Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)

Webdocumentaire 

France 24 vient de publier un webdocumentaire intitulé

« Femmes de harkis et tisseuses de la République »

Il raconte l’histoire méconnue d’épouses, sœurs ou filles de harkis recrutées dans les camps de transit du Sud de la France en 1962 pour créer un atelier de tapis à Lodève, dans l’Hérault. En 1966, le ministre de la Culture, André Malraux, décide de rattacher cette fabrique au Mobilier National afin de produire des tapis pour les hautes administrations françaises. Formées sur le tas aux techniques de haute lice, elles ont reproduit des modèles Louis XIV, Empire puis des œuvres d’artistes contemporains qui ornent aujourd’hui le Palais de l’Élysée ou les ambassades françaises à l’étranger.

Peu de ces femmes sont encore en vie. Nous les avons rencontrées pour raconter leur histoire.

N'hésitez pas à partager le webdocumentaire pour que leur histoire soit connue.

Cordialement,

Assiya Hamza

 

Elles ont connu l'exil, le déracinement, les camps de transit. Elles, ce sont les femmes de harkis , ces Français musulmans, supplétifs de l’armée française pendant la guerre d'Algérie.

En 1962, après la signature des accords d'Évian ouvrant la voie à l'indépendance, nombre de ces Algériens ayant servi la France, pas toujours par choix, ni par engagement, sont arrêtés, enlevés voire assassinés par le Front de Libération Nationale (FLN).

Seule une poignée d'entre eux, environ 20 000, sera rapatriée en France en 1962. Ils seront au total 41 000 en 1965. Parquées dans des camps de transit du sud de la France, ces familles algériennes se retrouvent dans un dénuement parfois total. Si les hommes sont employés le plus souvent comme ouvriers par l'Office National des Forêts (ONF), les femmes, elles, sont reléguées au foyer. Invisibles ou presque.

À quelques exceptions près.

Une vingtaine d'entre elles sont recrutées, notamment dans le camp de Rivesaltes, pour créer un atelier de tapis qui sera installé à Lodève, près de Montpellier.

Au fil des années, leur savoir-faire s'est allié aux techniques de tissage nées au XVIe siècle, sous Henri IV, pour créer des tapis qui ornent aujourd’hui les plus beaux palais de la République. Ces tisseuses algériennes sont devenues des licières d’exception.

 

Lodève, petite commune de l'Hérault d'un peu plus de 7 000 habitants, est nichée dans les hauteurs de l'arrière-pays de Montpellier. Son histoire s'est nouée à celle de ces femmes de harkis en 1964. C'est là que l'atelier de tapis a été installé pour relancer une tradition textile moribonde. "À Lodève, on fabriquait du drap qui servait à confectionner les uniformes pour les armées", explique l’écrivain lodévois Bernard Derrieu, auteur de plusieurs ouvrages sur la manufacture.

En 1962, les premières populations de "Français musulmans" sont rapatriées en France. Des familles entières sont installées dans des camps dits de transit et de reclassement, notamment à Rivesaltes, dans la région de Perpignan, et Saint-Maurice-l'Ardoise, près d'Avignon. Logées dans des tentes, puis dans des baraquements, leurs conditions de vie sont déplorables.

Paul Coste-Floret, professeur de droit à Alger, ministre à de multiples reprises sous la IVe République et maire de Lodève, propose d’accueillir des familles de rapatriés. Mais il faut leur trouver un logement et du travail. "C'est alors que la préfecture entend dire qu'en Algérie, à Tlemcen, des actionnaires d’une fabrique de tapis, 'La Carpette nationale algérienne', voudraient rapatrier leurs intérêts en France", raconte Bernard Derrieu.

L'idée est d’utiliser la main-d'œuvre des camps car certaines femmes tissent déjà des tapis traditionnels. En 1963, trois blocs de logements "Sonacotra", ces foyers construits à l’époque pour loger les travailleurs, sont érigés sur un terrain cédé par la ville, près de la gare, pour accueillir les familles des futures employées.

