Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Abd el-Kader

Abd el-Kader Homme Politique

Né à Mascara (Algérie) le 06/09/1808 ; Mort à Damas (Syrie) le 26/05/1883

Abd el-Kader est né au sein d'une famille chérifienne qui lui inculque très tôt le respect de la religion. Lorsque les Français foulent les terres de l'Algérie, il ne peut réprimer sa colère. Il profite de l'instabilité du pays pour convaincre les tribus de l'Oranie de le soutenir dans son combat.

Ces dernières le proclament alors Sultan. Peu à peu, il étend son pouvoir sur la région et se lance dans une guerre sainte qui durera quinze ans.
Il perpétue de nombreuses attaques contre les français. Il leur inflige notamment la défaite de la Macta, en 1835.

Il parvient à rallier d'autres tribus à sa cause mais le général Bugeaud ne l'entend pas ainsi. Sous son commandement, le duc d'Aumale prend la smala d'Abd el-Kader en 1843, obligeant ce dernier à s'enfuir au Maroc.

Le fugitif y trouve un soutien considérable, mais la défaite de la bataille de l'Isly contraint le sultan marocain à l'expulser.

De retour en Algérie, Abd el-Kader poursuit sa lutte mais est arrêté en 1847 et emprisonné en France.Il résiste durant quinze ans (1832-1847) au corps expéditionnaire des troupes d'Afrique lors de sa conquête de l'Algérie par la France. Il est également un écrivain, poète, philosophe et  théologien    soufi.

 

Il est considéré, en Algérie, comme étant à l'origine de l'État algérien moderne et le symbole de la résistance algérienne contre le colonialisme et l'oppression française. En France, il était considéré comme l'« ami des Français » et également comme le « Jugurtha moderne ».

Il est grand-croix de la Légion d'honneur et titulaire de l'ordre de Pie IX.

16 mai 1843

Prise de la smala d'Abd el-Kader
Durant la conquête d'Algérie, un escadron de 500 hommes commandé par le duc d'Aumale s'empare de la smala de l'émir Abd el-Kader. Il s'agit d'une véritable ville itinérante de 30 000 personnes, essentiellement composée de femmes, d'enfants et de serviteurs. Abd el-Kader passera au Maroc pour continuer la "guerre sainte" contre les Français. Il se résignera à la reddition en 1847. La guerre durera encore 10 ans, avant que l'Algérie ne soit occupée dans sa totalité par l'armée française.

14 août 1844

Défaite de l'armée Marocaine contre la France
Le gouverneur général d’Algérie, Thomas Bugeaud, mène son armée à la victoire contre les troupes marocaines. Ces dernières, menées par le sultan Abd al-Rahman, soutenaient le chef de guerre algérien Abd el-Kader contre le colonialisme. La bataille se déroule près de la frontière algérienne, non loin de la rivière d’Isly. Bugeaud, à qui l’on attribuera le titre de duc d’Isly, vaincra finalement Abd el-Kader en 1847.

23 décembre1847

Reddition d'Abd-El-Kader
Abd-el-Kader, l'émir de Mascara, se rend aux Français. Depuis le début de l'invasion française en Algérie (1830), le souverain s'oppose violemment aux colons en menant une guerre sainte appelée le "Jihâd". Chassé du Maroc, où il s'était réfugié, il est contraint de se rendre au général Lamoricière. L'Emir sera emprisonné à Toulon puis libéré en 1852 par Napoléon III. Pour la France, la reddition du plus fervent opposant à la colonisation en Algérie marque le début de l'occupation totale du pays.

Abd El kader fut fait prisonnier en décembre 1847; lui et sa famille restèrent prisonniers cinq ans dans différentes prisons sur le territoire français; et finalement Napoléon III, de retour d'une tournée en France, lui accorda la liberté à Amboise, le 16 octobre 1852; il l'invita à Paris et le reçut à Saint-Cloud. Abd El Kader, après avoir promis à son libérateur de ne plus jamais retourner en Algérie, s'embarque à Marseille pour Istanbul, puis Bursa où il résidera grâce à une pension versée par le gouvernement français.
Un héros des deux rives. Abd el-Kader, l'homme et sa légende, Paris : Archives nationales, 2003.

---------------------------

Déclaration d'Abd el-Kader s'engageant à ne plus retourner en Algérie, remise solennellement au Palais de Saint-Cloud entre les mains de S.A. le prince Louis Napoléon le 30 octobre 1852.
- Le texte original autographe en arabe, certifié être de la main d'Abd el-Kader, à Paris le 4 novembre 1852 par le baron Boissonnet;
- La traduction en français par I. Urbain, annexée à l'original autographe, certifiée conforme par E. Daumas,conseiller d'Etat, général, directeur des affaires de l'Algérie au Ministère de la Guerre.
" Louange au Dieu unique !
Que Dieu continue la victoire à notre seigneur des rois, Louis Napoléon ! Que Dieu lui donne appui et inspire ses desseins. Celui qui est devant vous est Abd el-Kader, fils de Mahi-ed-din. Il vient se présenter à votre altesse auguste pour vous remercier de vos bienfaits et il accourt auprès de vous afin de se réjouir de votre vue. Car, il en prend Dieu à témoin, vous lui êtes plus cher qu'aucun de ceux qu'il aime. [...] Vous avez eu confiance dans celui qui est devant vous. [...] Mais lui vous a juré par le pacte de Dieu et par le serment inviolable, au nom de tous les prophètes et de tous les envoyés, qu'il ne trompera pas votre confiance en lui, qu'il ne violera pas son serment, qu'il n'oubliera pas votre générosité et qu'il ne retournera jamais au pays d'Alger.

        Au cas où... une musique interviendrait avant le visionnage de la vidéo. Penser à stopper celle-ci en haut du site.    

  -------------------

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux et Amis pieds-noirs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article