Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un rapport propose la création d'un fonds de réparation pour les harkis

Le groupe de travail sur les harkis initié par le président Emmanuel Macron préconise de créer un "fonds de réparation et de solidarité" doté de 40 millions d'euros pour ces anciens supplétifs algériens et leurs enfants, loin des attentes des associations.

Dans un rapport de 180 pages remis mardi à la secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, il propose aussi de rendre obligatoire l'enseignement de la guerre d'Algérie au collège et au lycée.

Le rapport présente au total 56 mesures visant à la "préservation de la mémoire" des harkis et permettant une "réparation adaptée" pour les souffrances endurées.

L'armée française a recruté jusqu'à 150.000 Algériens comme auxiliaires durant la guerre d'Algérie (1954-1962), rappelle le rapport intitulé "Aux harkis, la France reconnaissante".

A la fin de la guerre, 90.000 personnes, harkis et leurs familles, ont été admis en France dans des conditions précaires - camps, hameaux de forestage et cités urbaines - sans réelles perspectives d'intégration pour eux-mêmes et leurs enfants.

Les autres - entre 55.000 et 75.000 harkis, selon les historiens - ont été abandonnés en Algérie et victimes de sanglantes représailles de la part des nationalistes qui les considéraient comme des traîtres.

En France, les harkis se sont vu reconnaître le statut d'ancien combattant - ouvrant droit à une retraite - en 1974 et 13.000 d'entre eux ont bénéficié d'allocations spécifiques au titre de trois lois (1987, 1994 et 2005).

Des mesures d'accompagnement (emploi, formation..) ont aussi été mises en place pour la deuxième génération mais le bilan est "globalement ressenti comme peu satisfaisant", relève le rapport.

Au final, le fonds de réparation et de solidarité proposé - qui sera limité aux cas de "grande détresse sociale" pour les enfants - pourrait être doté de 10 millions d'euros par an sur quatre ans (2019-2022), soit 40 millions d'euros au total.

Le Comité national de liaison des harkis (CNLH) a jugé "inacceptables" ces propositions avant même la remise du rapport, les associations demandant de leur côté entre 4 et 35 milliards d'euros de réparations.

"Nous ne voulons pas d'aides sociales. Ce sont des mesurettes (...) Nous demandons une loi de reconnaissance mais elle nous est refusée pour ne pas envenimer les relations diplomatiques entre l'Algérie et la France", a lancé l'un des quatre représentants du CNLH au groupe de travail, Mohamed Badi, le 25 juin.

17/07/2018

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zf 05/06/2019 08:34

Que du mépris mon père décédé en 1962 torturé je n'est pas de souvenir il est mort pour la France et orpheline j'ai droit que a du mépris de la par des monsieurs de ce gouvernement comme les précédents quel justice et d'égalité.

Dick 12/02/2019 08:21

Bonjour je suis fils de harkis supplétifs je voudrez savoire ci j ai le droit aide financière merci

michel boubekeur 18/01/2019 18:41

je suis moi fils de harkis mon papa est decedé le 17 06 2017 la commune et l association d anciens combattants ne lui as meme pas rendus hommage et meme pas deposer une plaque d ancien combattant sur sa tombe c est honteux .que puige faire pour que mon papa decede est une plaque d ancien combatant sur sa tombe.

Mansour Mounif 25/09/2018 22:37

Bonjour ou peut on trouver les adresse d association d harkis de saone et loire,d autre part je n aime pas le nom harkis ,nos parents etaient d anciens cambatants en Algerie Francaise ,harkis ou a t on trouvè ce nom merci

sadouni 18/07/2018 16:20

Je ne suis pas du tout étonné de la réponse du gouvernement. Cela prouve qu’il est loin de nous et de notre problème. En définitive, il nous propose que des cacahouètes, en quelque sorte, c’est comme si on nous crachait à la figure ! Car il sait parfaitement que notre communauté n'a pas suffisamment de force pour protester, contre sa volonté. Seul un petit groupe de femmes et d’hommes courageux ont mené le combat face à un adversaire puissant qui est l’état. Je ne comprends pas, pourquoi la majorité de nos élites ne se montre jamais pour défendre notre histoire ? Il ne faut pas que ce soient toujours les mêmes qui se mouillent pour les autres ! Il faut arrêter de se voiler la face, car nous sommes tous dans le même bateau ! Subitement, quelques souvenirs me reviennent et j'aimerais raconter une anecdote. En 1985, accompagné de quelques camarades, j’avais organisé une marche qui m’a mené de Dunkerque à Marseille (marche de l'espoir). Après 23 jours de marche sur les routes de France, je suis arrivé à Lyon avec mon compagnon de fortune. J’étais fier de défendre notre cause malgré les péripéties que j’ai pu endurer le long de mon chemin. Arrivée à Lyon, normalement, il était prévu que je sois accueilli par plusieurs associations, dont celle de Monsieur Bounini. Mais, après une journée de marche, à mon arrivée il n'y avait personne qui m'attendait. Seul un vieux monsieur s'est approché de moi, un pied-noir. Il m’attendait depuis de longues heures, c'était par la presse qu'il avait appris cette marche des harkis. Le vieil homme s'approcha de moi, ses yeux étaient noyés de larmes, il me congratula et me prie longuement dans ses bras et a fait de même à mon camarade. Son regard désolé était triste, il me dit l'air tout penaud, malheureusement Monsieur Sadouni, personne ne viendra vous chercher. Je ne comprenais pas ce que voulait me dire ce gentilhomme ! Personne ne viendra, vous cherchez Monsieur Sadouni, il y a eu des pressions de la part du gouvernement. Toute association qui viendrait à votre rencontre se verra exclue de toute subvention, me dit-il l'air contrarié ! Toujours est-il : cet homme m'a offert l'hospitalité chez lui pour une soirée, je ne pourrais jamais oublier ce geste de fraternité. Voilà un exemple que je veux citer parmi tant d'autres hélas ! C'est dire à quel point nous sommes vulnérables et désunis, mes chers compatriotes. Nous vivons loin l’un de l’autre, c'est aussi pour ça qu'il nous est difficile de réagir avec force.

mimi 18/07/2018 15:42

Bonjour,

Le Rapport se trouve sur ce lien en PDF 198 pages.

https://theatrum-belli.com/rapport-aux-harkis-la-france-reconnaissante/

Cordialement.