Pour diriger la fabrique de Lodève, l'armée fait appel au chef d'atelier pied-noir de l’usine de Tlemcen, Octave Vitalis. "L'armée le retrouve à Tarbes, où il s'est établi avec sa famille", détaille Bernard Derrieu, "et le fait venir à Saint-Maurice-l'Ardoise pour recruter dans les camps et créer l'atelier qui s'établira à Lodève. Certaines femmes savent tisser, d’autres non."

Le tissage se fait au point noué, aussi appelé "point turc", une technique importée en France sous Henri IV. Pendant un an, une vingtaine d'Algériennes, essentiellement originaires de Mécheria, près d’Oran, apprennent le tissage de tapis de haute lice dans le GardCe n'est qu'en septembre 1964 que l’installation se fait à Lodève. Les hommes sont employés par l’ONF et les femmes, choisies par Octave Vitalis, sont employées dans l'atelier installé dans des baraquements militaires. Une crèche est même ouverte dans l'un d'entre eux.

"De 1964 à 1966, il y a une production de tapis typiquement lodévois : des tapis bâtards, pas berbères, ni industriels."

En 1965, malgré le manque de débouchés commerciaux, et après les désengagements successifs du ministère des Armées, puis de l'Intérieur, c’est celui de la Culture, sous l'impulsion d'André Malraux, qui commence à s'intéresser à l’atelier de Lodève. "Pendant un an, des tests sont réalisés pour savoir si cette technique du point noué pouvait s’adapter à un tapis qui serait Mobilier national . C'est chose faite en 1966.À partir de ce moment-là, l’atelier de Lodève est rattaché à l’administration générale du Mobilier national et aux manufactures parisiennes des Gobelins et de la Savonnerie, créées au XVIIe siècle.

Les femmes doivent s’adapter à de nouveaux outils (broches, peignes, cartons, tranche-fils) et apprendre de nouvelles techniques de tissage utilisés pour les tapis de la Savonnerie.

Au fur et à mesure, Émile Philippon, chef de la manufacture parisienne, assure leur formation. Tant et si bien qu'elles parviennent à exécuter des copies de tapis du XVIIe siècle d'après les dessins du peintre Charles Le Brun, du XVIIIe siècle ou de l'Empire, qui habillent le sol des ministères, des représentations françaises à l’étranger, et même de l'Élysée.

Des tapis sont également fabriqués à partir d'œuvres d’artistes contemporains comme François-Xavier Lalanne ou Étienne Hajdu… Le tout dans des baraquements de fortune ! Ce n'est qu'en 1990 que la manufacture est installée dans des locaux en dur construits à l'entrée de la ville. Recrutées sans condition de diplôme, ces femmes, agents de l’État, sont devenues fonctionnaires licières en 1986. Depuis, nombre d'entre elles sont parties à la retraite, d'autres sont décédées. Aujourd’hui, seules trois de ces femmes travaillent encore à la manufacture.

- Cliquez sur les photos -

Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)

- Vidéo de 1'31" -

"Je suis née à Mécheria, dans le sud de l'Algérie. Nous sommes arrivés à Rivesaltes, au camp Joffre, en 1964. J'avais neuf ans. Nous y sommes restés neuf mois. Mon père était retraité de l’armée française, mais comme son dossier était bloqué, nous n'avions pas d'argent. On nous a alors proposé d'aller à Lodève parce qu'il y avait des logements neufs et la possibilité pour les femmes de travailler dans une usine de tapis.

En 1965, on s'est installés dans les HLM de la cité de la gare, un peu à la sortie de la ville. Ma mère et mes sœurs ont commencé à travailler à "l'usine". Les femmes de l’atelier étaient contentes, mais il fallait de l’endurance. Le rendement était assez élevé. Elles devaient faire tant de rangs par jour. C'est d'ailleurs pour cela qu'elles ont appelé ça "l'usine". Elles produisaient beaucoup de tapis.

Les fenêtres étaient très basses, donc on les voyait travailler. Quand j’ai vu ma sœur faire des dessins qui reproduisaient des tapis Louis XIV, j’ai eu envie de faire pareil. Je suis donc entrée à la manufacture en 1976. J’avais 21 ans.

