Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anciens combattants avec son association, Abdelkader Hamoumou se bat pour la reconnaissance et la mémoire des harkis

ANCIENS COMBATTANTS Avec son association, Abdelkader Hamoumou se bat pour la reconnaissance et la mémoire des harkis

À n'en point douter, l'infatigable président Aldelkader Hamoumou est un représentant important de la cohorte de ceux qui défendent en permanence la mémoire des combattants supplétifs de l'armée française pendant la guerre d'Algérie.

 

Ceux qui, engagés auprès des armées françaises, sont tombés à ce moment-là, ont été reconnus "morts pour la France". On les appelle moghaznis ou harkis.

 

Aujourd'hui, Abdelkader Hamoumou est représentant et porte-drapeau de l'association "Reconnaissance, Histoire, Mémoire, Réparation pour les Harkis". Celle-ci a pour but de travailler sur la mémoire. Et notamment le souvenir des sanglantes représailles dont furent victimes nombre de ces harkis désarmés et abandonnés à leur sort après le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

 

Et qui, encore de nos jours, restent quelque peu victimes d'incompréhensions et de certaines interprétations de leur histoire, même s'ils ont eu droit, le 25 septembre dernier, à une reconnaissance officielle.

 

Ce jour-là, le président de la République, François Hollande, a en effet déclaré : "Je reconnais les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil inhumaines de ceux transférés en France."

 

Enregistrer des témoignages

 

Des propos certainement attendus depuis longtemps par l'association d'Abdelkader Hamoumou, qui se bat pour réhabiliter les harkis, les écouter, enregistrer leurs témoignages et faire valoir leurs droits, à travers les archives d'Aix-en-Provence, les archives militaires - il faut ici souligner l'important travail de l'Onac (Office National des AnciensCombattants).

 

Ainsi le valeureux président Hamoumou, titulaire de nombreuses médailles, décorations et titres de reconnaissance, se dépense sans compter pour faire aboutir ses nombreuses revendications, notamment pour ce qui a trait au contenu des livres d'histoire et de son enseignement.

 

Enfin, et par ailleurs, il ne faut pas oublier l'importance des compagnons d'armes des soldats français dans les périodes les plus tourmentées et se souvenir que la libération de Marseille fut aussi due aux tirailleurs algériens.

 

Marcel Chapapria

LaProvence.com

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article