Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué du Groupe de Travail Harki

- Extrait du communiqué GT Harkis -

- Tout est prétexte à demander la démission des uns ou des autres -

Prochaine réunion du Groupe de Travail le mercredi : 11 avril 2018

*******

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

*******

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lisem 14/04/2018 12:52

Je remercie l’intervention de Mr Guy REGAZZACCI. Vous avez raison, nous savons tous que le pécule que certains attendent n’aura pas lieu dans un gouvernement à la politique de restrictions budgétaires.
De plus, depuis 1962, les administrations et les tribunaux nous sortent régulièrement toutes les sommes qui ont été perçues par les uns et les autres et souvent dans une situation inégale. Maintenant, nous souffrons de la perte chaque jour de cette 1ère génération, les mineurs au rapatriement doivent surtout à assurer une retraite descente (ce qui n’est pas le cas pour beaucoup). Mais en dehors de ces considérations matérielles qui seront de plus en plus difficiles à obtenir, il y a aujourd’hui des questions beaucoup plus graves les insultes de « collabo » qui fusent dans les écoles, et sur les bancs de l’assemblé nationale, des administrations qui refusent d’appliquer les emplois réservés, les onacvg qui arborent la non-information lorsqu’on se présente.
La seule chose que je retiens, aujourd’hui, c’est que si nous ne légiférons pas sur un statut qui nous protège matériellement et juridiquement, cette communauté tombera dans l’oubli pour de bon. Il est temps de penser à long terme (par des pensions, assurer les retraites, intégrer notre jeunesse dans des postes types haut-fonctionnaires). Je vous invite à consulter la loi de droit à réparation « imprescriptibles » en tant que anciens combattants et civils victimes de guerre (et non enfants de…associé à immigré). Et si Mme Darieussecq se permet de dire qu’ « il n’est pas question de légiférer par décret comme pour les orphelins de juifs déportés qui en 2000 ont obtenu réparation à hauteur de 27000 euros », c’est une intimidation qui nous montre justement le chemin à suivre.
La communauté reste divisée c’est malheureusement une réalité, et les politiques tentent de nous convaincre de nous « quereller» mais elle n’est que l’expression de la diversité qui compose les populations tribales du Maghreb et des différents traitements subis après 1962. Cependant sa force, c’est qu’elle reste unie sur le même objectif : celui de la reconnaissance effective et de la réparation dites graduelle d’une population liée à un contexte de guerre. Alors posons nous tous la même question : pourquoi ne sommes-nous pas entrés dès 1962, dans le statut dit « de droit à réparation » socle fondateur qui est la base du code des pensions militaire d’invalidité et des victimes civiles de la guerre traduisant la phrase célèbre de Clémenceau : « Ils ont des droits sur nous » ? Ce droit à réparation qui est une notion en perpétuelle évolution et qui a intégré au fil des guerres différentes catégories (exemple loi du 23 janvier 1990, actes de terrorisme touchants les populations civiles). Il est temps de se réveiller et d’arrêter de perdre du temps dans des « querelles de superettes».

saci 08/04/2018 18:46

COMMUNIQUÉ DU CNLH


Le CNLH dénonce la communication non signée publiée le 7 avril 2018 sur le site « Harkisdordogne.com », intitulée : « Extrait du communiqué GT Harkis - Tout est prétexte à demander la démission des uns ou des autres ».

Nous vous informons que le groupe de travail n’a à aucun moment échangé avec cette personne autoproclamée parlant au nom du Groupe de Travail Harkis. Cette personne parle en son nom personnel, sans courage de signer sa communication.

D’autre part, cette attitude nous inspire la réflexion que cette personne se prend pour « un chef de groupe Harki », tandis qu’il n’en existe aucun, laissant croire que « tout va bien dans le meilleur des mondes » et en ce sens, pourrait laisser supposer qu’il existerait une connivence entre les autorités publiques et les autres membres du groupe (partie Harkie) entre lesquels, nous l’avons souligné dans notre précédent communiqué, le débat n’est à ce jour pas clos, et les arbitrages : en cours.

Le CNLH désapprouve l’initiative de cette personne et met en garde les Harkis. Nous vous signalons qu’aucun outil tel que prétendu dans ce communiqué anonyme n’a été mis à notre disposition, que nous considérons pour notre part que le travail n’est pas terminé ; que les points essentiels n’ont pas tous été abordés contrairement à ce que prétend ce rédacteur anonyme. Tout ceci sera bien entendu clarifié.

Cette personne serait-elle dans la confidence ? Dans cette hypothèse, ce gouvernement se moquerait des Harkis, les dés seraient pipés et le rapport déjà sous la presse… ? Ou encore s’agirait-il tout simplement d’un Fantômas à la recherche d’un avancement ?

La question est posée.

Quoi qu’il en soit, toute personne qui chercherait à faire du GTH un piédestal,prétendant parler au nom du groupe, en alléguant de surcroît des propos mensongers au nom dudit groupe, se confronterait ainsi à la colère des Harkis, de France, de Navarre, et surtout du camp de Bias.