Les conditions de travail étaient vraiment difficiles. C'était dans des baraques. L'hiver, c'était mal chauffé, l'été, on étouffait. Pour aller aux toilettes, il fallait attendre la sonnerie. On devait y aller et revenir ensemble, on était 44 je crois. C'était des toilettes turques avec des petits rideaux. Nous, les jeunes, on voulait qu'on nous le tienne... On devait arriver à 8 h précises, sinon le portail fermait. On travaillait à s'en faire mal au dos, mais l'ambiance était bonne. On avait du travail et on se disait que peut-être c'était pareil pour les Français dans les autres usines. Alors, on ne se plaignait pas.

On parlait arabe. Seules une quinzaine de femmes parlaient français. Il y avait toujours une solidarité extraordinaire. C'était bien !

Au début, je me suis régalée. Quand je voyais que les femmes faisaient des motifs un peu déformés, je les aidais. J'avais vraiment une passion pour le dessin. Quand le chef d'atelier de Paris est venu, il a vu que j'arrivais à dessiner. J'avais 22 ans. Il m'a dit : "Si tu arrives à refaire ça [un tapis de Louis XIV qui est allé chez Robert Badinter], tu vas venir dessiner. J'ai réussi et il ne m'a pas laissée sur le métier [à tisser]. Les femmes voyaient que les dessins que je faisais leur permettaient de meilleurs rendements quand elles tissaient.

Habiba Kechout (à droite) devant un tapis de style Louis XIV dans les années 1980. (Habiba Kechout

J'ai demandé un stage à Paris et j'ai vu qu'il y avait la possibilité de passer le concours pour devenir artiste , nous étions alors contractuelles. Quand je suis rentrée de ces quatre semaines, j'ai dit à mes collègues qu'il fallait vraiment qu'on modifie notre travail, qu'on s’applique pour faire les dessins, la tonte. La tonte, tu peux l'apprendre, mais soit tu l'as, soit tu ne l'as pas. Les anciennes l'avaient. On arrivait à faire des tapis magnifiques, compliqués. C'était le rêve. Tout était bien tissé. C'était la perfection !

J'ai pris des cours de dessin et d'histoire de l'art. En 1986, j’ai passé le concours de catégorie B, que j'ai eu. Toutes les femmes étaient très fières de moi.

J'étais sous-cheffe d'atelier. L'administrateur et le chef d'atelier de Paris m'ont alors proposé de devenir cheffe d'atelier. En 1991, nous nous sommes installés dans les nouveaux bâtiments. Ce n'était pas facile de démonter les métiers et de mettre les tapis dans la nouvelle manufacture, mais j'ai tout géré. Une fois le déménagement terminé, j'ai compris que je n'avais pas le droit de m'installer dans le bureau de chef d'atelier parce qu'on attendait quelqu'un de Paris. Quand on était dans les baraques, les Parisiens n'avaient pas très envie de venir.

L'ambiance était très bien jusqu’à ce qu'on nous parle de grades et qu'on nous mette la pression. Ça a déséquilibré l'atelier. En 1992, le statut de la manufacture a changé : l'artiste licier est devenu technicien des métiers d’art. Pendant cinq ans, pour aider les gens en place, il y a eu des concours internes. Je l'ai passé cinq fois et je ne l'ai jamais eu. J'ai été victime de discrimination. J'ai même porté plainte, mais ça n'a pas abouti.

En 1992, j'ai eu la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres (on était deux à la recevoir), mais je n'éprouve aucune fierté. Ce n'est pas une reconnaissance. Ils me l'ont donnée au moment où on a déménagé et que l'on ne me donnait pas ce concours. Le jour où on nous l'a remise, il y avait toutes les femmes. Elles étaient si fières. Les officiels sont allés au restaurant et nous ont laissées entre nous. Je me suis mise en colère ! Je voulais leur renvoyer leur médaille.

J'ai travaillé 33 ans et j'ai fini par partir en 2009. J'ai pris une retraite forcée à 54 ans, sans toutes mes annuités, car ils m'ont mise un peu au placard. J'étais cheffe d'atelier, mais à chaque fois que quelqu'un de Paris arrivait, j'étais écartée. Je bouchais les trous car je devais passer le concours de catégorie A. J'aurais voulu finir avec ce grade et ce salaire (toutes les anciennes touchaient plus que moi). J'ai préféré partir parce que j'avais trop de pression.

