Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une stèle au hameau de forestage des harkis

Elus et membres de Mudra (Mémoire, Unité, Dignité des Rapatriés d'Algérie ). A droite, le maire déposant la gerbe. N. S.

En hommage au parcours et à l'œuvre accomplis dans les hameaux de forestage par les harkis, anciens membres des forces supplétives et aux familles qui y ont vécu, une stèle, implantée sur les lieux même du hameau, a été inaugurée.

En présence des porte- drapeaux, élus, familles de harkis, représentants du Souvenir français , de l'ONF, Jeanne Etthari, fondatrice et présidente nationale de l' association Mudra (Mémoire, Unité, Dignité des Rapatriés d'Algérie), fille de harkis, a relaté leur vie depuis leur traversée en mer et l' installation dans les 69 hameaux, en passant par les 6 camps de transit . Des milliers d'hommes ont été employés par l'ONF. Elle a conclu son exposé : « Ceux installés à Montmeyan ont été privilégiés ».

Des souvenirs ont été rappelés, avec beaucoup d'émotion, par Mohamed Bénane, élu de Tavernes, membre de l'association et qui a grandi ici même. Ce hameau a été créé sous la mandature de Clément Denans. Pour Louis Reynier, maire et conseiller départemental, des liens forts se sont créés entre écoliers et travailleurs, notamment pendant la période des vendanges qui se terminait évidemment par un méchoui.

DÉPÔT DE GERBES ET CHANTS PATRIOTIQUES

Louis Reynier, Liliane Boyer, maire du Muy, Houd Zahir, au nom de la défense des droits des enfants de harkis et de leurs amis de l'Escarenne (06), Dominique Castillo, présidente du Souvenir français de Régusse, ont déposé chacun une gerbe avant d’écouter Le chant des Africains puis l'hymne national.

Ce rassemblement, empreint d’émotions, a été préparé par Jeanne Etthari et Marc Nicolas, 1er adjoint.

Le verre de l’amitié était offert par la municipalité locale.

09/07/2018

*******

Cliquez sur l'Article, Puis Enregistrer l'image sous...

Une stèle au hameau de forestage des harkis

Cliquez sur l'

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sadouni 18/07/2018 00:53

Rebonjour mes Amis, je m’excuse, sauf erreur de ma part, j’ai l’impression qu’on me fait un mauvais procès quand je lis les réponses. Je pense qu’il doit y avoir entre nous un décalage de dialogue. Certes, je n'ai pas de problème particulier concernant l'indépendance de l'Algérie à part la libre circulation que cela soit claire. Si j'ai bien compris votre position, il doit y avoir un malentendu ? Faisant partie de la première génération, c’est-à-dire celle qui a vécu le feu et qui a connu beaucoup plus de choses que n'importe qui, cela compte énormément dans ma vie et c’est aussi mon histoire ! Il me semble être mal compris, lorsque j'évoque l’Algérie, on pense peut-être que je cherche à reconquérir ce pays avec la baïonnette au canon ! Mais rassurez-vous mes amis, ce n'est pas du tout mon intention. Ce que je reproche au gouvernement algérien depuis longtemps, c’est qu’il n’est pas clair dans sa manière de traiter la libre circulation. Il s'agit pour moi d'un sujet très important que j'ai toujours dénoncé, l'Algérie me reproche verbalement mon passé de harki. Personnellement, je n’ai rien à me reprocher sur mon passé en Algérie, je crois que tout le monde connaît mon histoire pour l'avoir écrite maintes fois. L'Algérie n'a pas le droit d'interdire à quelqu'un d'aller revoir les siens sans l'aval de la justice. Pour info, les refus se font toujours verbalement et jamais par écrit. Mon combat a été d'aller revoir les miens et rien d'autre ! Je mets quiconque au défi de se mettre à ma place, avoir été enrôlé dans une armée à l'âge de 17 ans, ce qui était selon la loi un crime de guerre. Est-il raisonnable dans ce cas de fermer les yeux et faire semblant comme si cela était normal ? Je n'ai jamais compris pourquoi mes jeunes compatriotes n'ont jamais été sensibles à cette question. Je suis sûr pourtant que les enfants de harkis savent parfaitement que leurs parents ont été souvent enrôlés dans l'armée alors que beaucoup étaient mineurs. Je dis cela par ce que j'ai gros sur le cœur, ils font semblant d'ignorer la souffrance de leurs parents sur ce sujet. Aujourd'hui, beaucoup ont fait des études et ils ont bien réussis, bravo pour eux ! Certains sont devenus des célébrités, ils sont devenus médecins, avocats, professeurs, ingénieurs, d'autres journalistes, des élus, etc. Cependant, je ne vois pas toutes ces personnalités de notre rang dénoncer cette ignominie ! À la fin de ma vie, dommage, je n'éprouve que de la tristesse, lorsque je vois un tel résultat, hélas

