Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France - Algérie : une histoire de famille, jeudi 29 novembre sur France 2 

Ce soir (Jeudi 29 Novembre 2018) sur France 2 

21:00 France / Algérie : une histoire de famille

En février 2017, quelques mois avant son élection, Emmanuel Macron se mettait à dos la communauté pied-noir pour avoir comparé la colonisation de l’Algérie à un crime contre l’humanité. Plus d’un demi-siècle après l’indépendance, la question algérienne reste un sujet tabou en France et suscite les passions dès qu’elle est abordée. Quels que soient les mots, quelles que soient les décisions, il y aura toujours un camp qui se sentira lésé.

Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Pourquoi le temps ne parvient-il pas à effacer des rancœurs et des séquelles transmises de génération en génération ?

De la signature des accords d’Évian en 1962 au dérapage du candidat Macron France-Algérie : une affaire de famille est une immense fresque historique, racontée par le prisme d’histoires personnelles d’exilés, de militants, d’anciens soldats et d’hommes politiques tous impliqués dans les événements.

Quel sort la France a-t-elle réservé aux harkis ?

Comment a-t-elle géré le retour au pays de centaines de milliers de pieds-noirs ?

Quel rôle a joué le FLN (Front de Libération Nationale) dans la constitution de l’État algérien ?

Quelle place tient l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme islamiste ?

Toutes les questions soulevées par ce documentaire événement sont au fondement de notre conscience collective et donnent un éclairage sur notre présent.

À l’issue du documentaire, Laurent Delahousse revient en plateau et, s’appuyant sur des cartes, des données chiffrées et des analyses d’experts, nous explique clairement et simplement la situation actuelle et les enjeux pour l’avenir.

23:05 Les Pieds-Noirs d'Algérie : une histoire Française

1962. Au bout de 7 ans de guerre, l'Algérie accède à l'indépendance. Les Français d’Algérie doivent quitter un pays adoré. Pour la plupart, du jour au lendemain. Ils se replient dans leur patrie, la France, où beaucoup ne sont jamais allés.

Comment en sont-ils arrivés à cet exode ?

Que vivent-ils après ?

Des rapatriés de tous bords évoquent leur vie « là-bas », simple et merveilleuse. Ils racontent leurs rapports avec la population algérienne dix fois plus nombreuse. Une population à l'amitié parfois recherchée, mais le plus souvent ignorée, crainte ou tenue à l'écart. Et exploitée.

Ils réveillent les sept années de terreur et de guerre, les mensonges et les illusions entretenues par tous. Ils revivent leur panique au moment de la fuite, la chute brutale dans une patrie inconnue. Ils montrent cette plaie qui les a à tout jamais marqués : la froideur, l'indifférence, l'hostilité auxquelles ils ont fait face en arrivant en France.

Mais presque tous admettent une intégration finalement réussie, et beaucoup reconnaissent que l'Algérie française était une utopie.

28/11/2018

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Cliquez sur l' Agenda -

- Pour s'abonner gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HEC 30/11/2018 17:27

J'ai vu ce documentaire...je suis déÇue et outrée. On ne parle que de réconciliation...on nous endort et on ne parle meme pas de responsabilité de l'Etat FranÇais.
C'est de la propagation de notre Président de la République.
C'était tres superficiel. Quel dommage !

Gaudin Joëlle 30/11/2018 12:22

Je l'ai regardée cette émission, en principe, je les regarde toutes. Je ne suis ni algérienne, ni algérienne d'origine, ni pied noir, ni fille de harki. Juste la fille d'un jeune qui n'a pas eu le choix que d'y aller, en 58. Il est revenu. Il a eu cette chance de ne pas combattre, mais d'accompagner un médecin, pour aider la population, avec leur ambulance... 2 années là-bas, il aurait tellement voulu y retourner, parce qu'il aimait ce pays qu'il ne connaissait pas avant de quitter son village du Jura. Nous n'avons pas osé faire le voyage pour Alger, puis Rouïba. Des amis algériens nous ont déconseillé de le faire. Aujourd'hui, il nous a quitté, et j'ai toujours la volonté de faire ce voyage, moi aussi. Pour découvrir ce pays, ses merveilles naturelles, ses trésors d'architecture, sa culture. Qui sait, j'ai 50 ans demain, je ne perds pas espoir. Une amie de l'Algérie.

CHRISTINE HENRIQUE 29/11/2018 08:23

Un reportage de plus sur l'Algérie, la guerre, l'independance.. le retour au "pays" de milliers de personnes : pieds noirs puis harkis ...etc.. . quels temoignages de plus pourrions nous être amenés à découvrir que ceux que nous connaissons déja pour les avoir vécus ces événements pour la plupart d entre nous.. sinon nos parents ... . nos grands parents.. nous savons parfaitement quel accueil fut réservé. à ma "famille Pied Noire " et à nos amis et.frères de combats Harkis.. avec les retentissement qui se font toujours ressentir 56 ans apres ..sans parler de la reconnaissance qui peine à poindre le bout de son nez ... ..le.souvenir peut etre stérile oeuvrons plutôt au présent....

Mohamed 29/11/2018 17:42

Bonjour Madame ,

Permettez moi de vous donner une réplique amicale concernant votre sentiment sur le fait que ce reportage serait un de plus sur l'Algérie .

D'une part , personne n'a obligation de regarder France 2 ce soir et d'autre part les jeunes générations de tous horizons ont besoin de connaitre cette page de l'histoire de France si mal enseignée à l'école de la République .

On nous fait habilement croire que tout a été dit , mais nous , nous savons que beaucoup reste à découvrir , cette page de l'histoire est d'une grande opacité , aussi , pour nous autres Harkis et descendants de Harkis et aussi pour nos amis Pieds Noirs , il est vitale que les historiens des deux rives de la méditerranée puissent s'exprimer librement pour lever le tabou autours de cette question , les choses s'apaiseront ensuite , comme pour les deux conflits mondiaux .

Quelqu'un un jour a dit " le passé ne sera jamais une espérance " ;

Il est pourtant si précieux pour avancer .