Aujourd'hui, j'ai de la colère. Surtout lorsqu'il y a des expositions, des livres publiés. Mon nom n'apparaît nulle part alors que j'ai été sous-cheffe et cheffe pendant plus de 15 ans. En revanche, on parle de tous les autres. On parle de l'ouverture, quand c'était "l'usine", et d'après, quand tous les Français sont venus, mais pas de toute la période où on était entre nous. Pourtant, on faisait du bon travail, nos tapis étaient à l'ambassade de France à Londres, à l'Élysée… Il n'y a pas de reconnaissance du tout.

Aujourd'hui, les trop nombreux mauvais souvenirs ont effacé les bons. J'aime bien retourner à la manufacture pour voir ce qu'ils font aujourd'hui et tenter d'être plus sereine. Quitter l'atelier m'a permis de me consacrer à mon travail, je suis artiste-peintre. J'aimerais qu'à Paris, où l'on choisit les modèles, on prenne un de mes tableaux pour qu'il soit tissé. Ça serait une vraie reconnaissance pour moi. Là, je serai en paix. J'ai proposé et j'attends."

"Je suis arrivée en France à l'âge de 15 ans. C'était en 1962. Nous sommes arrivés en bateau, puis ils nous ont emmenés dans le Larzac. Mais nous avons refusé de nous installer là et nous avons été transférés dans les Hautes-Alpes, dans une HLM de Savines-le-Lac.

Je ne sais pas combien de temps on est restés là, mais après, nous sommes partis vivre à côté de Nice. En 1964, on nous a dit qu'une usine de tapis avait été ouverte à Lodève et nous sommes venus vivre ici.

Je ne savais pas coudre. C'est ma mère qui nous a appris, à ma sœur et à moi. Ensuite, nous avons commencé à travailler à l'usine. Au début, on ne travaillait pas avec la broche. On travaillait comme en Algérie.

On était dans des baraquements. Quand on a été rattachés au Mobilier national, un homme âgé est venu de Paris pour nous montrer comment travailler comme aux Gobelins. Il nous a amené des modèles. Ils ne voulaient plus des tapis algériens. Monsieur Philippon est venu nous apprendre et nous avons travaillé tout de suite comme il nous avait montré.

Pendant 45 ans, on travaillait, mangeait, rigolait ensemble. On s’entendait comme des frères et sœurs ! Le chef (Octave) Vitalis était gentil avec nous parce qu'il était pied-noir. Je me rappelle des beaux jours. On était libre. On s'amusait, on faisait même des sketches [elle rit]. On emmenait avec nous à manger : du couscous, des gâteaux, du café, du thé. Tout. Comme au bled. On n'a jamais oublié le bled. Certaines ramenaient des dattes, des pêches… On était bien !

On travaillait beaucoup. On nous disait : "Faites la moyenne, faites la moyenne !", c'est-à-dire qu’il fallait remplir les objectifs. Quand on faisait des tapis d’Algérie, on en produisait beaucoup. Puis avec les Gobelins, on passait beaucoup plus de temps parce qu'il y avait les dessins Louis XIV ou Louis XVI. C'était plus long. Sur les grands métiers, on était cinq ou six. Tous les modèles qu’ils nous apportaient, on les faisait. On était fière.

Certaines ont voulu passer le concours de catégorie B, alors on est montées avec les collègues à Paris. Elles l'ont toutes eu sauf moi ! Je ne sais pas pourquoi. Je me suis plainte, mais personne n'a été solidaire avec moi. Il n'y avait que moi qui parlais, mais je le faisais pour toutes celles qui ne l'avaient pas. J'ai déposé plainte avec Habiba Kechout, mais les collègues ont refusé de témoigner.

Mebarka Benferhat (à gauche) lors du départ à la retraite de deux collègues dans les années 1970 (Mebarka Benferhat)

Aujourd'hui, je suis fatiguée. J'ai travaillé, travaillé alors que j'aurais dû arrêter. J'ai perdu cette fierté car je n'ai pas eu de reconnaissance. Je suis partie à la retraite à 62 ans, c'était en 2009. Je suis rentrée à l'usine la tête haute et j'en suis sortie la tête haute !

