Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enfants de harkis:première commission ministérielle consultative relative au nouveau dispositif d'aide de solidarité

Conformément aux engagements pris par le président de la République, un dispositif d'aide et de solidarité permet depuis le 1er janvier 2019 d'attribuer des aides financières aux enfants des ex-membres des forces supplétives et assimilés ayant servi dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie. 

La réunion a eu lieu à la direction générale de l'ONACVG  © ONACVG

Ce dispositif concerne ceux ayant séjourné pendant au moins 90 jours dans un camp, ou un hameau de forestage à la suite du rapatriement de leur famille sur le territoire national.

Lundi 4 mars 2019, la première commission ministérielle consultative relative à ce dispositif s'est réunie dans les locaux de l'ONACVG. Les treize premiers dossiers d'aide reçus ont ainsi été examinés par la commission. "C'est une étape importante qui est franchie aujourd'hui" a déclaré en introduction Rose-Marie Antoine, la Directrice générale de l'ONACVG. "Depuis la parution du décret fin 2018 et des instructions d'application début 2019, les services de proximité ont beaucoup travaillé pour instruire les dossiers et nous permettre de tenir cette commission rapidement".

C'est une étape importante qui est franchie aujourd'hui.

Rose-Marie Antoine, Directrice générale de l'ONACVG

Ce dispositif, mis en place jusqu'au 31 décembre 2022, est destiné à apporter une aide de solidarité à ses destinataires, afin de prendre en charge des dépenses ayant un caractère essentiel dans le domaine du logement, ou de la santé, ou encore de la formation et de l'insertion professionnelle.

La commission ministérielle se réunira prochainement pour examiner les futurs dossiers d'aide de solidarité.

06/03/2019

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

derkaoui 13/03/2019 16:10

madame rose marie Antoine vous examinez les dossiers comme si on etait des malades, attendre plus de 50ans pour des propositions bidons honnêtement y a pas mieux a faire?vous nettoyez les plaies avec du cotons et bien moi madame fils de harkis n ayant pas vécu dans les camps je préfere rien a voir que de venir mendier

djafour 13/03/2019 17:14

Je suis entièrement d'accord avec vous monsieur Derkaoui. Je dirai même que j'ai honte de lire cet article humiliant et injurieux à l'égard de tous les Harkis et leur descendance. En ce me qui me concerne, je suis passé toute mon adolescence dans des camps et je n'irai pas m'humilier à demander l'aumône. Je préfère passer par la justice jusqu'à la cour européenne si nécessaire même si je n'obtiens rien !!!!

beladif omar 13/03/2019 15:21

I faut toujours repasser le même plat, des fois fois que la première l'odeur de l'euro n'aurait pas été senti!
Non! c'est non pas de charité respect des droits et du jugement rendu par le conseil constitutionnel.

derkaoui 14/03/2019 08:16

quel droit?c est sa donner des bonbons a des enfants pour qu ils soient sages
le conseil constitutionnel y en a eu combien depuis 50 ans? que sa sois de droite ou de gauche.il serais temps d admettre ses erreurs.mon pere n a pas eu le temps de voir sa retraite malheureusement et moi je vis sans ressource car on ma retirer mon allocation adulte handicapé mais on me garde mon taux d handicap entre 50et 79%,j ai que des refus de formation ou de poste adapté alors mr omar s est sa le respect des droits j ai l impression de vivre la meme galere de mon pere a son arrivé en France .ah sa oui un droguer ,alcoolique on va tout faire pour lui mais un fils de harkis on va le laisser pourrir dans cette societé