Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pierre DUBOIS, maire de Roubaix, fiche les Harkis, tout en se fichant d'eux !

Pierre-Dubois.jpg
Scandale municipal à Roubaix : Pierre DUBOIS, maire de la ville la plus pauvre de France, fiche, illégalement et cyniquement, les Harkis et leurs Familles, tout en se fichant d'eux !
Par Khader MOULFI
 
Après une très longue période de silence délibéré, notamment, en raison de l'hystérie clientéliste récurrente, à chaque période électorale (le fameux syndrome du "RONA-Garou" que j'évoque régulièrement : lire mon article y afférent en cliquant sur ce lien site
voir mon article en cliquant sur ce lien  agrémenté, d'un débat, sous l'égide d'aucun militant harki mais, mesquinement, d'associations sans rapport avec cette commémoration spécifique (dont des binationaux, en général, racistes anti-Harkis culturellement et héréditairement)... Je reviendrai, sous peu, sur ce camouflet odieux !

J'ai interpellé, en ce sens, les trois présidents d'associations de céans qui sont, depuis, aux "abonnés absents" m'ayant contraint à devoir saisir, personnellement, le 09 août dernier, la Commission Nationale de d'informatique et des Libertés (CNIL), pour dénoncer ce non-respect d'une loi de droit commun applicable pour tous !         

La plainte est en cours d'instruction...

Certes, je vais encore avoir les "oreilles qui sifflent" mais, envers et contre tout et tous, je n'accepterai, jamais, ces injustices et ce mépris, de nos droits fondamentaux, par ces "puissants"... Et, s'il n'en restait qu'un, de militant, je serais celui-là.

Affaire à suivre...

            de Khader Moulfi.

En l'espèce, personne ne pourrait contester, dorénavant, que les Harkis et leurs Familles sont victimes, depuis le 18 mars 1962 (date de la signature des déviants et criminels Accords d'Evian), d'une très odieuse et insidieuse "administration néocoloniale" étatique et institutionnelle, via des associations "coquilles-vides", à leurs bottes (les politiques de tout bord et autres pouvoirs publics), par le biais d'un clientélisme abject et antirépublicain... Or, l'article 20, alinéa 2, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme du 10 décembre 1948 entérinée, à Paris (au Palais de Chaillot), par la République Française (comptant parmi les 58 Etats-membres de l'Assemblée Générale des Nations-Unies de l'époque), ne stipule-t-il pas, formellement, que : "Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association" ?
     
En bref, nos dirigeants et administrations (préfectures en tête) ont spolié, de façon illicite et sournoise, tout droit à l'existence individuelle, des Rapatriés d'Origine Nord Africaine (ou RONA qui est le terme administratif pour nous désigner telle une tribu dépourvue de personnalité intrinsèque), en nous imposant, de facto, un droit local revival rétablissant, iniquement, le retour du "caïdat", par la désignation ubuesque de "tuteurs" décidant, en parfaite illégitimité, de notre sort collégial, par l'entremise d'associations aux "ordres" et réputées, fallacieusement, représentatives !
     
Par conséquent, quand bien même la première ligne mentionnerait-elle que : "Toute personne a le droit à la liberté de réunion et d'associations pacifiques", le second paragraphe susvisé prohibe, formellement, la contrainte d'usage à être représenté, arbitrairement, par une association... Or, en agissant de la sorte, l'Etat, les collectivités, ... Violent, de facto, ces dispositions de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, visiblement, à géométrie très variable.
     
Ces turpitudes quasi-étatiques sont généralisées, bien évidemment, sur l'ensemble du territoire et, plus particulièrement, dans les secteurs à forte implantation, de familles harkies mais, toutefois, il convient de prendre acte que, dans ma ville, Roubaix, cette dérive abjecte est amplifiée... Notamment, en raison du très fort taux de chômage massif et de très longue durée contribuant, de notoriété publique, à mieux forcer à l'allégeance, en contrepartie d'emplois, subventions, logements, ... Car, au sein de cette baronnie locale nordiste (passant de gauche à droite à la vitesse de l'éclair), rien ne s'obtient sans clientélisme et népotisme.
     
Les associations supposées défendre, les Harkis et leurs Familles, étant "muselées", via un "béni-oui-ouisme" aigu et opportuniste, la municipalité roubaisienne, se permet, en l'occurrence, de faire tout et n'importe quoi... En chargeant, pour ce faire, ses "valets de méfaits" d'essayer de museler et de marginaliser, les rares militants actifs comme moi-même, pour éradiquer toute résistance, de surcroît, dans une commune aussi sinistrée, communautarisée et clochardisée. Il est compréhensible que le militantisme d'intérêt général, dans une conjoncture de lutte quotidienne, pour sa propre survie et celle des siens, ne soit pas une priorité absolue pour les RONA roubaisiens (ennes), de surcroît, quand la seule issue économique et sociale semble relever de la mairie-providence et d'elle-seule.
     
Par ces motifs, le nouveau maire de Roubaix, Pierre DUBOIS, dans une totale continuité de son prédécesseur, René VANDIERENDONCK dit "Vandie", a cru pouvoir envoyer, massivement et, en toute impunité, aux Harkis ou à leurs veuves, un courrier nominatif indiquant, leur qualité (ceci prouvant qu'un fichier prohibé est, d'ores et déjà, réalisé), dans la perspective de remplir, une très singulière fiche de renseignements devant contenir des informations ultra confidentielles (dont les états de service)... Venant corroborer l'intention délictuelle de compléter, par les protagonistes, ce fichier illégal, de plein droit, constituant l'infraction d'atteinte aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques (visée et réprimée par l'article L.226-16 et suivants du Code Pénal dont la loi du 06 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux fichiers et aux Libertés).
     
Il était prévisible que les Harkis ou leurs veuve, dans la perpétuelle expectative d'une réparation définitive, de leurs préjudices, allaient répondre, en majorité, à ce courrier très flou car, pour ces derniers, toute missive officielle est providentielle de fait.
     
Le Sieur DUBOIS pousse, le cynisme, en débutant, sa missive, par : "La Ville de Roubaix a signifié à plusieurs reprises sa volonté de créer des moments particuliers à l'occasion du cinquantième anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, prélude à l'indépendance..." (?). Mais, de qui se moque-t-il ?La thématique, de ce sordide "cinquantenaire", est celle de la signature des Accords d'Evian (le 18 mars 1962) et, aucunement, le pseudo cessez-le-feu, du 19 mars 1962 à 12 heures, qui a été violé, dès le premier jour, par le FLN et ses "marsiens" engendrant, au passage, le génocide de 150000 Harkis, plusieurs milliers de Pieds-Noirs et 535 soldats métropolitains.
     
Force est de constater que, pour des motifs strictement idéologiques et clientélistes (Cf. la très forte population immigrée algérienne et binationale de céans en vue, bien évidemment, des municipales de 2014), notre maire falsifie, perfidement, l'histoire et cette célébration douteuse détournée de son objet.
Quand on prétend vouloir honorer, les Harkis ou leurs veuves, à l'occasion de la Journée d'Hommage National aux Anciens Membres des Forces Supplétives et assimilées, le 25 septembre 2012, on commence par respecter, ceux-ci et leur "drame"... Mais, que nenni, puisque, dès le 20 septembre, notre premier magistrat a entrepris, au cinéma LE DUPLEXE, la projection de "L'ennemi Intime"
                                                                                                       de Khader Moulfi. 
--------------------------------
   l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux    

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article