À bon entendeur,

Le Porte-Parole du CNLH
Mohand SACI




RAPPEL DE LA LOI :

Code pénal - Article 226-4-1
• Créé par LOI n°2011-267 du 14 mars 2011 - art. 2
Le fait d'usurper l'identité d'un tiers ou de faire usage d'une ou plusieurs données de toute nature permettant de l'identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d'autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.
Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu'elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne.

Guy REGAZZACCI 08/04/2018 10:56

Bonjour,

Pourquoi pas légiférer? Cela permet juste d'aller plus vite dans la mise en place de tel ou tel projet et une fois que sera décidé ce à quoi auront droit les Harkis et descendants. Il faut savoir qu'un décret fait loi. il a exactement la même valeur juridique ue fois édicté.

Mis à part cela, sur la division des Harkis, c'est un peu vrai hélas mais, il ne faut pas leur jeter la pierre car, au vu du parcours plus que tumultueux de cette communauté, cela peut se comprendre. Il suffit de regarder autour de nous, il n'y a pas que les Harkis qui sont divisés sur tel ou tel point alors que tout devrait nous unir (voir l'état de notre pays...)

Il faudrait un leader charismatique? mais, qui. Je n'en vois pas actuellement.
Il y a eu le bachaga Boualem, Mohamed Laradji et quelques autres. Il y a encore le colonel Meliani (très agé) Hacéne ARFI est toujours là... Mais, après, il faut quelqu'un d'APOLITIQUE, ce qui n'est pas toujours le cas.

Pour finir, même si vous êtes divisés, votre passé est commun et vos souffrances aussi et c'est cela qui vous lie malgré tout. Oublions ces divisions et essayons d'avancer ensemble, c'est là l'objectif à attiendre. Laissons travailler ce G.T, INCH Allah comme vous dites. Harkamicalement.

1962 08/04/2018 10:45

Voilà un communiqué au nom du Groupe de travail Harkis (GRH) mais qui n’est pas signé. Est-ce les seuls membres rapatriés musulmans issus des associations harkis c’est à dire les 10 titulaires et leurs suppléants ou bien ce communiqué engage tous les participants à la commission présidée par M. Ceaux?
D’autre part, on nous parle de «propositions qui seront déposées le 10 avril auprès de M.Ceaux et du gouvernement de M.Macron». Or, jusqu’à présent on avait compris que c’était à M.Ceaux de déposer mi mai, comme il l’a dit lui même, un projet de réparation à M.Macron et au 1er Ministre. Voilà de quoi créer de la confusion comme cet autre «Communiqués du CNLH» à voir sur le Site officiel du CNLH (Comité National de Liaison des Harkis) !
https://www.cnlh.fr/communiqués-du-cnlh/

révoltes1975 08/04/2018 09:56

On attendait un communiqué de ce G10 pour dénoncer les propos scandaleux assimilant le mot harkis à celui de «traîtres» prononcés par M.Ferrand chef du groupe parlementaire du parti de Macron et non pas l’éloge de ce dernier. Grave.

memoire des Camps 07/04/2018 21:11

il n’est pas question de légiférer par décret comme pour les orphelins de juifs déportés qui en 2000 ont obtenu réparation à hauteur de 27000 euros.....!!!!

On est diviser....et on restera diviser....et on mourra diviser.....
1 HARKIS + 1 HARKIS = division

Guy REGAZZACCI 07/04/2018 13:54

Bonjour,
Les critiques comme les commentaires sont libres. Toutefois, il faut rester constructif et poli. Certains qui préconisent l’union, l’oublient aussitôt que cela ne va pas dans leur sens.
Concernant ce G.T, il est vrai que sa mise en place a été arbitraire. Miantenant, il faut faire avec et le laisser travailler en espérant que nombres de ses revendications abouttissent. Certaines associations sont surreprésentées me semble t-il.
Que le préfet consulte de par le pays un grand nombre d'associations est bien en soi mais, cela aurait du être fait avant la création de ce fameux G.T. A l'issue, il aurait pu en constituer un digne de ce nom et représentatif de la communauté Harkis. A ce sujet, je pense que, depuis des decennies, la communauté Harkis se fait rouler dans la farine, "NOS" élus, « NOS » représentants connaissent très bien les revendications de ceux-ci.
A l'heure actuelle le point fort du gouvernement c'est la conjoncture et au final, ce sera le ministère des finances qui décidera, il ne faut pas se leurrer, « ILS » vont en jouer.
La ministre l'a dit dès le début, avant la création du G.T, ne l'oublions pas. Les Harkis sont divisés et aussi, il n’est pas question de légiférer par décret comme pour les orphelins de juifs déportés qui en 2000 ont obtenu réparation à hauteur de 27000 euros.
Le prefet, avec toute la bonne volonté que certains lui prêtent, ne sera que la courrroie de transmission des revendications synthétisées. Si, nous l’espérons, il a été sensibilisé par les défenseurs de la cause des Harkis et par leurs revendications, peut être tentera t-il d’influer le gouvernement par des arguments qu’il mettra en avant avec plus de ferveur et d’enthousiasme. Qui vivra verra ?
Je pense qu’il faut raison garder et savoir attendre le résultat final en ayant à l’esprit que cela fait maintenant 56 ans que les gouvernements méprisent les rapatriés d’Algérie, par idéologie sans doute…
Harkamicalement.