Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Disparition de Boussad Azni : Il portait la parole des harkis

Boussad Azni

Boussad Azni (à g.) et Boaza Gasmi

Boussad Azni à gauche et Boaza Gasmi

Boussad Azni, ancien président national du Comité de liaison des harkis, est décédé la nuit dernière, des suites d'une longue maladie. Il sera inhumé ce matin à Bias. Le Livradais restera comme le symbole de la défense de la cause harkie.

L'enfant de Bias n'est plus. Boussad Azni, ancien président du Comité national de liaison des harkis, est décédé la nuit dernière à Villeneuve des suites d'une longue maladie, comme l'on dit pudiquement. Le Livradais, qui luttait depuis plus de 8 ans contre un cancer, avait été hospitalisé à Saint-Cyr il y a quelques jours. Il avait 53 ans.

Sous Chirac, puis Sarkozy

Avec la mort d'Azni, c'est bien davantage que le porte-parole des harkis qui disparaît. Ce natif de Tizi-Ouzou en Kabylie algérienne, enfant du camp de Bias où sa famille a débarqué en 1963 et où il séjourna dix ans, a été trois décennies durant le symbole de «la cause», le chantre d'une communauté dont il a défendu sans relâche les intérêts. Un combat qui lui valut, lui le «petit» commerçant ambulant, d'être nommé, sous Chirac, vice-président du Haut Conseil aux rapatriés, puis, sous Sarkozy, d'intégrer le ministère des Anciens Combattants dont il sera évincé brutalement deux ans plus tard, après avoir dénoncé une «nouvelle trahison» des gouvernants en place.

«Harkis, crime d'Etat»

Harkis crimes d'état   

Fort de son franc-parler, Azni n'avait pas que des amis. Son côté imprévisible, «incontrôlable», diront certains, en dérangeait plus d'un, même parmi les siens. Mais à l'arrivée, l'homme avait su s'imposer en première ligne de ce combat pour la reconnaissance du martyre des harkis et du combat pour leurs revendications en réparation du préjudice subi.

En 2001, au moment du dépôt de plainte contre X pour crimes contre l'humanité, procédure à laquelle s'était associé l'avocat marmandais Philippe Reulet, aujourd'hui disparu, le Livradais avait encore démontré qu'il n'avait pas peur de s'exposer, certains raillant sa démarche.

L'année suivante, il publiera un livre intitulé «Harkis, crime d'État, généalogie d'un abandon», ouvrage qui fit référence. Ces dernières années, la maladie avait contraint l'inlassable combattant à baisser un peu la garde et c'est le Fumélois Boaza Gasmi qui prit alors le relais à la tête du Comité national de liaison. Mais l'homme n'était jamais loin quand il s'agissait de décider.

Inhumé à quelques hectomètres du camp

Aujourd'hui, au-delà de sa maman, de son épouse, Myriem, de ses quatre filles Malika, Nacera, Karima et Nadia, de son fils, Smaïn, et de tous ses frères et sœurs, c'est toute une communauté qui pleure un fils, un mari, un père et un frère qui aura consacré l'essentiel de sa courte vie à la sauvegarde de la mémoire des siens et à la reconnaissance de ses droits.

Les obsèques de Boussad Azni se dérouleront aujourd'hui, à 11 heures, au cimetière de Bias, à quelques hectomètres de ce camp qui l'a vu grandir et qu'il a toute sa vie dénoncé.

29/12/2012

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article