Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les oubliés de l’histoire de Saumur Harkis (49)

Depuis la création de l’Association Harkis’49 de nombreuses activités ont été organisés : recueil de témoignages, aides aux familles, travail de communication et collaboration étroite avec les services

de l’ONACVG pour les cérémonies patriotiques.

Toujours animé par un esprit de solidarité un méchoui a été organisé le  30 juillet 2017, chez le Président, à la satisfaction des adhérents et de leurs familles.

Suite à Voir ici, Cliquez   l'annulation de la commémoration

 du 12 mai par

Monsieur Le Sous-Préfet de Saumur, un courrier a été adressé au représentant de l’état pour lui demander sur quelle base cette décision a été prise. A ce jour l’association n’a reçu aucun courrier motivant cette décision arbitraire, en aucun cas l’ordre public n’était menacé et que cette commémoration se déroule toujours dans un esprit républicain.

Notre département (49) est le seul à avoir été sanctionné les familles de Harkis et les associations d’anciens combattants ne comprennent toujours pas cette décision préfectorale.

Monsieur Alain Ferki Porte-Parole de la fondation du 12 mai Mémoire

et Histoire des Harkis

accompagné de Aïcha   représentante de l'association Harkis Dordogne sont venus à Saumur pour soutenir leur ami Tayeb Kacem Président de l’Association Harkis’49 crée depuis le 24 janvier de cette année.

À cette occasion le 7 août 2017 dans la salle du combattant à Saumur un documentaire "Amère Patrie" a été diffusé à quelques familles de Harkis. Ce film retrace l'arrivée des harkis et leurs familles dans les camps en 1962.

  Alain Ferki a animé cette séance en liaison avec

le Président Tayeb Kacem. Il y a eu des moments d'émotion très forts.

Ce documentaire a tenté avant tout de reconstituer une souffrance collective qui, aujourd’hui encore, en 2017, cherche reconnaissance et place dans notre histoire nationale.

Au lendemain de la guerre d’Algérie, la France débordée par le retour massif des pieds-noirs cherchait, malgré ses promesses et ses engagements, à limiter l'entrée des harkis. Contrainte d’accueillir ceux qui parvinrent à passer la Méditerranée, l’administration française enferma les familles dans des camps de transit aux allures carcérales.

A l'appui d’extraits du film, d’images d’archives et de témoignages poignants, Manuel Gasquet dévoile les dégâts de l’inertie des gouvernements successifs. Isolés dans des hameaux forestiers à l’écart des villages ou parqués dans des camps concentrationnaires, les harkis ont vécu comme au purgatoire, en vase clos, refermés sur eux-mêmes, sous la coupe d’anciens militaires fraîchement démobilisés. En potentats locaux, ceux-ci décidaient des prénoms des nouveau-nés comme des internements disciplinaires en hôpital psychiatrique pour les plus récalcitrants. Orphelins d’une union forcée qui a duré 130 ans, les harkis et leurs enfants reprochent à la Mère Patrie d’avoir failli.

HARKIS 49

Saumur 7 Août 2017 

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Pierre 21/08/2017 18:56

Militaire de carrière à la retraite, j'ai très tôt été confronté aux problèmes de mes camarades Harkis et leurs familles. Je reste toujours solidaire de ces gens qui n'avaient eu comme seul défaut que de faire confiance à la France. Lorsque je vois qu'on accueille à tour de bras des individus qui crachent sur le drapeau français, j'estime que la France pourrait faire un effort pour aider ces gens trop souvent méprisés et oubliés !
Jean Pierre.