Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hommage rendu à ce couple qui a aidé quarante familles de harkis à s'installer dans l'Yonne (89)

Une cérémonie avait lieu hier ce mercredi à Sens en hommage à Martine et Jean Tutenuit qui ont aidé quarante familles de harkis qui fuyaient les massacres en Algérie, à s'installer dans l'Yonne en 1964. Précisément à la cité de l'oasis, un lotissement pavillonnaire de Saint-Valérien (89). 

Martine et Jean Tutenuit (assis au milieu) habitaient à Bussy le repos quand ils ont décidé d'aider des harkis à s'installer dans l'Yonne au début des années 1960 © Radio France - Renaud Candelier

L'engagement du couple Tutenuit est immédiat envers les harkis se souvient Martine Tutenuit, alertée par son frère qui fait alors son service militaire en Algérie : "il nous demandait de sauver des harkis si c'était possible. Cela allait de soit que ces gens seraient égorgés et que donc, il fallait faire quelque chose pour les sauver."

Une mairie accueillante, mais des habitants hostiles

Le couple trouve à Saint-Valérien (Yonne) une municipalité accueillante mais plutôt de l'hostilité, du côté des habitants se souvient Jean Tutenuit aujourd'hui âgé de 91 ans : "quand le premier harki est arrivé, qu'on est allé le chercher à la gare, le village avait été prévenu. Et le résultat, c'est que pratiquement personne ne se montrait dans les rues, à part une personne, le vieux curé."

Une vie précaire, mais mieux que dans les camps

Khadra Safrioune était une enfant quand elle arrive à saint Valérien dans ces pavillons situés à deux kilomètres du bourg : "j'ai le souvenir d'être une petite fille qui avait très froid, très faim, qui allait à l'école par tous les temps. On vécu dans la misère mais malgré tout nous avons eu de la chance grâce à ce couple parce que les autres familles avaient été parquées dans des camps, des camps à ciel ouvert."

Les harkis participent au développement économique

Ces quarante familles et leurs 110 enfants permettent au village d'avoir quelques années plus tard un collège. Et de développer un projet économique, souhaité par Mme Varret, le premier adjoint au maire de l'époque rappelle Martine Tutenuit : "Elle demande à la Sonacotra - construisez-nous un lotissement, je fais venir des usines et vous aurez du personnel sous la main." A cette époque la France manquait de main d'oeuvre, aujourd'hui quelques industries perdurent à Saint-Valérien.

25/09/2019

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

C'est ici

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zio 07/10/2019 22:47

Bonsoir à tous,
Mon cher Guy,
Dans notre communauté,nous savons faire la difference.
Nous sommes conscients que énormément de compatriotes nous ont tendu la main.
Et de cela nous leur en sommes reconnaissants éternellement !!!
Nous ne melangeons pas tout.
Là où,je vous rejoins complètement,c'est sur De Gaulle,mais admettez s'il vout plait mon ami Guy qu'il n'etait pas seul?
Sinon cela serait trop facile!!!
Dans cette sale histoire honteuse,nul n'est dupe car c'est d'histoire de FRANCE dont il s'agit et croyez qu'elle n'est pas belle!!!
Toutes les tendances politiques nous ont humiliés !!!
Nous ne sommes même plus leur variable d'ajustement electorale.
Suivez mon regard...
Ceux qui achètent les voix avec le clientelisme des binationaux se reconnaîtront.
Le courage politique n'est pas donné à tout le monde.
Cela me fait penser à un homme,je m'explique excusez moi.
Ce n'est pas parce que il à des testicules que cela fait de lui un homme.
Je connais des femmes qui sont plus courageuses que 10 hommes réunis.
Il en va de même pour la moustache!!!
Et à notre grand désespoir,je n'aie pas vu pléthore d'hommes passés en politique Française.
L'Interet personnel prime toujours sur le général.
Occupés à amasser des sommes colossales afin de préparer leurs retraites dorées.
Ainsi mettre leur famille à l'abri par atavisme,ils en ont cure de nos Geremiades et de nos souffrances!!!
Voilà mon sentiment...
Je pense encore avoir le droit de le déverser au dossier de la honte.
En attendant mon cher Guy,je adresse mes salutatiins distinguées.
J'espère vous lire bientôt,

Guy Regazzacci 06/10/2019 11:56

Bonjour à tous,

Magnifique témoignage. Ce couple est à mettre à l'honneur, cela va de soi.

Bien entendu, ILS ont mal été accueillis. Pourquoi? à l'époque les moyens de communications étaient presque nuls et "Les Français" ne savaient rien ou presque de cette guerre.

Pour eux, seul comptait que les appelés du contingent n'aillent plus en Algérie se faire tuer pour ces Arabes et ces Pieds Noirs.

Au vu de la désinformation absolue qui venait du gouvernement goliste et aussi des journaux tels que l'humanité; les Arabes -dont les Harkis- et les Pieds Noirs étaient rayés de leurs pensées et "ILS" n’intéressaient plus les Français de métropole ou du moins la plus grande majorité.

Preuve en est cet article où l'on constate que certains ont su faire preuve de compassion et d'entraide vis à vis de cette communauté meurtrie à plus d'un titre. Ils sont à mettre à l'honneur.

Un exemple de ce manque total d'information au sujet de l'Algérie.
Ma famille par le hasard de nos connaissances en métropole (peu nombreuses) a atterri en 62 dans un petit village de l'arrière pays Niçois, Roquestéron. Nous avons su plus tard que des familles de Harkis étaient aussi en ce lieu...
Mon père, qui était à l'épicerie du village a entendu des gens dire que des noirs allaient arriver. Il s'est alors rendu compte qu'ILS parlaient de nous, de ma famille?

Cela montre parfaitement la totale désinformation et la totale ignorance des métropolitains vis à vis de la réalité Algérienne.

Harkamicalement.