Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)

- Presse et Communiqué de L'Aracan -

L'Aracan s'est réunie ce mardi, sur le site présumé du cimetière

L'Association des Rapatriés Anciens Combattants d'Afrique du Nord (Aracan) a eu accès, après dérogation, à un certain nombre de documents qui révèlent l'existence d'un cimetière dans l'actuel camp militaire.

Les travaux de recherches de Nadia Ghouafria, de l’association Aracan, permettraient d’attester de la présence probable d’une trentaine de tombes sur le site militaire de Saint-Laurent-des-Arbres.

Une brève cérémonie sur le site

C'est ce qu'a révélé ce mardi matin, L'Association des Rapatriés Anciens Combattants d'Afrique du Nord (Aracan), lors d'une brève cérémonie sur le site présumé où ont été enterrées entre 1962 et 1964, les personnes décédées dans le camp de Saint-Maurice-l'Ardoise.

Un camp effroyable

Un camp qui a connu le transit de plus de 10 000 personnes jusqu'à sa destruction en 1976, après la révolte des familles dont les conditions de vie étaient effroyables.

Un triste bilan

Les recherches menées par l'Aracan ont permis d'établir que 70 personnes ont été enterrées dans le camp de Saint-Maurice-L'Ardoise dont 12 enfants mort-nés, 26 nourrissons de moins de 1 an, 18 jeunes enfants entre 1 et 2 ans décédés de la rougeole et 14 adultes.

Des recherches immédiates

Des recherches ont été réclamées par l'Aracan au secrétariat d'Etat aux anciens combattants. Elles auraient été immédiatement prescrites afin de savoir s'il reste encore des ossements sur place.

29/10/2019

*******

Le cimetière se situe sur le le terrain militaire au milieu de deux rangées de chênes verts et blancs dans une clairière. L’endroit difficile d’accès en 1979 était recouvert de ronces.

Aussi lançons-nous un appel à toutes les associations patriotiques pour soutenir et accompagner notre démarche mémorielle et notre découverte.

- Cliquez sur le Communiqué de L'Aracan -

Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)
Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)

- Cliquez sur les photos -

Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)
Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)
Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)
Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)Gard rhodanien: Un cimetière Harki localisé au camp militaire de Laudun l'Ardoise (30)

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djafour mohamed 31/10/2019 11:09

Merci à Nadia qui excelle dans ce domaine. Dans le cadre de ce dossier honteux.

mémoire des camps 31/10/2019 09:45

Bonjour,

Merci à son président de L'ARACAN du Gard, monsieur Ali Laidaoui et son équipe pour son investissement, et pour la préservation de ce lieu de mémoire.

Un lieu de mémoire, chargé de peine et de souffrance.
Le futur lieu de mémoire, ancien cimetière "enfants" de la mémoire harkis.
Après l'inauguration de la stèle souvenir "146 morts du camp Joffre" sur la commune de Rivesaltes, le 19 octobre 2019.

Ne jamais oublier, les 11 tombes du camp de Bourg-Lastic.
Les les 6 tombes du camp de la Rye.
Les 146 tombes du camp militaire Joffre à Rivesaltes.
Les 36 tombes ? Du camp de Saint-Maurice-L'Ardoise.

Pourquoi, des cimetières sans tombes, sans nom, sans histoire ? Nos lieux de mémoire, les cimetières et les 70 hameaux ONF, des lieux de relégation.

Comme ces cimetières qui étaient des lieux de relégation dans les camps militaires.
Ne jamais oublier cette politique de relégation en métropole "France".

revoltes75 30/10/2019 09:59

Grave, très grave, trop grave.
Notre ami Arfi nous avait déjà alerté.
C'est une lourde responsabilité des pouvoirs publics qui avaient négligé ces populations rapatriées dans des conditions humiliantes au point que n'ont pas été respectées les sépultures de leurs morts. Merci â tous ceux qui ont mis à jour ces manquements inqualifiables. Justice aux Harkis et a toutes les familles de français musulmans enfermées et abandonnés dans ces camps d'internement politique et de relégation sociale. Ce site doit être classé monument historique comme devraient l'être beaucoup d'autres. C'est urgent.

Guy Regazzacci 30/10/2019 09:25

Bonjour à tous,

En fait, si Nadia Ghouafria n'avait pas fait de recherches et réussi à prouver que des tombes était là, sans sépultures décentes, rien ne serait fait.

Une fois de plus, nous constatons que l'état attend, ce sont de simples citoyens qui vont faire avancer les choses.

Le communiqué de l'ARACAN dit : "Aussi lançons-nous un appel à toutes les associations patriotiques pour soutenir et accompagner notre démarche mémorielle et notre découverte".

Bien sûr, je pense que toutes les associations patriotiques Harkis et même au delà; les associations d'anciens combattants et certains organismes comme le Secours de France soutiennent et soutiendront de tout coeur ce qui sera entrepris pour la réhabilitation de ces tombes et leurs mises en valeur comme au cimetière de Bourg Lastic.

Évidemment, si "SOUTENIR" veut dire apporter une aide financière, je pense que le plus grand nombre des associations soutenant cette cause y participeraient.

Mais, ceci n'engage que moi, je pense que c'est à l'état Français de financer ces recherches et tout ce qui s'en suit... Création éventuelle d'un cimetière, installation d'une stèle commémorative avec comme à Bourg Lastic, des panneaux relatant le calvaire subi par les familles de Harkis parqués en ces lieux maudits.

Pourquoi l'état, parce que c'est lui et lui seul qui est à l'origine de ces faits.
Bien sûr, les gouvernants actuels ne sont pour rien dans cette tragédie mais, c'est à eux de prendre en main ce problème non réglé à ce jour pour faire en sorte que ses populations -les Harkis et descendants- se sentent compris et considérés comme tous citoyens Français.

Cette prise en charge mémorielle ne saurait évidemment occulter le volet matériel qui est d'un autre ordre et aussi, toujours pas réglé...

Ne pas tomber dans le piège de l'état, qui, montrant sa bonne volonté comme à Rivesaltes le 19 octobre(à minima selon moi) attirant les feux des projecteurs sur lui, se tresse des couronnes de lauriers alors que ce sont les milieux associatifs (ou des particuliers comme Nadia) qui sont à l'origine de ces réalisations.

Harkamicalement.