Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cérémonie d’hommage aux Harkis à Périgueux Les harkis attendent davantage (Sud Ouest).

  La journée nationale qui s’est tenue hier ne fait pas taire toutes les revendications.   
SUD-OUEST-26-09-2013-.jpg
Jean-Pierre Gouaud de l’Udac aux côtés de Hamdini Kouider, d’Hamid et Sabrina Khemache. (photo Jean-Christophe Sounalet/ « sud ouest »)
Ils sont aujourd’hui 1890 harkis, épouses, enfants et petits-enfants de harkis à vivre en Dordogne. À l’instar de Hamdini Kouider, âgé de 84 ans, qui s’est réfugié il y a cinquante ans à Terrasson avec sa femme et sa fille. Ils ne sont jamais retournés en Algérie depuis leur exil forcé en 1962.
Hier matin, le revers de sa veste couvert de médailles, l’octogénaire a participé à la cérémonie sur l’esplanade du Souvenir à Périgueux. En compagnie de Hamid Khemache, le président de l’Association Départementale des Harkis de Dordogne Veuves er Orphelins venu avec sa fille Sabrina, et de Jean-Pierre Gouaud, président de l’Union Départementale des Anciens Combattants (Udac), il a déposé une gerbe après les officiels et laissé remonter les souvenirs qui le hantent.
 
Privés de discours
Sabrina Khemache n’a que 17 ans. Cette lycéenne de Maine-de-Biran à Bergerac, qui vit à Creysse, avait l’an passé lu un discours. Cette année, « on n’a pas eu le droit », regrette-t-elle. La seule prise de parole a été celle du directeur du cabinet du préfet qui a lu le message de Kader Arif, le ministre délégué aux Anciens Combattants, lui-même fils de harki. Les mots sont forts et reprennent ceux prononcés l’an dernier par François Hollande, juste avant son élection : « La France se grandit en reconnaissant ses fautes. » En particulier celle de « la France qui, il y a plus de 50 ans, abandonnait ses soldats ». Mais les mots ne suffisent plus : « On attend des actes, davantage de reconnaissance », plaide Sabrina. Son père a envoyé une lettre dans le même sens au président de la République, le 17 septembre. « On n’a pas pu prendre la parole cette année en raison du contexte. Un de nos représentants campe devant la préfecture d’Agen où il fait la grève de la faim depuis dix jours. On nous a dit que l’an prochain, il n’y aurait qu’un seul discours, mais que ce serait celui rédigé par le comité des harkis », conclut Hamid Khemache qui espère d’autres signes de reconnaissance…
   
***     
Cliquez sur la Lettre pour agrandir, puis droit pour imprimer    
            Lettre ouverte Hollande Web 001           
******* 

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article