1963 18/07/2018 13:59

il faudra bien trouver une solution
sois le gouvernement indemnise tous les harkis ayant vecus dans les camps
sois il donne une reponse et ce sera oui ou non
les enfants de harkis ont un certain age
et pas mal sont partis deja
monsieur macron depechez vous de reagir

révoltes1975 18/07/2018 00:49

Grave, très grave, trop grave.
Ce G10 qui représente les titulaires membres de la commission de travail présidée par M. Ceaux a donc obtenu apparemment le même bilan médiocre que le précédent groupe de travail le fameux G12 de trisite mémoire. Quel dommage. Tout ce temps, toutes ces énergies, toutes ces rencontres à Paris et sur le terrain dans toute la France où M. Ceaux s'était rendu en "pèlerinage" aux frais de l'Etat pour finalement aboutir à un résultat bien médiocre. L'article cite le rapport remis à Mme Darrieusseq, cette secrétaire d'Etat pas très favorable aux Harkis, mais nous n'en avons pas le contenu. Ça voudrait-il dire que même les membres de cette commission n'en ont pas été destinataire de ce document qui a été remis en leurs noms? Ce dernier n'est donc pas publié et sa diffusion est restreinte même vis à vis des concernés.
La leçon à tirer donc de cette énième commission c'est qu'elle a été de peu d'utilité.
D'autre part, on aimerait bien connaître son coût financier total concernant les frais de fonctionnement et les rémunérations versées à une partie de ses membres comme les fonctionnaires, les experts, ...etc.
Enfin, encore une fois la communauté des rapatriés musulmans n'a pas été représentée par des personnes ayant les compétences et la formation nécessaire pour être à la hauteur des hauts fonctionnaires qui ont mené les travaux. C'est dommage.

Guy Regazzacci 18/07/2018 18:49

Bonjour à tous, bonjour "révoltes1975"

Dès le début, tout était tronqué, ce fameux préfet a été nommé et à constitué ce groupe de travail. Uns fois cela fait, il s'est mis à rencontrer au travers du pays les associations qui voulaient bien le rencontrer.
A mon sens, ces rencontres auraient dû avoir lieu avant cette création, une fois les présidents rencontrés.
J'en connais certains qui ont, comme vous le dites, les compétences et la formation nécessaire, vous aussi certainement..
Il est vrai que les revendications principales des Harkis et de leurs enfants sont connues depuis belle lurette par l'état Français. La principale étant le vote d'une loi mémorielle qui reconnaîtrait l'abandon, le massacre et la relégation dans les camps.
Mais, celle-ci ne sera jamais votée car cela permettrait aux associations d'attaquer l'état Français devant les tribunaux et aussi devant la cour de justice européenne et certainement d'obtenir gain de cause.
Et, comme souligné, au final, qui paye le déplacement de ce préfet, nous, bien sûr. Ce pèlerinage était totalement inutile, il pouvait tout aussi bien demander aux divers présidents d'associations de lui adresser un courrier avec les revendications. C'est d'ailleurs ce que notre association (Harkis Dordogne) a fait lors de notre déplacement à Villeneuve sur Lot où le préfet nous avait invité.
Se basant sur un condensé des demandes, un rapport de synthèse aurait été établi et remis au ministre concerné.
Je pense que la pierre n'est pas à jeter au préfet qui n'était que la courroie de transmission entre les Harkis et l'état Français.
Ses véritables conclusions ne seront peut être jamais connues?
Pour ce qui est du rapport il semble qu'il soit à disposition, voir ci-dessus réponse de "mimi"
Pour résumer, lors de la création du G.T, malgré mon scepticisme, j'avais émis le souhait de croire que "cette fois-ci" , les Harkis verraient le bout du tunnel.
Hélas, l'état Français, empêtré dans sa politique "Africaine", n'osera jamais accéder aux revendications justes des Harkis et de leurs descendants. C'est un fait.

Harkamicalement

harkisdordogne 18/07/2018 08:55

Bonjour, D'après les informations qui circulent, les membres du groupe ont reçu chacun un exemplaire de ce rapport... Le groupe sera à nouveau convié dans quelques semaines, quand les autorités compétentes auront pris une décision en fonction des propositions contenues dans le rapport.

Guy Regazzacci 17/07/2018 23:21

Bonjour,

Je laisse le soin aux harkis ou à leurs enfants de donner leurs avis sur ces "MESURES".

Dores et déjà, je remarque 2 chiffres qui sont faux.
1/ Le nombre d'Harkis tués (Harkis au sens large) Il s'élève à -au moins- 150.000 morts.
2/ Le nombre de Harkis, toujours au sens large, ayant servi sous les couleurs Française est supérieur à 180.000 hommes en janvier 1961 et encore supérieur à 106.000 en mars 1962.
Il ne faut pas oublier le nombre de Harkis tués au combat qui est de 3200 et que 1500 appelés du contingent Musulmans sont aussi morts sous nos couleurs.

Harkamicalement.

révoltes1975 18/07/2018 00:51

Comment voulez-vous que l'on donne un avis sur un rapport non publié et tenu secret même aux membres de la commission sensés l'avoir produit? Une humiliation!