Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 16 octobre inauguration du Mémorial de Rivesaltes en présence du Premier Ministre

Communiqué de presse de militants de la communauté "Harkis"

 

Communiqué de presse

 

Vendredi 16 octobre inauguration du Mémorial de Rivesaltes en présence du Premier Ministre

Bien auparavant et dans le respect du déroulement de la cérémonie inaugurale du Mémorial, nous avions décidé de participer à une autre cérémonie, sur le lieu où des stèles ont été érigées en souvenirs des Espagnols, Juifs, Tsiganes, Harkis....; deux porte-drapeaux, participant à notre action pacifique, se sont associés à cette cérémonie.

Deux personnes que nous avons « imposé » au dernier moment, malheureusement ils étaient les uniques représentants portes drapeaux des anciens harkis, parmi les 30 présents, voici une négligence manifeste du service du secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants !

Vendredi 16 octobre inauguration du Mémorial de Rivesaltes en présence du Premier Ministre

Notre porte-drapeau Madame Aline Carabetta, fille de Harki, accompagnée de Monsieur Medj Medj Séghir, ancien combattant Harki , a interpellé Manuel Valls au sujet de l’absence du respect de l’engagement écrit pris par François Hollande le 05 avril 2012.  :

"Comme je m’y suis engagé, si le peuple français m’accorde sa confiance, je m’engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des Harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil des familles transférées dans des camps en France. Au-delà de cette reconnaissance tant espérée et tant attendue, que l’actuel président sortant a refusé d’accomplir, je veux ici vous faire part de mon intention d’assurer aux Harkis et à leurs descendants la reconnaissance de la République".

Ainsi que sur l’inexistence de moyens réels pour la mise en place des mesures du» dit «Plan Valls» Une action d’interpellation cordiale loin du site Mémorial, une interruption impromptue de cette visite menée jusque-là, au pas de charge !

Face à ses contradictions, le Premier Ministre Valls prit l’engagement de faire le nécessaire.

Est-ce une nouvelle esquive de nos représentants politiques ou une volonté réelle de prendre en considération la légitimité de nos revendications, l’avenir nous le dira.

Par la suite, le Premier Ministre, accompagné de trois ministres, s’est livré à un exercice de rhétorique politique à l’occasion de l’inauguration du Mémorial de Rivesaltes dont la conception minimaliste est inversement proportionnelle à la charge mémorielle de ce lieu de ségrégation et de relégation.

Au même moment, et à proximité de cet espace de mémoires tant attendu, nous avons décidé de mener une autre action de sensibilisation pour exprimer notre mécontentement.

Pour ce faire, une banderole était déployée sur le trajet menant aux stèles. Elle contenait un message simple et clair "A quand la reconnaissance officielle de l’abandon ?". Les militants, quant à eux, avaient revêtus des tee-shirts sur lesquels ils avaient inscrit en couleur rouge sang «HARKIS, loi de reconnaissance» et au dos en noir (couleur de deuil) "1962", année où la France a appliqué cette décision ignominieuse.  Notre tract de "campagne" a été remis aux plus hautes autorités de l’État et nous l'avons également distribué au public de passage. Tout ceci a été organisé lors d'un repérage la veille, le jeudi 15 octobre.

«J’ai vécu ici en 1962. On nous distribuait des boîtes de harengs à la tomate. Je ne peux plus supporter ce goût», se souvient Kader Arif, fils de Harki, ancien ministre des anciens combattants et député PS de Haute-Garonne. «Je comprends la colère des enfants et petit enfants de Harki qui s’estiment oubliés de l’histoire», ajoute-t-il.

Manuel Valls a déclaré à l’ensemble des témoins présents à l’auditorium du Mémorial, parmi lesquels figuraient des Harkis et leurs descendants: «Tous les lieux de mémoires sont les postes avancés de cette reconquête des esprits que nous devons mener au nom de la République et de tous ceux qui se reconnaissent en elle. […] Je le dis: nous avons trop tardé. Le temps de la reconquête des cœurs et des esprits est venu […] Sommes-nous une race où une idée».

Nous répondons à cela, que la reconquête des cœurs et des esprits au nom de la République et de ces citoyens se fera dès lors que la parole publique et politique sera sincère et donc que les engagements soient suivis par des actes y correspondants.

Monsieur le Premier Ministre, Manuel Valls, Monsieur le Secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, auprès du ministre de la Défense, Jean-Marc Todeschini, Monsieur le Député Kader Arif, osez défendre une cause juste. Plutôt que les sempiternelles paroles, aujourd’hui on veut des actes !

« La reconnaissance officielle du drame des familles des anciens harkis et une juste réparation de tous les préjudices subis à travers une loi votée par le Parlement ».

Cette exigence est la pierre angulaire de toutes nos revendications.

Pour le collectif de militants, pour toute information complémentaire, contact  téléphonique

Khaled:

06 22 75 73 04

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article