environ 10 000 rapatriés seulement en Dordogne et beaucoup ont adhéré, dont des harkis »  (NDLR : soldats indigènes musulmans engagés aux côtés de l’armée française.

En 2015, être pied-noir, qu'est-ce que cela signifie ? 

« C'est la mémoire de ce que l'on a été, insiste Georges Bocquel, il faut essayer de défendre notre image, car le pied-noir est souvent vu comme un colonisateur alors que les riches colons en Algérie étaient très peu nombreux.

Nous, on était des gens normaux, on n'exploitait pas les populations locales et notre salaire en Algérie pouvait même être inférieur à celui en métropole.»

Un demi-siècle après, les rapatriés d’Afrique du Nord toujours réunis

Article Source : Léa Aubrit ​sudouest.fr

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article