Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Emmanuel Macron a rencontré des associations harkies

Emmanuel Macron a rencontré ce jeudi des représentations des associations harkies.

Emmanuel Macron a rencontré ce jeudi des représentations des associations harkis. Twitter

Deux mois après la controverse déclenchée par ses propos en Algérie sur la colonisation "crime contre l'humanité", le candidat d'En Marche Emmanuel Macron a rencontré des membres d'associations de Harkis.

Emmanuel Macron a rencontré jeudi matin des associations harkies à son QG de campagne, deux mois après la controverse déclenchée par ses propos en Algérie sur la colonisation "crime contre l'humanité", a-t-il annoncé, leur assurant qu'ils avaient droit que leur histoire soit "reconnue".

 

Le candidat d'En Marche! a diffusé sur Twitter une photo de la rencontre, organisée dans son bureau et pour laquelle la presse n'avait pas été prévenue. "Préparer l'avenir en réconciliant les mémoires. Rencontre ce matin avec les associations de Harkis de France", a-t-il écrit sur son compte officiel.

 

A lire aussi : Les harkis oubliés de "Saint-Laurent-des-Arabes"

 

Avec des associations pieds-noirs, plusieurs associations harkies avaient manifesté leur mécontentement après les propos tenus par M. Macron lors d'une visite en Algérie début février. Dans une interview à une chaîne de télévision algérienne lors de son voyage en Algérie mi-février, le candidat et ancien ministre avait qualifié la colonisation de "crime", de "crime contre l'humanité" et de "vraie barbarie", déclenchant de vives critiques, à droite, au Front national et dans la communauté des "rapatriés".

"Il y a toujours, à propos de cette période de l’histoire de notre pays, une guerre des mémoires. Il est important d’affronter notre passé pour que les Français puissent construire leur avenir commun", a déclaré M. Macron, cité par son entourage. "De ce point de vue, les harkis ont droit à ce que leur histoire soit reconnue, à ce que la façon dont la France s’est comportée soit dite, à ce que leur mémoire soit honorée", leur a-t-il dit lors d'un entretien de plus d'une heure.

Le président François Hollande avait reconnu "les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis"

Concernant la revendication d'indemnisation des préjudices subis, "des engagements clairs ont été pris", selon l'équipe Macron. Musulmans algériens recrutés comme auxiliaires de l'armée française durant la guerre d'Algérie (1954-1962), les harkis étaient chargés de lutter contre les combattants indépendantistes du Front de libération nationale (FLN). Quelque 200.000 d'entre eux ont été recrutés par l'armée française, pendant toute la durée du conflit.

Après les accords d'Evian le 18 mars 1962, 55.000 à 75.000 harkis, ont, selon les historiens, été abandonnés en Algérie et victimes de sanglantes représailles de la part des nationalistes. Quelque 60.000 ont été admis en France. La communauté avait dû attendre 2012 pour que le président Nicolas Sarkozy reconnaisse la "responsabilité" de la France dans "l'abandon" des harkis, quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président François Hollande avait formellement reconnu "les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis".

Le Comité national de liaison des harkis, qui rassemble 150 présidents d'associations, avait annoncé en mars qu'Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon étaient prêts à rencontrer les harkis qui souhaitent discuter de la reconnaissance du "massacre des harkis" à l'issue de la guerre d'Algérie, et des réparations financières.

Source

Logo Paris Match

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MS 20/04/2017 11:41

Bonjour

Tout est dit sur les précédents posts .

Rien de concret comme d'habitude , aucun chiffre , ça sent encore la tapette à souris !
Monsieur Macron , si vous voulez nos bulletins il faut nous proposer un dossier qui tienne la route ce qui n'est pas le cas donc vous êtes recalé , au revoir , au suivant ....

R.G 20/04/2017 10:20

Bonjour,
Cet article comporte des chiffres éronnés. Celui du nombre de morts que certains s'évertuent à diminuer au fil du temps et celui des rapatriés Harkis.
Ce que dit "1962" dans son commentaire est juste. Réconcillier les mémoires ne veut rien dire. Tant que le gouvernement algérien aura à sa tête des dictateurs issus du FLN, il sera totalement impossible de dialoguer avec eux pour réconcillier quoique ce soit. Ils se servent encore des Harkis à toutes les sauces. Dès que quelque chose va mal, c'est la faute aux Harkis ou aux Français.
Par ailleurs quand il est annoncé que le CNLH représente 150 associations Harkis, je voudrai savoir d'où vient ce chiffre. Si c'est le cas, c'est vrai qu'il est représentatif. Pour conclure et au vu des déclarations de Mr Macron, si il est élu, rien ne changera pour les Harkis, il y aura des commissions, des consultations ou autres attrappes nigauds mais, au final rien au niveau des réparations effectives, concrètes. Après, chacun est libre de voter pour qui il veut. Est-ce que les Pieds Noirs ou les Harkis doivent voter uniquement pour un ardent défenseur de notre cause ou pour un programme global qui nous plait en tant que Français à part entière. C'est un choix à faire au moment de glisser notre bulletin dans l'urne.
Harkamicalement.

1962 20/04/2017 00:10

M. Macron ne perd pas le nord. Comme l'avait déjà fait précédemment son lieutenant M.Bernos, il n'a pas tardé à twitter la photo de sa rencontre sur la question harkis avec un groupe dont on n'a pas les noms sauf celui de Gasmi Boaza que cite l'article. C'est dommage aussi de ne pas avoir l'engagement plus franc de M.Macron qui aurait pu dénoncer le crime d'Etat commis contre les 150000 harkis et leurs familles. Ce chiffre est bien réel.
Voici le twitt vague et sans grand intérêt pour l'instant. Tout ça pour ça!
"Préparer l'avenir en réconciliant les mémoires. Rencontre ce matin avec Macron les associations de Harkis de France",

1962 20/04/2017 00:45

Le CNLH est représenté par Gasmi Boaza

Anonymous 19/04/2017 23:00

"Des engagements clairs ont été pris"... Lesquels ? On serait curieux de connaitre ce que Macron propose pour la réparation de tous les préjudices subis. Jusque là, lui comme la plupart des autres candidats, ont été étrangement silencieux au sujet de l'exclusion et de la discrimination subie par les harkis et leurs familles. Que Macron écrive qu'il indemnisera intégralement tout ce qui nous est dû et nous voterons peut-être pour lui parce qu'en réalité, tout ce qu'il l'intéresse car il doute de plus en plus de se retrouver au second tour malgré le soutien de tous les médias, des patrons et des financiers.
Pour ma part, je sais où je me situe et je sais qu'un Macron ne représente pas les "Français d'en-bas".