Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Marc TODESCHINI : un ministre fantôme chez les harkis

Par Chérif LOUNES

"Visite du secrétaire d'État aux anciens combattants dans l'Aude qui découvrira une plaque commémorative..." Tiens donc, M. Todeschini commence à s'intéresser au vécu des Harkis? Qu'a-t-il fait depuis sa nomination ? Quel est son bilan ? Qu'en est-il de la loi de reconnaissance? Il était de passage le 12 mai à Aix-en-Provence, et d'après le journal, la Provence, il n'a vu aucune association de harkis ni un ancien camp comme celui de La Anthrone, de Jouques, de St-Maximin, ni Mas Thibert etc. Et ni celui de Fuveau, toujours habité mais écrasé par un chantier immobilier !

Par contre, d'après ce même journal, il est allé à la rencontre à Marseille de la communauté arménienne, il a remis au mémorial de la déportation une légion d'honneur à un déporté à Auschwitz et après un passage au Consulat général de Russie, il a rendu visite au Lycée militaire d'Aix en- Provence dans le cadre du "plan égalité des chances".
À propos des arméniens le journal rapporté des propos de

M.Todeschini prononcés lors de la cérémonie:  "La France continuera d'honorer la mémoire du génocide arménien et de faire en sorte que jamais elle ne soit combattue par les mensonges et les falsifications historiques".

Voilà un discours que les Français musulmans rapatriés, les harkis et leurs familles aimeraient bien entendre !! Et la légion d'honneur pour les harkis survivants ou pour leurs veuves ? Et un "plan d'égalité des chances" en faveur de ceux qui ont vécu dans les camps ?

Ce secrétaire d'État aux anciens combattants a été impliqué récemment dans l'affaire du chanteur de rap Black M. déprogrammé aux cérémonies du centenaire de la Grande Guerre à laquelle prirent part près d'un demi-million de soldats musulmans.

Après avoir prévu ce rappeur il a vite fait marche arrière quand il y a eu des protestations contre ce concert festif sur le lieu de mémoire de Verdun, cette terrible bataille durant laquelle l'Armée d'Afrique avait repris le fort de Douaumont infligeant la première défaite allemande!

 

Depuis sa nomination, M.Todeschini est celui qui n'a pris aucune initiative ni fait aucune proposition ni appliqué la moindre mesure en faveur des Rapatriés au point de nous faire regretter M.Kader Arif. Mais on apprend qu'il va découvrir une plaque commémorative, la belle affaire !

M.Todeschini, au-delà de simples plaques, ce sont tous les camps d'accueil qu'il faudrait déclarer sites historiques classés !

Pauvres Harkis...mais l'histoire tôt ou tard leur rendront justice. D'ailleurs, un certain nombre de plaintes sont en cours par des membres de la communauté harkis qui ont vécu dans les camps.

***

-Voici ci-joint l'article du journal La Provence en date du 12 mai 2016 qui relate le passage à Marseille et à Aix-en-Provence de M.Todeschini.

C'est paru en page "les indiscrets"...c'est peu dire de ce Secrétaire d'Etat qui ne fait RIEN pour les Harkis!

 

Jean-Marc TODESCHINI : un ministre fantôme chez les harkisJean-Marc TODESCHINI : un ministre fantôme chez les harkis

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chérif 14/06/2016 12:55

Merci pour votre commentaire.

Même si ce n'est pas l'objet de l'article et sans vouloir faire la "guerre des chiffres" voici ceux donnés dans un ouvrage collectif écrit sous la direction du Général R.Huré : "L’Armée d’Afrique 1830-1962." Editeur Charles Lavauzelle -Paris 1977.

Bien que les chiffres ne soient pas très précis, sur les 475000 hommes de l’Armée d’Afrique près de 200000 étaient des musulmans d’Algérie, 50000 tunisiens, 35000 marocains, 130000 sénégalais, 30000 malgaches, 40000 indochinois et 3000 somalis.
Pour les seules pertes algériennes on parle de 56000 morts, 80000 blessés et 9000 mutilés.

Pour les détailles des batailles dont celle de Verdun et le rôle de l'Armée d'Afrique vous pourriez lire l'article ci-joint paru en 2015. Merci.
https://blogs.mediapart.fr/cherif-lounes/blog/101115/larmee-dafrique-et-larmistice-du-11-novembre-1918

Mohamed Sadaoui 12/06/2016 21:58

Inexistant ce ministre , un inutile parmi des inutiles !

R.G 12/06/2016 20:38

Bonjour,

Tout ce qui est dit dans cet article et fort pertinent. Ce ministre nous ignore.
Pour ce qui est des chiffres sur les combattants de l'armée d'Afrique, les voici, bien sur, suivant les études, ils divergent (parfois beaucoup), il ne faut pas oublier qu'à la fin de guerre 14/18, il y a eu la grippe Espagnole qui a fait plus de morts que la guerre elle même et cela fausse le nombre de mort, sans parler des disparus qui parfois sont comptabilisés et d'autres fois non.

1) Effectifs français (métropolitains et coloniaux)

- Durant le premier conflit mondial, 7,8 millions de Français furent mobilisés, soit 20% de la population française totale.

- Parmi ces 7,8 millions de Français, figuraient 73.000 Français d’Algérie, soit environ 20% de la population « pied-noir ».

- Les pertes françaises furent de 1.300 000 morts, soit 16,67% des effectifs.

- Les pertes des Français d’Algérie furent de 12.000 morts, soit 16,44% des effectifs.

2) Effectifs africains

- L’Afrique fournit dans son ensemble 407.000 hommes, soit 5,22 % de l’effectif global de l’armée française.

- Sur ces 407.000 hommes, 218.000 étaient des « indigènes » originaires du Maroc, d’Algérie et de Tunisie, soit 2% de la population de ces trois pays.

- Sur ces 218.000 hommes, on comptait 178.000 Algériens, soit 2,28 % de tous les effectifs français.

- L’Afrique noire fournit quant à elle, 189.000 hommes, soit 1,6% de la population totale et 2,42% des effectifs français.

- Les pertes des unités nord africaines furent de 35.900 hommes, soit 16,47% des effectifs.

- Sur ces 35.900 morts, 23.000 étaient Algériens. Les pertes algériennes atteignirent donc 17.98 % des effectifs mobilisés ou engagés.

- Les chiffres des pertes au sein des unités composées d’Africains sud-sahariens sont imprécis. L’estimation haute est de 35.000 morts, soit 18,51% des effectifs ; l’estimation basse est de 30 000 morts, soit 15.87%.

Pour importants qu’ils soient, ces chiffres contredisent donc l’idée-reçue de « chair à canon » africaine. D’ailleurs, en 1917, aucune mutinerie ne se produisit dans les régiments coloniaux, qu’ils fussent composés d’Européens ou d’Africains.

Des Africains ont donc courageusement et même héroïquement participé aux combats de la « Grande Guerre ». Gloire à eux.
Cependant, compte tenu des effectifs engagés, il est faux de prétendre qu’ils ont permis à la France de remporter la victoire. Un seul exemple : le 2° Corps colonial engagé à Verdun en 1916 était composé de 16 régiments. Les 2/3 d’entre eux étaient formés de Français mobilisés, dont 10 régiments de Zouaves composés très majoritairement de Français d’Algérie, et du RICM (Régiment d’infanterie coloniale du Maroc), unité alors très majoritairement européenne.

Bernard Lugan
13/05/2016
[1] Les références de ces chiffres sont données dans mon livre Histoire de l’Afrique du Nord des origines à nos jours. Le Rocher, en librairie le 2 juin 2016.