Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le Harki et son fils maquisard dans la poésie kabyle.

Afficher l'image d'origine

 

VAVAS DHA HARKI, MMIS DHA DJOUNDI

AVRIDH N’TIZI BOUIRENE
DHAVARKANE DHEG KAMYOUNENE

IDAFKANE ADH GUELQOUA
RRATISSAGE DH GUILLOULENE

YOUNES DHEL LARVI M LALENE
STHEPIASSINE IMQAVLENE

OUYRANTID LAGROUB INES
ADH VAVAK IDHIGHDIOUTHENE

OULAMMA VAVA DHABAYOU OUA
NAK
DHADJOUNDI GARAOUENE

***

Père HARKI, Fils Maquisard

La route de TIZI BOUIRENE
Est noire de camions militaires

Que de moyens ils en ont mis
Dans le ratissage d’illoulen

Younes et Larbi se sont croisés
Pour s’affronter à coup de «
pièces »

Il est nargué, dans son propre groupe :
« C’est ton père qui nous tiré dessus »

« Qu’importe si mon père est harki
Moi je suis djoundi parmi vous »

Dans ce poème chanté par la vox populi et qui retrace une vérité cruelle, on se rend à l’évidence du caractère perfide, cynique et cruel du colonialisme.
Ce poème nous narre, le dramatique dilemme vécu par des familles entières qui sont contraintes par l’envahisseur à choisir un camp.

Celui de l’oppresseur naturellement contre celui de l’opprimé. Ici le père est forcé de s’enrôler dans les rangs de l’armée française en tant que harki (en kabyle ABAYOU AOU) et le fils lui a rejoint les maquis du FLN

( Adjoundi ).

Cet exemple, n’est pas unique, il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte qu’il a été érigé en règle générale comme une stratégie des tortionnaires coloniaux.

Le machiavélisme de l’occupant va faire vivre à la population algérienne des moments dramatiques dans lesquels souvent , le fils , le frère , la fille ont été , malheureusement amenés à affronter leur propre père , les armes à la main ( par les pièces : FM ou PM etc. ) dans une guerre dont tous les moyens sont mis en œuvre pour atteindre l’objectif de pacification , de domination , d’asservissement : la spoliation , la concentration de population , la torture le viol et l’assassinat , le génocide.

Moralité : les familles des harkis ont subi, durant la guerre d’Algérie, le plus grand préjudice que le colonialisme ait commis contre l’humanité.

Extrait du livre « La Kabylie : sous le feu croisé des troupes du colonel Amirouche, et des Chasseurs alpins » Abdenour si hadj

Article Source Par abdenour​  Afficher l'image d'origine

*******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

R.G 07/02/2016 21:49

Pour l'instant, la lecture de cet article ne m'inspire que du dégoût. Qu'un Algérien vomisse sur la France, les Pieds Noirs, les Harkis, le colonialisme... nous en avons pris l'habitude. Le pire est que de telles insanités, ignominies, abjections soient relayées par un journal Français. La désinformation continue et bat son plein. La repentance est en route. Une question malgré tout: Comment se fait il que les Pieds Noirs soient si bien accueills en Algérie, comment les Algériens peuvent t-ils recevoir de la sorte leurs bourreaux, leurs tortionnaires. Je ne vois rien d'autre à ajouter à cette lecture très éprouvante pour un Pieds Noirs moyen qui voit les siens une fois de plus trainés dans la boue pour le plus grand plaisir de certains Français qui aiment les voir humilier.

Abidi 07/02/2016 14:10

Ceci, est la guerre la plus dure sur notre planet

Michelle Jirard 07/02/2016 09:40

"caractère perfide, cynique et cruel du colonialisme" - c'est quoi cette rhétorique?
L'ancien fellagah Aït Ahmed avant sa mort, a dit que "les Pieds-Noirs avaient fait de l'Algérie un paradis". Il n'y a pas que les Harkis qui ont été bafoués!