Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gard rhodanien : Hacène Arfi veut faire la lumière sur l'enterrement sans sépulture d'enfants harkis

- Mise à jour 28 Septembre 2019 à 22 h 28 ' -

Hacène Arfi a repéré deux sites où seraient enterrés des enfants.

Le président de la Coordination Harka, Hacène Arfi, mène des recherches pour prouver que des harkis, en majorité des jeunes enfants, ont été enterrés sans sépulture entre 1962 et 1965 à Laudun et Saint-Laurent-des-Arbres.

Au moins trente-six personnes décédées, "surtout des enfants", vivant dans le camp harki de Saint-Maurice-L'Ardoise, auraient été inhumées sans sépulture entre 1962 et 1965 sur des terrains appartenant alors à l'armée française. C'est ce qu'affirme le président de la Coordination Harka, Hacène Arfi, après avoir mené des recherches et recueilli des témoignages de familles de harkis.

Bébés, enfants et personnes âgées seraient enterrés

Mercredi 25 septembre, journée nationale d'hommage aux harkis,  le Gardois, qui a vécu de 1964 à 1976 dans le camp de Saint-Maurice-L'Ardoise, a décidé de dévoiler les deux sites, "aujourd'hui des terrains agricoles privés" à Laudun et Saint-Laurent-des-Arbres, où reposeraient selon lui les corps de "bébés, de jeunes enfants, de deux personnes âgées... enterrés là par des soldats de l'armée française entre 1963 et 1965. Les enfants étaient décédés à l'hôpital d'Avignon et ailleurs, ils les ont ramenés ici".

Un huissier est venu constater les faits

À ses côtés un Nîmois, Rachid, dont le frère âgé de trois mois et demi a été enterré en mars 1963 sur un de deux sites. "Mon père qui est toujours vivant avait assisté à cet enterrement. Il ne m'en avait jamais parlé. Il m'a emmené à l'endroit où cela s'était passé". Le bébé était mort suite à une épidémie de rougeole qui s'était déclenchée dans le camp de Saint-Maurice-l'Ardoise. Pour avoir des traces de ce qu'il s'est passé, le Nîmois a fait venir un huissier sur place en août dernier pour dresser un PV afin de constater les souvenirs du père et le récit de Hacène Arfi.

Le corps d'un enfant de huit mois inhumé

Sur un autre site, aujourd’hui proche du 1er Reg de Laudun, Hacène Arfi affirme que le corps d'un autre bébé, âgé de huit mois, "a été inhumé le 15 août 1963. Ses parents ont vu qu'il y avait déjà vingt-sept autres tombes à cet endroit".

Si le président de la coordination harka a recueilli des témoignages, il se bat pour avoir accès aux archives relatant ces faits. "On a du mal à récupérer les archives qui nous concernent !" se scandalise-t-il. Mais depuis quelques jours, il a obtenu l'autorisation de la Cada (Commission d'Accès aux Documents Administratifs) pour poursuivre ses recherches. "ca nous ouvre les portes" se réjouissent Hacène Arfi et Rachid.

25/09/2019

 

 ******* 

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

C'est ici

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

révoltes75 28/09/2019 09:11

Heureusement qu'il y a encore des gens debout au sein des rapatriés musulmans pour défendre l'histoire et la mémoire de notre communauté et dénoncer le drame vécu par toutes ces familles rescapées d'un génocide.

Zio 27/09/2019 17:24

Bonjour à tous,
Si les ecrits concernant les inhumations sont avérés,c'est vraiment la preuve que nous fument Traités comme des moins que rien.
Quelle lâcheté,quel déshonneur pour toute la caste politique!!!
Rien ne sera assumé.
RIP à ces pauvres martyrs!!!
Je suis emprunt d'un profond dégoût !!!
57 ans de deni,le traitemenent qu'ils nous reserverent,fut d'un profond mepris...
Bien respectueusement.