Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guerre d'Algérie : Christian Estrosi refuse de participer aux commémorations des accords de 1962

Guerre d'Algérie : Christian Estrosi refuse de participer aux commémorations des accords de 1962

Christian Estrosi © Radio France

Par Rosalie Lafarge, France Bleu Azur, France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Le Président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur refuse de participer aux cérémonies organisées le 19 mars, en commémoration des accords de 1962.

 

Christian Estrosi ne commémorera pas les accords de 1962 lors des cérémonies du 19 mars. Le Président de la région PACA tient à souligner également qu'il ne s'y fera représenter en aucune manière. Il juge qu'y participer "constituerait une provocation inqualifiable à l'égard de l'ensemble de la communauté rapatriée et des harkis".

 

Le 19 mars, plusieurs cérémonies seront organisées en France pour commémorer ce jour du cessez-le-feu en Algérie. Et pour la première fois, un Président de la République, François Hollande, participera aux célébrations.

19 MARS 1962

Le 19 mars, une date contestée

 

Ce 19 mars est officiellement "journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc". Mais cette date est contestée par des politiques et de nombreuses associations, notamment de harkis et de pieds-noirs.

 

Les opposants au 19 mars rappellent que la guerre ne s'est pas arrêtée après les accords d'Evian et qu'il y a eu de nombreux morts après le cessez-le-feu.

 

"Dans ce combat, je suis et je serai toujours, avec Agnès Rampal, présidente de la commission Euroméditerranée au Conseil Régional, aux côtés des harkis, des rapatriés et du monde combattant, comme je l’ai toujours été. Cette date constitue pour eux un déni de vérité.

Je veux rappeler avec force que le nombre de victimes et de disparus s’est amplifié après le 19 mars 1962 - une date qui, en réalité, marque le début d’enlèvements et du massacre de milliers de civils européens et de harkis" explique Christian Estrosi.

*******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cazeaux 15/03/2016 23:14

Il ne faut pas se laisser prendre à cette posture d'Estrosi, lequel il faut s'en souvenir s'affirme gaulliste, résistant gaulliste même... et qui, lors de l'inauguration du mémorial de Théoule a eu des mots pour le moins affligeants à l'encontre des combattants de l'Algérie française. Cet homme là est une caricature du régime, de gauche ou de droite c'est de peu d'intérêt, qui est à l'origine du drame de notre pauvre et chère Algérie. Le seul fait de se réclamer du "sire de Colombey" est de soi inacceptable pour les enfants d'Algérie que nous sommes, fils de harkis ou d'Européens.
Olivier,
de la 6eme génération de Français implantés en terre d'Algérie.

Rabah BOUALAM 12/03/2016 21:17

Tous mes remerciements Monsieur Estrosi pour votre geste Le 19 Mars 1962 NOIR que je considère est une date de DEUIL pour nos parents abandonné lynché et exécutés sommairement et pour nous leurs enfants qui avons vécu la misère et le grand mépris à ce jour malgré notre age si avancé ici en Algérie.

GROBSHEISER 12/03/2016 17:01

Je suis d'accord avec Christian Estrosi.

R.G 12/03/2016 16:59

Bonjour,

Un Maire courageux.
Mais, combien d'autres aveuglés par la Politique de basse fosse continueront, au mépris des réalités, de participer à cette mascarade de "cessez le feu" Les morts ont été en effet bien plus nombreux après le 19 mars 1962 (coté Français ou pro Fançais) sans parler des disparus, des emprisonnés sans jugement... Cela pourquoi, pour caresser dans le sens du poil un régime outre méditérranée qui n'a que fis de nos morts, c'est son problème...Mais nous Français nous courrons après des voix aux prochanes élections, reniant les belles promesses; une fois de plus.
Comment faisons nous, harkis et Pieds Noirs confondus pour être encore fidèles à la France?
Harkamicalement.