Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Simone Veil, l'abandon des harkis, et le télégramme du 12 mai 1962

Afficher l'image d'origine

Simone Veil, née Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, est une femme politique française. Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire jusqu'à sa nomination comme ministre de la Santé, en mai 1974.

aujourd'hui membre de l'académie française

 

Extrait du discours  de réception de madame Simone Veil  a l'académie française

Élue le 20 novembre 2008, elle est reçue sous la Coupole

le 18 Mars 2010

Elle a eu une pensée aux familles de harkis et au télégramme de Mesmer...du 12 mai 1962

Mesdames et Messieurs, on ne peut non plus évoquer ces temps de malheur sans aborder un douloureux dossier. Ancien magistrat, m’étant beaucoup investie pour améliorer la condition des prisonniers du F.L.N. en Algérie et en métropole, je n’en suis que plus à l’aise pour aborder une autre page tragique de notre histoire.

En Algérie, des musulmans avaient accepté de servir dans l’armée française. On les appelait les « moghaznis », ou plus communément les «harkis ».

Leurs effectifs s’élevèrent à 90 000 hommes et leurs familles. Les accords d’Évian stipulaient qu’aucun Algérien ne serait inquiété pour ses engagements passés, notamment dans l’armée française.

Les autorités françaises voulurent croire à ce traité et mirent tout en œuvre pour qu’il fût respecté.

télégramme de Messmer sur l'Abandon des Harkis

Afficher l'image d'origine

Pour nombre d’officiers français, ce fut un déchirement d’abandonner à leur sort des hommes qui avaient partagé leurs combats.

Certains décidèrent leur rapatriement en métropole.

Après y avoir un temps consenti, et ouvert des camps d’hébergement, les autorités françaises publièrent des instructions très strictes mettant fin au rapatriement.

La plupart des harkis durent ainsi rester en Algérie, en butte à l’opprobre et souvent à d’horribles représailles.

Quel fut le nombre de victimes ? Les historiens s’opposent encore sur ces chiffres.

La tragédie de ces familles entières abandonnées laisse en tout cas une tache indélébile sur notre histoire contemporaine.

*******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sana 15/05/2016 12:21

Simone Veil, lors de sa prise de fonction à l'académie française a fait ce discours car elle prenait la place de Messmer décédé, d'où le rappel de la tragédie des harkis.

Avant cet évènement personnel qui l'introduisait alors dans la maison des immortels, je ne sais pas si elle avait déjà eu une position par rapport à la politique ignoble de la France vis à vis des Harkis et cela bien qu'elle fut une rescapée de la shoah.

Après l'indépendance, qu'a-t-elle fait pour les Harkis abandonnés qui (eux ont eu la chance d'échapper à la mort), qui croupissaient dans les prisons algériennes et ce jusqu'à 69 sans avoir été jugés car pas de chef d'accusation, et leurs femmes et enfants livrés à la vindicte des populations pendant la détention de ces derniers, en tant que magistrat ?

Pendant son mandat dans les années 70, période de belle économie, quand la France faisait venir à tour de bras, pour ses industries, les ouvriers algériens, qu'a -t elle fait en tant que politique ?

La tâche indélébile de la tragédie des harkis et leurs familles restera certes dans l'histoire de France mais également dans la conscience de tous ceux qui ont œuvré pour d'une part, laisser faire et d'autre part, pour n'avoir rien fait par la suite.

Sadaoui 11/05/2016 13:21

J'aimerai réagir à l'article consacré à Mme Veil , aujourd'hui membre de l'académie française .

En tant que rescapée de la Shoah , il est tout en son honneur d'avoir eu une pensée aux familles Harkis suite au télégramme de Pierre Messmer du 12 Mai 1962 , mais que ne l'a-t-elle fait plus tôt par exemple en 1974 soit 12 ans après le drame .

Il est , à mon sens , très facile d'attendre 54 ans pour avoir une pensée et ainsi tenter de se soulager l'esprit ou de fuir ses vieux démons , mais il eut été plus courageux d'évoquer la question Harki lorsqu'elle était dans l'action , c'est à dire ministre .

De plus , à ma connaissance , Pierre Messmer a été administrateur colonial puis ministre des armées sous le général de gaulle de qui se revendiquent une foultitude d'hommes politiques actuels et passés dont Valéry Giscard d'estaing dont Mme Veil a été ministre de la santé .

Enfin , avoir une pensée pour un événement , pour quelque chose ou quelqu'un et l'exprimer publiquement devant une assemblée qui n'a aucun pouvoir d'action ne coûte rien , nous sommes encore une fois dans le constat gratuit , très loin de l'action .

En conclusion , je n'ai pas été ému par cette pensée formulée par Mme Veil , 54 ans après les faits , personne pour qui j'ai néanmoins un certain respect , en revanche je le serais si le chef de l'état , dans un moment solennel , à une heure de grande écoute , s'exprime enfin , franchement , courageusement , sans sourciller , en regardant le peuple de France droit dans les yeux , pour dire
" Moi , Président de la République française , représentant de nos institutions , je voudrai ici reconnaître la responsabilité de la France dans l'abandon des familles harkies au lendemain des accords d'Evian , cette responsabilité vaut évidemment pour les familles harkies arrivées en métropole puis parquées dans des camps dans des conditions inhumaines , ces familles ont subies un préjudice irréparable que moi Président je vais tenter humblement de réparer en demandant simplement PARDON ! au nom de la France et en promulguant ensuite une grande loi de réparation dont la France à fait défaut depuis tant d'années envers nos concitoyens arrivés en France après les événements d'Algérie " .

Voilà ce qui pourrait m'émouvoir , me permettre de faire le deuil de mon père assassiné lâchement et dont je n'ai aucun lieu de recueillement

Mais cela reste malheureusement dans le domaine de la science fiction .

C'est beau de rêver ...

( Merci de me publier )

Mohamed Sadaoui

R.G 11/05/2016 12:20

FAUX, Madame WEIL, les autorités ne mirent pas tout en œuvre pour que ce traité fût respecté. Au contraire, elles firent tout pour que nos soldats n'interviennent. Bien sur elle est obligée de reconnaitre ce qui est de notoriété publique mais elle n'a même pas le courage politique de dire que des dizaines de milliers de Harkis et leurs familles ont été massacrés et dit "les historiens ne s'accordent pas sur les chiffres" alors qu'une note des armées (Messmer je crois) dès 1962 mentionnait 150.000 morts. Faux aussi pour les effectifs, il y avait en janvier 1961, 242800 Harkis (au sens large) et 157229 au mois de mars 1962. Quand on veut reconnaître un génocide et elle est bien placée pour en parler (malheureusement pour elle), on le reconnaît mais on ne fait pas de demi mesure en arrondissant les angles. Enfin, c’est mon avis, je trouve que si elle avait e un vrai courage politique, elle n’aurait pas parlé comme cela.