Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Stèle et panneau commémoratif au hameau du Caneron (32)

La stèle au hameau du Caneron./Photo DDM.

Lors de la séance du conseil municipal de jeudi 1er septembre, Marie-Christine Lacoste, adjointe déléguée à la culture, a informé l'assemblée municipale qu'un plan gouvernemental «harkis» visant à apposer des plaques mémorielles dans les anciens hameaux de forestage à la mémoire des harkis et de leurs proches a été mis en place en novembre 2014. La commune de Mirande ayant eu sur son territoire un hameau de forestage entre 1962 et 1975 a été sollicité par les services de l'Etat, conjointement avec l'Office National des Anciens Combattants et victimes de guerre (ONACVG) et l'Office National des Forêts (ONF) pour déterminer un lieu destiné à implanter une stèle et un panneau commémoratif et, aussi, procéder à la dénomination d'un lieu public.

Lors de la journée nationale d'hommage aux harkis du 25 septembre prochain, une cérémonie d'inauguration de la stèle implantée par l'ONACVG, le 6 juillet dernier, boulevard du Caneron, ainsi que du panneau commémoratif sera organisée par les services de l'Etat à Mirande.

Quant à la dénomination du lieu, le conseil municipal a décidé de nommer le rond-point de la route de Monclar «rond-point du hameau des harkis», un site bien visible à l'entrée du boulevard du Caneron.

Il y a trois ans, les élèves du lycée agricole, avec leur professeur Joëlle Morineau, avaient travaillé sur cet épisode de l'histoire de Mirande : «De 1962 à 1975, à Mirande, des hommes, des femmes, des enfants venant d'Algérie ont vécu dans un camp situé sur ce qui est maintenant le boulevard des Pyrénées, au niveau du quartier du Caneron. 36 familles y ont séjourné, d'abord sous des tentes de l'armée puis dans des petites maisons. Les hommes travaillaient au camp de forestage à la forêt de Berdoues, les femmes restaient confinées au camp.

Ne connaissant pas la langue, elles sont restées en retrait».

On se souviendra désormais de ce chapitre de l'histoire de Mirande.

Afficher l'image d'origine

*******

En mémoire des harkis

 

En 2014, le gouvernement a décidé de mettre en place un plan Harki avec une journée dédiée chaque année le 25 septembre.  Une action spécifique a été décidée avec l'apposition de plaques mémorielles dans les anciens hameaux de forestage harkis (communément appelés "camps de harkis").

A ce titre le 25 septembre prochain deux stèles seront dévoilées, l'une à Mirande boulevard du Caneron, lieu ou résidaient les harkis de 1962 à 1971, la seconde en foret de Berdoues ou se tenaient les chantiers de travail placés sous le contrôle des Eaux-et-Forêts.

Mirande a été la seule commune du Gers à l'époque à héberger des harkis, 26 familles représentant une soixantaine de personnes, d'abord logées sous des tentes de l'armée puis dans des maisonnettes édifiées près de la gare, le long de la voie ferrée désaffectée.

 

En application de ces directives gouvernementales, la sous-préfète de Mirande Anne Laybourne a mis sur pied un comité de pilotage incluant les représentants de diverses associations locales  et de diverses administrations, entre autres l'office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) et l'Office National des Forêts (ONF) toutes intéressées au projet.

Il s'agit de reconstituer l'histoire de cette présence momentanée à Mirande et de la résumer sur des panneaux informatifs au contenu  de nature plus générale, qui seront implantés près des deux stèles déjà en place.

 

Mirande n'a jamais oublié ses harkis, en 2013 les élèves du lycée agricole de Valentées consacré une étude qui a débouché sur la réalisation d'un documentaire et d'une exposition.

Fatma Adda, fille et nièce de harkis, aujourd'hui conseillère régionale avait été un vecteur important de cette action baptisée"on les appelait les harkis".

La revue les trois miroirs en son temps avait déjà consacré un article sur cette page d'histoire mirandaise

Michel Hamon

Le journal du Gers

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LE VAROI 11/09/2016 08:15

bonjour
félicitation a toute les personnes qui ont mi en valeur ce lieu de mémoire dans le département du Gers
toute les actions de communications sur le plan local ...69 anciens camps de harkis ONF
Feront connaître HISTOIRE des familles de harkis sur le plan nationale....
nous avons besoin de l'opinion publique sur le plan nationale pour faire aboutir une reconnaissance nationale....encore une foi il faut mettre en valeur histoire des 75 camps de harkis pour les future génération....c'est notre devoir de mémoire...

l'ancien hameau de forestage de CANERON sera le MEMORIAL des familles de harkis du département du Gers....le seul hameau de forestage de ce département 32

Mohamed Sadaoui 11/09/2016 15:26

Bonjour

Pardon de vous dire les choses ainsi que je le pense .

Soit vous ne comprenez pas qu'on est en train de vous enfumer ? soit vous êtes de mèche avec cette politique ingrate menée par le gouvernement et en particulier par le président Hollande .

Ne croyez-vos pas que l'ordre des choses serait déjà de :

- reconnaitre la responsabilité de l'état envers le génocide de 150000 harkis abandonnés lâchement au lendemain des accords d'Evian
- proposer une bonne fois pour toute une indemnisation à sa juste valeur à la communauté harkie pour tout le préjudice subit ( je vous passe le détail )

Après quoi , nous pourrions alors passer au devoir de mémoire et poser une foultitude de stèles et de plaques plastique

Notre intelligence ne sera pas insultée d'avantage et nous ne nous laisserons pas berner par la pose de ces objets qui ne coûte rien à l'état , que pensent-ils ? que nous allons être émerveillés par ce geste et aller bêtement , le jour venu , mettre LEUR bulletin dans l'urne .

Monsieur Hollande , vous faites déjà partie du passé , vous ne laisserez aucun souvenir dans notre communauté , à l'exception du fait que vous avez été l'homme qui s'est engagé envers nous par écrit et qui n'a pas tenu son engagement or vous savez combien la parole donnée compte chez nous .

Cessez dons la pose inutile de ces stèles et plaques elles ne vous seront d'aucune utilité politique , vous vous êtes volontairement trompé dans la chronologie des choses et vous allez à coup sur le payer en Mai prochain .
Adieu Monsieur le Président