Ça a changé quand les anciennes sont parties. Certaines sont mortes, d'autres sont tombées malades. Les jeunes ne voulaient plus venir parce qu’il fallait passer le concours. Avant, il n’y avait pas tout ça. Nous sommes rentrées sans et on a appris à travailler. Mais après, les Parisiennes sont arrivées pour travailler avec nous. Là, ils nous ont ramené des chaises avec des dossiers confortables. Avant, on s'asseyait sur des tabourets en bois. Pourtant, on avait demandé des fauteuils avant, mais ils disaient tout le temps : "On ne peut rien faire". Ils savaient bien qu'on avait mal.

D'ailleurs, mon dos est complétement fracassé, j'ai même subi une opération pour me soigner.

Avant, on travaillait entre sœurs, amies et mères. On était bien. J’ai appris à travailler comme les Françaises, j'ai appris la technique tout de suite. On a aussi beaucoup appris aux Françaises ! L'atelier a été créé pour nous, les Arabes… pour nos mères. Il y avait des Arabes intelligentes, mais elles ne sont pas devenues cheffes. Il n'y en avait que pour les Parisiennes. C'était magnifique quand on était entre nous ! On avait un travail. On faisait tout comme chez nous. C'était avant… quand il y avait monsieur Vitalis. Après tout a changé.

Je souhaite que cet atelier grandisse et que les Arabes y rentrent. Car à la base, il était créé pour nous. On l’appelait "l'usine" et quand ils nous ont rattachés aux Gobelins, c'est devenu "l'atelier".

Sans nous, il n'y aurait pas eu cette usine. On était gentilles avec les nouveaux, on n'était pas racistes. Mais on ne dit plus que ce sont les mères arabes qui ont créée l'usine avec monsieur Vitalis. Ça ne nous appartient plus.

Beaucoup de femmes sont décédées. Ma tante Dehbia, Khadra, Khalti oum elkheir… Il y avait Karima, mais elle est morte jeune, la pauvre. Elles me manquent toutes. Je suis triste à chaque fois que je pense à elles. On a vécu comme une seule famille à l’usine, en dehors de l’usine. On s’invitait lors des fêtes, on dansait ensemble. On était une famille unie. On avait un beau métier. Mais tout a disparu. Depuis que j’ai quitté l’usine en 2009, je ne suis jamais retournée la voir."

Vous pouvez découvrir ces tapis à l’exposition "Tapis d’exception" jusqu’au 18 janvier 2020 aux Archives départementales de l’Hérault à Pierrevives.

- Cliquez sur les photos -

Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)

Cinquante-cinq ans après la création de l'atelier de Lodève, peu d'enfants ou de petits-enfants de harkis ont pris la relève. Seuls quatre descendants, trois femmes et un homme, y travaillent encore. En cause, le mode de recrutement, devenu beaucoup plus sélectif. Désormais, pour devenir licier et espérer un poste à Lodève, il faut être admis à un concours de la fonction publique de catégorie A. Le nombre d'admis varie chaque année, mais rares sont les élus. L'enseignement se fait ensuite pendant quatre ans à Paris.

La manufacture créée pour intégrer les femmes et filles de rapatriés d'Algérie, "l'usine", comme elles l’appelaient, est devenue une institution participant au rayonnement de la France. Une page s'est tournée. Un changement qu'elles peinent parfois à comprendre et qu'elles vivent comme une injustice. Mais leur aura est toujours là.

Mebarka Noureddine, fille de harki, a choisi de suivre les traces de sa mère. Après avoir réussi le concours avec brio, la licière a travaillé pendant 23 ans à Paris. Aujourd'hui, c'est à Lodève qu'elle continue de tisser l'histoire.

- Vidéo de 3'58" -

Arrivée à Lodève après avoir longtemps travaillé à Paris, elle a côtoyé la première et la seconde génération de licières algériennes. Elle évoque un "grand plaisir" à avoir travaillé avec elles et, surtout, échangé sur les techniques.

