Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après les faux Moudjahines, les faux Harkis arrivent !

Après les faux Moudjahines, les faux Harkis arrivent !

Algérie (Tamurt) – Si l’affaire des faux Moudjahidine a fait couler beaucoup d’encre et de salive, au point où le nombre de Moudjahidine augmente depuis 1962, alors que naturellement leur nombre diminue, un autre phénomène, lié toujours à la guerre d’Algérie, voit le jour. 

 

Selon un écrivain public de la ville de Tizi Wezzu, très sollicité pour la régularisation administrative en France, plusieurs personnes de la région se sont procurées de fausses cartes d’anciens combattants de l’armée Française, soit des cartes de HarkisC’est un phénomène en Kabylie.

Je connais plusieurs familles kabyles qui se sont présentées comme enfants de Harkis alors que c’est faux. Cela se fait rien que pour obtenir la nationalité Française. Certains de ces demandeurs ont même des parents qui ont fait la guerre contre la France et des grands parents, anciens maquisards et intègres », nous explique le vieux écrivain qui regrette, bien sûr, ce genre d’agissements.

 

 » Les faux Harkis obtiennent bien sûr la nationalité Française et réussissent à s’installer en France aisément. A Tizi Wezzu c’est un nouveau phénomène, mais ce genre de pratiques sont très connues ailleurs en Algérie depuis longtemps », nous révèle notre interlocuteur.» Il n’est pas rare de voir toute une famille installée en France alors que lorsque les curieux veulent savoir par quel moyen, ils ont réussi à régulariser leur situation en France, les concernés trouvent le subterfuge que leur grand père ou arrière-grand-père a fait la deuxième ou la première guerre mondiale.

Ce qui est faux, car aucune loi Française ne garantit la nationalité Française aux descendants des anciens combattants de la deuxième ou la première guerre mondiale.

Là aussi,on voit des milliers d’enfants ou proches des anciens combattants qui ont fait la deuxième mondiale se ruer vers les écrivains publics pour demander leurs « droits ».

Les écrivains profitent de cette situation en donnant de faux espoirs pour des raisons commerciales bien sûr », nous explique l’écrivain public de Tizi Wezzu.

Ravah Amokrane pour Tamurt

*

******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

1962 27/07/2017 23:36

Le problème c'est qu'il y aurait des gens du monde associatif harkis (on ne donnera pas de noms mais ils se reconnaîtront) qui favoriseraient ce genre de pratiques soit pour des raisons familiales soit pecunieres soit par naïveté.
C'est grave.
Les seuls Rapatriés musulmans sont ceux qui arrivés après 1962 se sont vus accorder la reconnaissance de la nationalité française à laquelle ils devaient se déclarer avant 1967.
Tout le reste n'est que subterfuge.

Dufay-dupar 27/07/2017 19:27

Il y a toujours eu des faussaires, a toutes les epoques. C'est regrettable, mais c'est comme ca.