Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Harkis: Hollande nous a déjà menés en bateau en 2012 alors, tant que je n'ai pas vu la loi votée, je n'y crois pas

La France par la voix de François Hollande vient de reconnaître sa responsabilité dans le drame des harkis

REACTIONS - François Hollande, a "reconnu" dimanche " (25/09/2016) les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis" lors d'une cérémonie d'hommage dans la cour de l'Hôtel des Invalides à Paris. Mais dans le village de Mas-Thibert (Bouches-du-Rhône), les harkis accueillent cette annonce avec prudence.

 

Ils l’attendaient depuis 54 ans. La France par la voix de François Hollande vient de reconnaître sa responsabilité dans le drame des harkis. Ce dimanche, aux Invalides à Paris, le président de la République a solennellement reconnu "les responsabilités des gouvernements français" dans l’abandon de ceux restés en Algérie à la fin de la guerre d’indépendance, les massacres qui s'en sont suivi, et les conditions inhumaines d’accueil dans les camps sur le territoire français. C’était une de ses promesses de campagne en 2012 mais cette annonce est accueillie avec prudence par les harkis du village de Mas-Thibert (Bouches-du-Rhône).

 

Ainsi, pour Zohra, fille de harki, cette reconnaissance exprimée par François Hollande arrive un peu tard:

"C'est une honte parce qu'il parle de reconnaissance comme il l'a fait en 2012. Il a voulu récupérer les voix des harkis et de leurs enfants et là, comme il y a des élections dans quelques mois, il nous reparle de reconnaissance…" Et d'ajouter: "Mais on n'attend quoi? On attend que tous les harkis décèdent? On n'oublie tout ce qu'ils ont laissé là-bas: leurs biens, leur honneur… Ils sont mal considérés par l'Algérie et mal vus par les Français. Quelque chose ne va pas".

 

"Nous sommes victimes de la France"

 

"Hollande nous a déjà menés en bateau en 2012 alors, tant que je n'ai pas vu la loi votée, je n'y crois pas", déclare encore Zohra. Car les harkis et leurs descendants exigent une loi qui ouvrira aussi la possibilité d’une réparation financière pour les dommages et les souffrances subis comme l’explique Hocine Louanchi, président de la confédération des musulmans rapatriés d’Algérie. "Nous sommes victimes de la France, s'emporte-t-il. Elle a osé désarmer ses soldats, elle a osé les abandonner et elle a osé nous parquer dans des camps. Moi-même, j'ai été parqué au camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), à celui de Saint-Maurice-l'Ardoise (Gard) ! Pour cela, on demande une réparation financière. On est d'accord avec la proposition de loi des parlementaires de l'opposition qui donnerait 100.000 euros aux anciens et 30.000 euros aux enfants. Chiche".

*******

Cliquez sur la Vidéo pour voir la déclaration

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michlle 03/10/2016 07:25

Merci pour ce "message de l'infamie" rédigé par P. MESMER, aux ordres d De Gaulle - à garder précieusement pour l postérité