Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lot-et-Garonne : après l’annulation de la projection de « Résistantes », ils réclament des poursuites

Pressions et menaces ont débouché à l'annulation de la projection. THIERRY DUMAS 

Des associations et partis politiques réagissent dans un communiqué aux pressions exercées par des descendants de Harkis, samedi. Ils demandent aussi

« que la liberté d’expression soit garantie dans les cinémas et les espaces culturels »

« Non à l’atteinte à la liberté d’expression dont ont été victimes la réalisatrice Fatima Sissani et le cinéma Utopie de Sainte-Livrade. » 

Tel est le titre du communiqué adressé à noter rédaction suite aux événements survenus samedi à Sainte-Livrade et qui ont contribué à l’annulation de la projection du film de Fatima Sissani :

" Nous, associations et organisations, sous-signées, dénonçons la grave atteinte à la liberté d’expression qu’ont subi ce samedi 23 novembre la réalisatrice Fatima Sissani et le cinéma Utopie de Sainte-Livrade.

Le cinéma avait programmé le film documentaire « Résistantes, Tes cheveux démêlés cachent une guerre de 7 ans », de la réalisatrice indépendante Fatima Sissani qui présente les portraits croisés de trois femmes engagées dans la lutte de libération du peuple algérien à la fin des années 50 et au début des années 60.


Témoignage historique

Avec clarté et pudeur, ces femmes racontent l’Algérie coloniale, la ségrégation, le racisme, l’antisémitisme, la prison, la torture, les solidarités, la liberté… pour lancer un appel à la paix.

Cet admirable témoignage historique a été diffusé dans une centaine de salles et dans une dizaine de festivals. Sans aucun problème.

Mais à Sainte-Livrade, cela n’a pas été possible à cause d’une poignée d’individus se prétendant représentatifs de la communauté harkie et dénonçant un film insultant les Harkis et la présence d’une supposée représentante du FLN.


Des menaces

Ils ont pu exprimer publiquement leur souhait d’empêcher la projection du film et le débat avec la réalisatrice qui devait s’en suivre, allant jusqu’à menacer de mettre le feu au cinéma. Cela, alors que le documentaire Résistantes n’évoque à aucun moment les Harkis et que la réalisatrice totalement indépendante ne représente en rien le FLN.

Ces individus ne connaissaient pas le contenu du film mais cela leur importait peu. Même la cause harkie ne semblait pas les préoccuper car pour eux les femmes témoignant dans le film n’étaient pas des « résistantes » mais des « terroristes » et ils ont piétiné le drapeau algérien devant le cinéma, montrant ainsi qu’ils étaient plutôt animés par un soutien à l’OAS et à l’Algérie française.

En conséquence, Fatima Sissani ne se sentant pas en sécurité a préféré annuler sa venue. Le cinéma Utopie, suite à l’agression de l’un de ses responsables par un des individus qui manifestaient devant le cinéma, a dû annuler le projection.


Demande des poursuites

Nous demandons que des poursuites soient engagées contre ces individus et que la liberté d’expression soit garantie dans les cinémas et les espaces culturels.

Nous tenons à reconnaître la souffrance des Harkis victimes comme l’ensemble du peuple algérien de la politique coloniale de l’Etat français et qui ont été les oubliés de l’histoire après 1962."

Les signataires en Lot-et-Garonne :

L’association L’écran livradais-Cinéma L’Utopie,

Cinéma Les Montreurs d’Images,

Les Porteurs d’ID,

Repères, la revue Ancrage,

Atel4,

Solidarité Réseau d’éducation sans frontières 47,

Attac Villeneuve-sur-Lot,

Ligue des droits de l’Homme de Villeneuve-sur-Lot,

le MRAP,

Palestine 47 ;

Les Insoumis 47,

le NPA 47,

Europe-Écologie-Les-Verts 47 ;

PCF 47 ;

PS 47.

Et dans les autres départements :

Les AOC de l’égalité en Nouvelle Aquitaine (collectifs d’associations) ;

La courte échelle. ed Transit ;

Hendaia Film Festival ;

Syndicat des quartiers populaires de Marseille ;

Approche culture et territoire ;

24images ;

Mémoire en marche ;

360° et même plus (collectif de cinéastes). 

26/11/2019

*******  

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mémoire des camps 28/11/2019 19:46

Bonjour,
Ne pas perdre son temps et énergie, ne pas oublier Joxe et Mesmer 12 mai 1962, le rapatriement indigne en métropole, voir les conditions indignes des familles de harkis.
Il faudrait faire un documentaire sur les conditions de vie dans les camps.
Faire une diffusion du Film harkis avec Smain, tournée dans le camp hameau de forestage de Collobrières.
il faudrait que le cinéma de st Livarde sur lot organise une projection et débat sur les conditions de vie dans les camps.

révoltes75 29/11/2019 02:03

Vous êtes hors sujet. Il ne s'agit pas de "perdre son temps et son énergie". Les militants du CNLH et d'autres en s'opposant à ce documentaire qui fait l'apologie du FLN permettent justement de ne pas oublier Mesmer et Joxe. Cette action rappelle l'histoire du drame des harkis. Par conséquent, ça évoqué indirectement les circulaires qui sont a l'origine de l'abandon des Harkis et de leur désarmement suivi de leur massacre par les assassins du FLN. Réfléchissez svp.

