Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019

" C'est en 1963 que débute alors la construction

de la cité Mazet "

Kader Guelfout

Président de l'ARAPA

Association des Rapatriés et de leurs Amis du Pays d'Arles

- Cliquez droit pour Enregistrer l'image sous...

Cliquez sur les photos -

Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019
Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019
Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019
Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019
Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019
Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019Cérémonie hommage Bachaga Boualam et leurs Familles à Mazet à Mas Thibert (13) 30 Novembre 2019

*******  

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ouchen 23/01/2020 05:05

Honneur et respect aux grand héros de la guerre d Algérie 1954 / 1962

révoltes75 11/12/2019 02:20

Il importe de rappeler que c'est à Mas Thibert qu'étaient arrivés les premiers Harkis ceux qui accompagnaient le Bachaga Boualam le 18 mai 1962. Ils avaient été évacués in-extremiste par l'armée française pour leur éviter d'être massacrés quand il avait été réalisé que les accords d'Evian ne seraient pas respectés. Ensuite, s'est implanté le camp du Mazet qui n'a disparu totalement que vers 2010 car il restait encore au moins un ou deux préfabriqués dont celui de l'école mais personne n'avait demande la sauvegarde. Ce lieu de mémoire devrait être un symbole de l'histoire des rapatriés français musulmans et un lieu de passage obligé pour se souvenir de l'abandon des Harkis et de l'installation précaire des rescapés. D'autant plus, qu'il existe déjà dans le même périmètre une plaque fixée sur une pierre en hommage à la date d'arrivée du Bachaga Boualam. Par contre, ce qui est incompréhensible c'est l'absence sur les photos des Boualam dont le fils du Bachaga qui habite sur place et qu'on ne voit pas. Comme on ne voit pas non plus les autres familles de Harkis du lieu. En effet, si on enlève les nombreux porte-drapeaux, les invités venus d'ailleurs dont les pieds noirs il n'y a pas grand monde. Pourquoi?
Enfin, et c'est plus incompréhensible, c'est ce petit muret avec une plaque qu'on nous présente comme un "monument" qui aurait été financé par la Région, le Département, la Mairie d'Arles, l'ACCM et l'ONAC réunis! Pourrait-on connaître le budget et les sommes dépensées par chaque collectivité ou organisme svp? Merci

Guy Regazzacci 10/12/2019 21:21

Bonjour à tous,

Hommage au Bachaga Boualem qui était un homme d’honneur, il a tout fait pour rapatrier le maximum de membres de sa famille sur le sol métropolitain.

Il était maître des 24 tribus de Béni Boudouane de l’Ouarcenis.

En 1959, il avait dit à 2gol : « mon général, si vous me donnez le feu vert, je vous lève une armée de 500.000 musulmans et vous pourrez faire rentrer les appelés chez eux… »
Le général a balayé d’un revers de main cette assertion car il savait déjà qu’il abandonnerait à leurs sorts les populations fidèles à la France, toutes confessions confondues.

Le 28 janvier 1960, il déclara à l’Assemblée Nationale :

« …Sur les drapeaux des régiments de Tirailleurs algériens et sur les étendards des Spahis est gravée une devise. Ce n’est même pas « Honneur et Fidélité » mais « Honneur et Patrie », notre Patrie, c’est la France, et nous n’admettons pas qu’on l’arrache de nos cœurs. Nous n’admettons pas, après le 13 mai (1958), après le référendum du 28 septembre (1958), qu’on revienne sur notre volonté de vivre et de mourir français. Nous n’admettons pas non plus que la métropole soit consultée pour savoir si l’on nous autorise à être français. C’est une injure qui nous est faite, à nous Musulmans, qui avons défendu sur tous les champs de bataille un honneur commun, une patrie unique et qui sommes un mélange de races et de confessions ni plus ni moins divers que le peuple français lui-même… ».

Voila qui était le Bachaga, un homme intègre, fidèle à son pays; la France avec au final fort peu de reconnaissance et c'est peu dire.

Harkamicalement.