Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macron a promis de vite régler le problème harki

André Azni et Boaza Gasmi, à Bias la semaine dernière./ Photo DDM L. M.

Comme il l'avait promis, le Président de la République Emmanuel Macron a reçu hier matin (25/09/2017) à l'Élysée une délégation de harkis dont Boaza Gasmi, président du Comité national de liaison des harkis, et André Azni, président de l'association «Les Harkis et leurs amis», qui avaient tous deux entamé une grève de la faim voilà dix jours. L'entrevue parisienne s'est déroulée à la satisfaction des deux représentants de la communauté harkie. «Nous avons eu une bonne impression», commente Boaza Gasmi.

 

«Nous avons senti chez Emmanuel Macron la volonté de poursuivre le travail entamé par ses prédécesseurs et d'en finir avec ce long feuilleton. Dans les prochaines semaines, un groupe de travail, formé de représentants de l'État et de personnes issues des harkis et de leurs enfants, sera chargé d'établir un rapport avant moins d'un an afin d'évaluer les besoins. Réparation, mémoire, histoire et rapprochement entre la France et l'Algérie ont constitué le fil conducteur de la discussion». À la suite de la première grève de la faim de Boaza Gasmi, en 2013, le secrétaire d'État aux Anciens Combattants d'alors, Kader Arif, avait créé le G12, un ensemble comprenant des harkis et d'anciens militaires de carrière qui ont fini par prendre le dessus. On s'achemine aujourd'hui vers une refonte du G12, où les harkis verraient leur influence renforcée.

 

«Le Président de la République veut avoir affaire à un groupe homogène de harkis parlant la même langue, loin des dissensions qui existent actuellement entre les différentes associations», poursuit Boaza Gasmi.

L'évaluation du montant de la réparation par rapport au préjudice subi, qui y aura droit ? Et les enfants ayant vécu les conditions difficiles des camps de repli à partir de 1962 ? Ces questions seront au cœur des prochaines discussions.

Lucien Mercier

26/09/2017

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Rappel

Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont plus retenus.

Voir la

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Garah 07/10/2017 17:20

Le Clnh prone la division il a fallu que Macron lui donne la le¢on. Les harkis au sens strict si on veut etre rigoureux sont presque tous morts,. Le CNLH veut une reparation pour les seuls membres restes dans les camps oubliant que les autres ont aussi soufferts. En faisant des distinctions le Cnlh apporte du grain a moudre a ceux competents de notre communaute qui se sont toujours abstenus d'une quelconque intervention pour aider la communaute car ils voient la cacophonie qui y regne. Des intellectuels comme Lanscour ont meme une certaine pudeur a defendre une reparation. Comment peut on etant fils ou fille de harki avoir le moindre scrupule concernant cette reparation. Le principe de reparation pour les vrais harkis et leurs enfants qui sont de vrais harkis qui n'ont pas mis sous le tapis les mefaits de l'Algerie, et de la France, pas ceux qui chaque annee se pavane en Algerie. Ceux qui n'ont pas oublie que leur pere ne pouvait se rendre dans le pays de leurs ancetres etant sous citoyen en France. Pour faire un raprochement il faut etre deux refuser comme l'Algerie la libre circulation a ete et sera une faute historique. Personnellement jamais au grand jamais je ne me rendrais dans ce pays. Pas de pardon! Oubier la reparation c'est insulter les harkis leurs familles, massacres en Algerie grace a la France. Desarmes, jeter comme des malpropres des camions, refouler vers l'Algerie pour finir massacrer. C'est oublier ceux survivants enfermes dans les camps, ou place comme des animaux dans des regions desertes, ...c'est oublier les enfants morts de froid.....la liste est longue la France n'a jamais eu une attitude digne vis a vis de ces manants jusqu'a aujourd'hui. Une reparation ne suffira pas a panser les plaies la France merite d'etre trainee elle et sa complice algerienne devant les tribunaux pour crime contre l'humanite. Parler reparation comme certains le font comme si les harkis allaient voler cet argent, comme Lanscou comme si c'etait un abus de droit, les harkis meritent le respect et une reparation. Pas une reparation d'epiciers scrupuleux envers son argent. Macron va donner des millions d'Euro a Hollande, des millions a Rihanna nous nous valons pas ces privilegies! Harkis enfants de harkis reveillez vous vous travaillez, vous etes a la retraite, vous avez ete pistonne, revei!lez vous votre pere merit:e mieux que cela!