révoltes1975 18/07/2018 00:01

On assiste de plus en plus à la multiplication de ce genre de cérémonies organisées bien tardivement alors que d'autres l'ont réalisé il y a des années et des années.
Quel en est le but recherché?
Comment se fait-il qu'aucune famille de harkis n'y assiste?
Et le discours de cette "présidente" qui nous parle de Harkis qui auraient été "privilégiés"!
Beaucoup de chemin reste à faire.

memoire des camps 17/07/2018 18:26

bonjour

Merci pour les Réflexions et réponses qui sont juste…

Avec tout notre respect a Monsieur Sadouni….

Les fautes depuis 56 ans…... c'est a France

Les camps de transit et reclassement...c'est la France
Les 69 hameaux de forestage...c'est la France
Echecs scolaire….des enfants de harkis….c'est la France
Les suicides...alcoolisme….c'est la France
La non reconnaissance….c'est la France
Le télégramme du 12 mai 1962….c'est la France

la France…..en Métropole.

Djelloul MIMOUNI 17/07/2018 09:44

M. SADOUNI bonjour,
Je voudrez ici vous exprimer le plus grand respect que j'ai pour vous et tout les harkis( dont mon PÈRE). S'il est vrai que je n'ai pas endurer les mêmes souffrances que vous, je suis autant concerné que vous par l'exil, la relégation dans les camps, l'échec scolaire etc... Concernant les responsabilités vous le dites vous même la France vous a désarmés et abandonnés. Alors a qui la faute M. Sadouni ?
Sans porter de jugements hâtifs et un peu court sur l'histoire, je continu de penser que l'Algérie n'a pas a s’occuper de nous, les seuls responsables de notre drame sont les gouvernants de 1962.
Respectueusement

Mimouni djelloul 16/07/2018 22:38

Monsieur Harki 62,
Je pense sincèrement que vous n'avez pas du tout compris mon propos, il fallait juste lire que pour faire avancer la cause nous devons nous "reveiller" et nous structurer. Par ailleurs, a aucun moment je ne vous ai coller d'etiquette car je ne sais meme qui vous êtes sous votre pseudo. M. Harkis 62 je vous souhaite une excellente nuit il parait qu'elle porte conseil , moi je retourne me coucher ca m'evitera de dire n'importe quoi .

memoie des camps 16/07/2018 20:55

vous avez a tous ….raison "harkis 62"

Pas une familles de harkis etaient présents…
.Personnes..... même les familles qui ont vécu dans ces lieux de memoire
Etaient absent

mais présent dans les beaux discours….

Ceux qui ont vécu a Montmeyan était privilégié…..

ils vivent tous dans des logements HLM a Carces et Brignole….
c'est être Privilégié …

Djelloul Mimouni 16/07/2018 19:50

Concernant l'Algerie, je considère quelle ne nous doit rien, la question harkie est strictement Franco Française donc c'est a l'état Français d'assumer ses responsabilités

