Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les rapatriés ne comprennent plus rien à la réunion du 18 février 2014 à Paris

    Qu'est-ce qui est en sorti de la réunion qui s'est tenu le 18 février 2014 au ministère des anciens combattants ? Toute la communauté aimerait bien savoir.

Des comptes rendus ont été diffusés ici où là. Et pourtant, plus personne ne sait plus vraiment à quoi s'en tenir aujourd'hui. Un premier compte rendu de la réunion évoque le fait que la question du respect des engagements pris le 5 avril 2012 par le président de la République aurait été abordé avec le ministre ; ce dernier renvoyant la patate chaude sur l'Elysée. Dans une autre version du compte rendu de cette réunion, la question du respect des engagements pris le 5 avril 2012 n'aurait pas évoqué avec le ministre pour faire place à un catalogue de mesurettes qui demain, peut-être, probablement, si possible, verront le jour.

Quand, comment, sur la base de quel texte, de quelle loi ou de quel décret, ces mesurettes pourraient-elles voir le jour ? Aucune précision n'est donnée dans les différentes versions du compte rendu de cette réunion. Même le relevé de conclusions diffusé par le directeur de cabinet du ministre délégué aux anciens combattants reste silencieux sur ce point. Il est tout autant silencieux sur plusieurs des points présentés dans les comptes rendus diffusés par des responsables associatifs ayant pris part à cette réunion comme ayant été traités au cours de la réunion avec le ministre. Alors, à quel sein se vouer ?

En désaccord avec les méthodes du ministre Kader ARIF pour préparer sa rencontre avec le président de la République, Boaza GASMI, ancien gréviste de la faim, n'a pas pris part à la réunion du 18 février 2014. Néanmoins, il n'a cessé ces derniers temps d'aller à la rencontre des décideurs publics pour faire progresser sa demarche de rencontrer prochainement le chef de l'Etat au sujet du respect des engagements du 5 avril 2012.

Cliquez sur la Lettre pour agrandir, puis droit pour imprimer 

Lettre aux harkis Francois Hollande  

    Ainsi, Boaza GASMI, accompagné de son porte-parole Mohand SACI, a été reçu dernièrement par des parlementaires du Sud-Ouest ainsi que par le préfet du Lot-et-Garonne.  

Dans un courrier remis au préfet à l'attention du président de la République, Boaza GASMI, via son porte-parole Si Mohand SACI, en appelle à François HOLLANDE : "C'est pourquoi, à la date d'aujourd'hui, il me paraît primordial de solliciter auprès de votre très haute autorité, la possibilité d'organiser un nouvel arbitrage, autour de vos conseillers à l'Élysée, afin que des personnalités librement choisies par Boaza GASMI et non avec les membres de ce pseudo « G12 » dont les objectifs et les compétences ne nous semblent pas satisfaisants dans l'ensemble ! Cette rencontre préalable à l'Élysée constituerait une étape crédible, nécessaire et constructive avant cet éminent rendez-vous dont vous nous faites l'honneur de nous accorder en avril prochain.

Nous avons largement travaillé – en concertation avec tous les acteurs concernés et notamment avec de nombreux présidents d'associations - sur tous les sujets que nous souhaitons vous exposer, au nom des anciens soldats harkis et de leurs familles".  

Enfin, Boaza GASMI a régulièrement échangé au téléphone ces derniers jours avec Monsieur Luis VASSY, directeur de cabinet du ministre délégué aux anciens combattants, au sujet de la préparation de la rencontre avec le chef de l'Etat et de ette pseudo histoire de « G12 » issue de la réunion du 18 février 2014. Boaza GASMI est aujourd'hui engagé dans une démarche de préparation de sa rencontre prochaine avec François HOLLANDE avec les conseillers de l'Elysée.

Pour qui veut comprendre : une réunion du 18 février 2014 sans Boaza GASMI pour parler mesurette et rencontre avec le Président de la République ; de l'autre, les parlementaires, le préfet du Lot-et-Garonne, le directeur de cabinet de Kader ARIF et l'Elysée qui débattent avec Boaza GASMI des modalités de préparation de sa rencontre avec François HOLLANDE. C'est à ni comprendre plus rien ! Les différents comptes rendus de la réunion du 18 février 2014 ont restitué des informations qui sont dans le même temp contredites par les recontres que les décideurs ont récemment accordé à Boaza GASMI.

Même l'Association Jeune Pied Noir souhaiterait comprendre quelque chose à cette obscure réunion du 18 février 2014 et aux comptes rendus qui ont semé le trouble dans le monde "rapatriés".

Enfin, cette même association de rapatriés s'interroge sur la faible diffusion de ces comptes rendus et propose d'ouvrir un débat sur le sujet.

Article Source : Logo Groupe de contact harkis et pouvoirs publics

*******     

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article