- Vidéo de 1'59" -

Le technicien d'art est passionné par son métier. Ce savoir-faire, des tapis de Savonnerie, "transmis à l'oral", que "l'on n'apprend pas dans les manuels", est identique depuis 400 ans. Il redoute que cette technique unique qui permet aux tapis de "traverser les âges" ne se perde, car très peu de liciers sont formés aujourd'hui. À Lodève, ils ne sont plus que 13, contre 50 il y a quelques années.

- Vidéo de 1'27" -

- Cliquez sur les photos -

Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)
Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34) Femmes de Harkis et tisseuses de la République à Lodève (34)

Palais de l’Élysée, château de Versailles, Sénat, ambassades… les licières de Lodève ont habillé les sols des plus hauts lieux de la République. La manufacture a été le fil d'Ariane de ces dizaines de femmes, épouses ou filles de harkis, pour s'intégrer en France, un pays qui leur était totalement inconnu.

Des baraquements militaires et de la cité de la gare où leurs familles étaient logées, il ne reste désormais presque plus rien. Peu d'entre elles sont encore en vie pour raconter l'époque bénie où "elles avaient du travail" et que "l'usine" était "leur" Algérie. Les rires, les chants malgré l’exil et toujours ce dévouement à tisser des tapis de plus en plus exceptionnels.

Aujourd'hui, quelques voix s’élèvent pour dénoncer un manque de reconnaissance de l'État et militent pour qu’un hommage leur soit rendu. "Les harkis ont contribué à la construction de la France", rappelle Malika Chaoua, présidente de l’association ‘Générations harkis - devoir de mémoire’, créée en 1989. "Les pères ont travaillé à l'ONF et certaines femmes à la manufacture de Lodève. On est en pourparlers pour faire un livre sur la mémoire de ces licières. Nous voulons leur rendre un hommage juste, notamment à leur savoir-faire ramené d'Algérie. C'est une richesse."

Si leurs noms s'effacent, leur empreinte, elle, au sein de la prestigieuse collection du Mobilier national, restera à jamais gravée dans l'histoire de France.

Reportage : Assiya Hamza et Tahar Hani

Texte : Assiya Hamza

Vidéo : Tahar Hani

Montage vidéo : Guillaume Guguen

Photo : Assiya Hamza, Archives départementales de l’Hérault,

Mobilier national, Collection Bernard Derrieu

Édition : Sabrina Haessler

Secrétaire de rédaction : Cassandre Toussaint et Alexia Wodli

Conception, graphisme et développement : Studio Graphique - France Médias Monde

Rédacteur en chef : Ghassan Basile

Directrice de la rédaction : Vanessa Burggraf

Octobre 2019 © Tous droits réservés

*******  

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mémoire des camps 11/11/2019 16:19

Bonjour,
Merci pour ce "documentaire" Merci pour l'hommage des femmes de harkis, du hameau de Lodève, il faut préserver ces témoignages, conserver des tapis.
Les exposer, faire une exposition à l'assemblée Nationale, au Sénat avec des tapis faits par les femmes de harkis FAIRE un livre, sur le travail des tisseuses et le hameau de forestage de Lodève.

Faire une diffusion sur une chaîne nationale du "documentaire" et de mettre à l'honneur le travail de ces artistes de l'ombre.

La REMISE de l'Ordre Nationale du Mérite " arts et culture" ou la légion honneur aux femmes de harkis, tisseuses de la république, pourquoi pas, lors de l'hommage aux harkis en 2020.
.
Hérault 3 hameaux de forestage Avène (Hameau de Truscas)
Lodève "manufacture Nationale des tapis "Saint-Pons-de-Thomières, (Hameau du Plô de Mailhac)

Chaque fois que l'on regardera un tapis, on pensera aux licières femmes de "harkis" du hameau de Lodève.

Une fierté pour notre communauté de destin, malgré les souffrances et la peine.
146 tombes du cimetière du camp de Rivesaltes, le froid et la précarité, et l'abandon dans les camps.

Vous êtes des artistes dans l'ombre... de la RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.
Merci

NOEL Daniel 11/11/2019 10:28

Merci, merci !