Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les harkis s'impatientent ! M. Hollande...

L'équipe Mon Harki.com attire l'attention de M. le ministre de la défense sur l'impérieuse nécessité pour les harkis et la mémoire nationale ou tout simplement la promesse non tenue de M. Hollande.

Nous demandons, une énième fois, que le Président de la République reconnaisse de manière officielle les responsabilités et les fautes de l'État français dans les évènements qui ont suivi le cessez-le-feu en Algérie du 19 mars 1962.

La France ne doit oublier ni ses instants de grandeur, ni les tragédies qu'elle a traversées où  les responsabilités qui sont les siennes dans le sort réservé aux harkis et à leurs familles.

La mise en place en 2001 de la journée nationale d'hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives a été vécue par celles-ci comme le début de l'apaisement en vue d'une justice sociale réelle et de la réconciliation des mémoires.

Aujourd'hui, les harkis et leurs familles attendent davantage de l'État français. Cette reconnaissance leur a pourtant plusieurs fois été promise.

Les harkis s'impatientent !

Nous demandons à M. Hollande qu'il soit prêt à reconnaître par une déclaration officielle, ses responsabilités dans le massacre et l'abandon de milliers de harkis suite aux accords d'Évian à travers un texte de loi.

Évitons les mesurettes et le clientélisme, cela ne fonctionne plus, votre prédécesseur en a subi les conséquences, notre douleur n'est ni de gauche, ni de droite, il s'agit de parachever cette tragédie afin que cesse la douleur des familles de harkis.

Source : Mon Harki.com 

 

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Un Internaude 08/03/2016 09:51

Vous voulez un texte de loi pour l'abandon des harkis, après le cessez le feu, mais vous n'acceptez pas la commémoration du 19 mars dont une loi a pourtant été votée