Becha 02/10/2017 22:29

Tout les harkis on droit a la meme reparation.

Foudi 02/10/2017 21:49

A condition que chaque departement soit represente sinon ca sert a rien. Non mais je reve raporichement avec. L Algerie!!! pour l instant nous avons d es probblemes plus important a regler. De toutes facon la plupart sont deja proche puisque ils y sont pratiquement tous les ans.

MS 03/10/2017 11:36

Bonjour
Le meilleur exemple est le rapprochement entre la France et l'Allemagne malgrès un passif bien chargé .
Se rapprocher est une forme de pardon qui permet d'élever l'âme , de retrouver une forme de sérénité et d'avancer .
Il est vrai que suite à ce que nous avons vécu , pardonner peut paraitre aujourd'hui très dur , il le faudra pourtant un jour ou l'autre de part et d'autre au risque
de finir sa vie totalement aigri .
Si nous , fils de harkis , ne le faisons pas , je pense que nous passerons à côté de quelque chose , en tout cas , une chose est sur , la troisième génération ne se pose même pas la question .
Crois moi , cela va dans le sens de l'histoire et c'est un fils de harki à qui cela coûte autant qu'à toi qui se permet très amicalement de te le dire .
Autre chose , une réparation matérielle est plus que nécessaire mais elle ne sera psychologiquement pas suffisante au vu des endurances vécues par notre communauté , cela étant , avançons par étape .

BOUALAM 02/10/2017 17:03

Un très grand bravo pour ces personnes qui ne cessent de combattre pour leurs droits, comme pour nos parents qui ont combattu pour la France en y laissant leurs vies et leurs enfants à un destin inconnue et qui dure depuis plus d'un demi siècle,sans oublier bien sur ceux qui n'ont pas eu le privilège de quitter l’Algérie après ce 19 mars 1962 " NOIR " qui ont été lynché ou exécutés sommairement devants leurs femmes et enfants mineurs et qui sont considérés comme des enfants de traitre ,et que les gouvernements Français qui se sont succédé ont fait et continu à faire la sourde oreille envers ceux là .La chose la plus douloureuse est de pas connaitre la tombe ou votre père est enterré après avoir été exécuté sommairement en un jour du mois d'Avril 1962 aussi je vous laisse le soin de sentir ce que j'ai enduré depuis l'age de 12 ans à ce jour ou j'ai 68 ans que nous reste il ?

MS 02/10/2017 18:34

Je comprends ta douleur par rapport à ton père , que dieu ait son âme , j'ai vécu très exactement le même malheur , et depuis l'âge de 4 ans je me demande où est le corps de mon père , comment a-t-il été assassiné , qui l'a assassiné , autant de questions qui me hantent de plus en plus et surtout aujourd'hui à près de 60 ans .
Je suis passé par des moments de haine , de désespoir , de tentative de pardon pour me reconstruire et passer à autre chose , mais rien n'y fait , la douleur est toujours là , elle m'oublie certains jours puis elle revient au galop à d'autres .

A tel point que lors d'un déplacement professionnel à Alger , un jour , en plein après midi , alors que j'avais décidé d'aller humer l'atmosphère algéroise en marchant avenue Mourad Didouche , j'ai soudainement été pris d'un moment de panique au point de rentrer précipitamment à mon hôtel où j'ai eu l'impression de me sentir en plus grande sécurité .
Je sais , c'est totalement illogique , les Algérois qui se promenaient sur cette avenue ce jour là , étaient de paisibles gens qui n'avaient strictement rien à voir avec mon histoire , mais que veux-tu , on ne contrôle pas un corps habité par une hantise lié l'assassinat de propre père .
Je te souhaite en tout cas et sincèrement de retrouver une sérénité vis à vis de ton histoire .