mémoire des camps 28/11/2019 19:36

Bonjour,
Il faudrait faire la proposition de diffusion et de débats, de documentaires sur les conditions de vie dans les camps en métropole, Bias dans le Lot-et-Garonne :
Les associations
L’écran livradais-Cinéma L’Utopie,
Cinéma Les Montreurs d’Images,
Les Porteurs d’ID,
Repères, la revue Ancrage,
Atel4,
Solidarité Réseau d’éducation sans frontières 47,
Attac Villeneuve-sur-Lot,
Ligue des droits de l’Homme de Villeneuve-sur-Lot,
le MRAP,
Palestine 47 ;
Les Insoumis 47,
le NPA 47,
Europe-Écologie-Les-Verts 47 ;
PCF 47 ;
PS 47.
Et dans les autres départements :
Les AOC de l’égalité en Nouvelle Aquitaine (collectifs d’associations) ;
La courte échelle. ed Transit ;
Hendaia Film Festival ;
Syndicat des quartiers populaires de Marseille ;
Approche culture et territoire ;
24images ;
Mémoire en marche ;
360° et même plus (collectif de cinéastes).

marc djem 28/11/2019 15:35

Bonjour,

J'apporte mon soutien inconditionnel aux courageux harkis qui se sont pacifiquement opposés à la projection de ce film. Cette réalisatrice fait l'apologie de trois terroristes qui pendant les événements du maintien de l'ordre en Algérie-Française en posant des bombes et participaient aux massacres des fellagas sur des populations innocentes. Ces femmes qu'elle décrit comme des héroïnes sortantes d'un digne film d'horreur ou le sang des pauvres victimes inondent les flots.
Il est important de souligner un fait très important à savoir pourquoi cette réalisatrice à trouver opportun d'aller jouer la provocatrice au sein d'une communauté de harkie déjà bien traumatisé par les actions de ces femmes en Algérie.
Est-ce une cabale montée de toutes pièces afin de se faire de la pub à moindre coût sur le dos des harkis? Pourquoi cette dame n est pas aller projeter son documentaire en Algérie, cela aurait pu avoir un écho favorable contre l'ancien colon, mais hélas pour elle le peuple Algérien à d'autres chats à fouetter...
Au nom de quoi cette réalisatrice se targue d'invoquer la liberté d'expression viendrait impunément raviver des traumatismes chez l'ensemble de la nation française avec les horreurs de la guerre d'Algérie.
C'est aux harkis de porter cette affaire devant la justice pour incitation à la haine et à la provocation.
Nous disons stop à ce genre de manoeuvre qui se cache derrière une réalisation pour apporter dans son sillage le trouble et la désolation.


Marc Benredjem

NOEL Daniel 28/11/2019 10:24

Ces organisations n'ont pas honte, leurs prédécesseurs n'ont jamais manifesté leur compassion lors des assassinats de masse d'Oran ( 5 Juillet 1962) ,des harkis et de leur famille après les " accords d'Evian,ect…et ils ont abandonné sans brocher des dizaines de soldats du contingent ,prisonniers du FLN et jamais rendus !

ANNIE LLORENS 28/11/2019 05:45

Bravo aux HARKIS pour leur patriotisme. Ce film n'a pas lieu d'être projeté en France car nos blessures sont encore très présentes. Merci à vous tous

révoltes75 27/11/2019 23:22

Voilà donc des associations et partis politiques qui viennent en soutien à la réalisatrice nationaliste algérienne qui vit en France et à son documentaire sur des militantes qui avaient lutté au sein du FLN.
Pour salir les membres du CNLH et à courts d'argumenter ils écrivent "ils étaient plutôt animés par un soutien à l’OAS et à l’Algérie française". Toujours les grands mots pour dénigrer cette communauté des français musulmans victimes des exactions du FLN qui avait foulé aux pieds les accords d'Evian qu'il avait pourtant signé. A partir de 1962 le clan de ce mouvement armé connu pour avoir assassiné ses opposants pendant la guerre, s'était déchaîné sur les pauvres Harkis désarmés et sur leurs familles. Pratiquant des tortures mille fois pires que ceux de l'armée française il avait déclenché un lâche massacre qui a fait 150000 morts digne d'un génocide. C'est aux harkis de demander que la justice sanctionne ceux qui mettent en valeur ce FLN assassin et ses militantes et les complices qui les soutiennent. Ce même clan FLN illégitime toujours au pouvoir et que rejettent les algériens par millions comme ils avaient rejeté un de ses chefs le président imposé Bouteflika. Enfin, que vient faire parmi les signataires l'association "Palestine 47"?

Djafour Mohamed 27/11/2019 23:07

Ne pas confondre liberté d'expression et agression !!!
Cette femme a la recherche d'une notoriété a été provoquer et agresser les harkis chez eux.
Même si les harkis 'étaient pas intervenus pour mettre un terme à cette injure déguisée, elle n' aurait pas eu tant de visiteurs que ça dans cette petite ville de quelques centaines d'habitants. Je le dit et le répète, cela était une manigance doublée d'une provocation. Le soutien massif aux harkis est impératif dans cette action contre nos détracteurs !