sadouni 17/07/2018 00:04

Bonjour Djelloul Mimouni, vous avez raison de dire que l'Algérie ne vous doit rien. Je présume que vous, vous n’êtes pas concerné par la guerre par ce que vous n’avez pas été harkis, tant mieux pour vous. Mais, tout le monde n’a pas eu la même chance que vous. Vous n’avez sûrement pas connu la guerre d'Algérie, vous n’avez pas connu toutes les souffrances endurées par certaines personnes. La guerre d’Algérie avait plusieurs têtes tel un serpent et personne ne savait qui était pour qui. À l’époque, j’avais 17 ans, l’armée française m’avait enrôlé dans les SAS comme beaucoup d’autres jeunes de mon âge. Nous étions de la chair à canon et chaque jour il fallait ratisser les djebels au risque de laisser sa peau. Nous vivions comme des sauvages loin du monde civilisé. À l’indépendance, la France nous a désarmées et nous a abandonnées à notre triste sort ? Les Algériens n’ont eu aucune pitié envers les harkis, il faut le savoir ! Ils considéraient même les jeunes de mon âge comme des traîtres, aucune clémence de leur part ! Dans ce monde bouleversé, personne ne comprenait plus rien. Encore adolescent, j’ai dû fuir mon pays pour échapper à la mort, l’Algérie porte aussi sa responsabilité envers certaines personnes, victimes de cette guerre. Aujourd’hui, il est facile de porter des jugements hâtifs et un peu courts sur l'histoire. Pendant la guerre, vous ne choisissez pas votre camp, c’est un camp qui vous choisit point c'est tout ! J’aurais tant aimé aller à l’école plutôt que de faire la guerre. J'aurais voulu développer mon instruction pour pouvoir être quelqu'un dans un monde meilleur. Cordialement Brahim Sadouni.

Djelloul MIMOUNI 16/07/2018 17:09

Bonjour,
Je suis d'accord avec GUY sur toute la ligne. Mon Père me disait souvent quand "quelqu’un dort il ne faut surtout pas le réveiller". Alors, nous enfants de Harkis continuons de dormir et d'accuser les autres de tout les maux.

harki62 16/07/2018 19:13

Donner son avis critique équivaudrait donc selon vous , au mieux , à vivre dans un état de somnolence continue , dans une espèce de passivité , à attendre que les choses prennent forme , comme par miracle , au pire , à passer son temps à accuser autrui de tous les maux de la terre .
Quelle formidable interprêtation ! mais qui êtes vous et que savez vous de la vie des gens pour leur coller cette étiquette ?

Avec tout le respect que j'ai pour votre père , réveillez vous avant de poster , ça vous éviterez de dire n'importe quoi .

harki62 16/07/2018 11:29

Pauvre de nous !
Que nous reste-il , à part des stèles , des comméramorations ... on ne peut reprocher aux élus d'être absents lorsqu'il s'agit de profiter de méchouis ou de petits fours , il n'y a en revanche plus personne lorsqu'il s'agit de donner dans du concret pour notre cause à l'instar de la communauté Pieds Noirs dont l'indemnisation a été faite dans les règles de l'art et est aujourd'hui totalement achevée .

On nous prends vraiment pour des demeurés , et ça m'agace sérieusement !

Guy Regazzacci 16/07/2018 14:19

Bonjour,

C'est vrai ce que vous dites au sujet des élus, mais, n'est-ce pas leurs rôles d'assister à des cérémonies lorsqu'ils sont invités?

Par ailleurs, pour ce qui concerne l'indemnisation des Pieds Noirs, cela ne s'est pas fait sans peine. Il faut dire que nous avons eu le soutien des associations de rapatriés du Maroc et de Tunisie qui nous ont aidé à défendre nos droits. Les associations se sont battues au sein de structures assez bien organisées et surtout regroupées.
Les sources bien informées comme on dit, estiment que l’indemnisation correspond au final à 54% des biens. Donc, bien qu'achevées, il manque 46%.
Pour les Pieds Noirs comme pour les Harkis (en fait, tous les rapatriés) c'était l'état Algérien qui devait mettre la main à la poche et procéder à NOTRE indemnisation. Mais, comme cet état n'a jamais respecté quoique ce soit, nous en sommes là...
Les Harkis n'ont presque rien eu et je pense que ce n'est pas demain la veille qu'ils seront indemnisés pour le préjudice matériel et moral subi de part l'abandon, le massacre et la relégation dans les camps pour la plupart.
Le manque de cohésion y est pour beaucoup mais, ll faut bien dire que la volonté des gouvernements successifs à entériner vos revendications bat son plein depuis 1962 avec l’impulsion FORTE de 2 gol.

Mais, je dois dire que ces cérémonies, commémorations auxquelles j'assiste le plus possible font le plus grand bien à la communauté des rapatriés. Le fait même de nous retrouver permet de se libérer du poids de l'histoire. Bien que nous ayons tous un parcours différend, nous avons et cela, personne, ne peut aller contre, un passé commun, celui d'avoir quitté un pays, le pays, qui nous a vu naître. Notre belle Algérie qui n'existe plus en tant que telle.

Harkamicalement