Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Descendants harkis en colère contre la mairie de Graulhet (81)

Les fils et filles de harkis en colère dénoncent l'attitude du maire de la ville./ Photo DDM, J-C C

Les fils et filles de harkis en colère dénoncent l'attitude du maire de la ville./ Photo DDM, J-C C

 

Excédés. Une partie des descendants de harkis de la ville de Graulhet a choisi de créer une association pour porter plusieurs revendications, parfois avec véhémence, avec en ligne de mire Claude Fita, mairie de la ville.

«Autrefois, du temps de monsieur Picarel, la journée nationale des harkis était fêtée. Cela s'est arrêté depuis l'arrivée de monsieur Fita, on se sent comme enterrés vivants» explique Fatima N. Cependant l'absence de commémoration est loin d'être le seul grief de la communauté : «Il y a des emplois réservés pour les enfants de harkis, mais il n'y a jamais eu la moindre embauche à la mairie» souligne Nathalie M. qui évoque un cas précis : «Une candidature avait été retenue mais sur une simple décision, elle a été écartée au profit d'une personne qui ne réside pas sur la commune alors que la connaissance du terrain faisait partie des choses indispensables à connaître».

 

Projet de manifestation

Aujourd'hui l'AFFFHETA (Association de Femmes, de Fils, de Filles de Harkis Et Leurs Alliés) est en passe de voir le jour avec l'organisation d'une grande manifestation rassemblant des responsables de tout le Grand sud.

 

Pour sa part la ville souligne : «A Graulhet en 2001, une cérémonie avait été organisée à l'occasion de la pose d'une plaque en hommage aux harkis au sein du cimetière Saint-Roch. Depuis la ville, comme convenu nationalement, pavoise les édifices publics. Par ailleurs, dans le Tarn, une cérémonie est organisée chaque année à Montredon-Labessonnié».

 

Concernant les emplois réservés, la mairie précise que «la fonction publique territoriale n'est soumise à aucun quota.» L'inscription sur les listes d'aptitude aux emplois réservés ne garantit pas le recrutement dans la fonction publique territoriale comme dans la fonction publique plus généralement.

 

Enfin les services municipaux soulignent que «l'un des critères d'embauche de cet adulte relais reposait sur son lieu de résidence : la personne doit résider dans un quartier politique de la ville, ce qui n'était pas le cas de la candidature en question». L'AFFFHETA quant à elle devrait être créée dans les prochains jours.

J-C C

Actualités

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article