Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo

Une commémoration poignante pour ne pas oublier l'abandon des Harkis. Photo Adeline Lebel

Émouvante cérémonie pour se souvenir des Harkis

Abandonnés par la France d'un côté, persécutés par les Algériens de l'autre, les Harkis sont les doubles victimes d'un conflit qui reste, pour tous, une tâche sombre dans l'Histoire française.

Ce samedi, on a commémorer la journée de l'abandon des Harkis en mémoire du 12 mai 1962, date à laquelle a été prise la décision par le gouvernement français d'interrompre l'accueil des supplétifs de l'armée française, combattant sous le drapeau tricolore mais indignes, pour de sombres raisons racistes, d'être Français.

Repoussés en Algérie ou parqués dans des camps pendant 20 ans, les Harkis obtiennent enfin reconnaissance de leur combat depuis quelques années, et c'est sous ce même message d’apaisement qu'était placée la cérémonie qui s'est déroulée ce matin au parc Haussmann, à Draguignan.

 

"Ce qu'il faut désormais, c'est une poignée de main fraternelle entre les deux pays, entre la France et l'Algérie", a affirmé Jeanne Etthari, présidente fondatrice de Mémoire, Unité, Dignité des Rapatriés d'Algérie, organisatrice de la commémoration et fille de Harki. 

12/05/2018

***

Harkis : aller de l'avant mais ne jamais oublier

Draguignan La journée de l'abandon des supplétifs locaux de l’armée française en Algérie, lâchés par le gouvernement en 1962 lors du retrait des troupes, a été commémorée hier

La guerre d’Algérie reste une tâche sombre sur l’histoire de France. D'où que l'on se place, les drames terribles vécus de part et d'autre sont inacceptables. Celui vécus par les Harkis l'est à plus forte raison en cela qu'il place ces supplétifs de l’armée française, recrutés en Algérie, en victime des deux camps. D'un côté réprimé par une population maghrébine voyant dans ces combattants l'incarnation d'une France colonialiste, de l'autre rejeté du territoire métropolitain - quand ils n'étaient pas parqués dans des camps durant les 20 ans d'existence de ce moyen de rétention - pour d'obscures raisons qu'il faut bien qualifier de racistes.

Espoir en des jours meilleurs -

 

Pour se souvenir du sort réservé aux Harkis en 1962, quand la décision est prise de ne pas les accueillir en France, de les abandonner, une journée de commémoration est organisée chaque 12 mai.

Hier, au parc Haussmann de Draguignan, cette poignante cérémonie a permis d’écouter ces témoignages bouleversants, d'entendre ces voix de descendants de Harki, des voix pleines de résilience et d'espoir en des jours meilleurs.

13/05/2018

***

Intervention de Mr Alain Ferki  sur le drame des Harkis le 12 Mai 2018 en référence aux télégrammes du 12 mai 1962, à l'invitation de Mme Jeanne Etthari Présidente de l'association MUDRA Draguignan (83)

Cliquez sur l'article

Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo
Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, VidéoCommémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo
Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, VidéoCommémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo
Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, VidéoCommémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo
Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, VidéoCommémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo
Commémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, VidéoCommémoration abandon des harkis du 12 mai 2018, ​​à Draguignan (83) Presse, Photos, Vidéo

Une journée pleine de fraternité, de partage et d'émotion. 
Merci à tous d'être venu de tous les coins de France. 
Merci
Alain Ferki porte parole de la fondation du 12 mai 1962  et Claude RHAMOUNI de Pau.
Merci aux autorités, aux élus, à tous les maires venus nombreux.
Merci à la légion 
Merci au  Président du comité d'entente des Associations Patriotiques.
Merci à
Maurice Andreoli Marquis de SOVICO et d'ombre  et son épouse 
Merci à
ASAF.
Merci à Monsieur
Basilio président de l A.C.U.F
Merci à l Amicale des Rapatriés d'Algérie 
Merci au cercle Algerianiste 
Merci l Association Amicale des Arméniens de
Draguignan et de sa région
MERCI à toutes les  associations
Harkis et pieds noirs du Var, Alpes maritimes et des bouches du Rhône, du vaucluse et d ailleurs. ..
Merci de tout mon coeur pour votre soutien et à tous les bénévoles qui ont œuvré pour cette journée exceptionnelle. 


Et je tiens à remercier Monsieur  Alain Ferki porte parole de la fondation du 12 mai 1962 pour ce bel hommage par sa présence et son rappel de l'histoire dans son allocution. 

Nous avons organisé cette journée comme une  grande famille unie par l'émotion de cette tragédie. 
Je remercie également mes frères et sœurs de cœurs harkis qui sont toujours présents par leurs engagements et leurs bénévolats  Aïcha, Mohamed M, Houria, Mohamed B Zahir,  Fatma, Jean Leopold, Jacques L.boubou, David, Nacera , Bachir,  Sonia, Nicole, et

beaucoup d 'autres, tous nos amis de Draguignan bien sûr
Les Anciens du  Muy, de Montmeyan, de l'Escarene, de Nice, de Cannes, de Rians, de Apt,de Pau, de Marseille, de Montpellier, de Mas Thibert, Jean,  et tous ce qui nous soutenus par le coeur par leurs messages.
Enfin, pardon pour ceux, que je n ai pas citer car la liste est longue !!! Merci encore !
Jeanne ETTHARI 
Présidente Fondatrice 
Mémoire Unité Dignité des Rapatriés d'Algérie.

*******

Cliquez sur l'

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

firech 20/05/2018 15:04

Comme la plupart de ces commémorations du 12 mai 1962 on déplore l'absence des familles de Harkis bien moins nombreux que les invités. C'est dommage mais il en est de même quand c'est celle officielle du 25 septembre organisée par les mairies. Dans son discours Jeanne, très émue, fait la confusion en parlant des Accords d'Evian du "12 mai 1962" mais on aura rectifié. Par contre, l'article de presse écrit qu'elle prône un message de réconciliation et ... d'apaisement entre la France et l'Algérie. OUI mais à la condition de reconnaître le drame des Harkis et de réparer son préjudice moral, historique et matériel même si Jeanne, comme beaucoup d'autres, se pose la question de "comment peut-on réparer le passé"?
Déjà en reconnaissant de part et d'autre leur responsabilité. La France l'a fait, l'Algérie doit le faire.