Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kader, J'étais présent à Rivesaltes (66)

Le 19/10/2019, j'étais présent à Rivesaltes pour l’inauguration de la stèle dédiée aux harkis morts à rivesaltes.

À  mon arrivée en voyant tous ces compatriotes harkis j'ai pleuré de joie et fier d'être là avec eux et je me suis dit, tu vois tu n'es pas seul il y a encore beaucoup de harkis, car dans ma ville de 9000 habitants je suis le seul harki, nos problèmes qui durent et persistent des différents camps de transit, de notre passé de notre futur, que nous tous le voyons encore négatif, vu les promesses jamais tenues de nos différents gouvernements, on le sait maintenant le sort des harkis n'est pas une priorité.

 

Enfin, j’ai vu qu’on était tous dans la même galère, on nous a dit la France c’est votre terre promise pour retrouver tout ce que nous avions perdu, ou plutôt sacrifié, pour défendre notre France chérie mais c’est tout le contraire qui s’est produit et qui se produit encore, mais nous l’aimons toujours plus notre patrie France.

 

Vers 15 h 30, madame Geneviève Darrieussecq secrétaire d'État auprès de la ministre des armées arriva pour la cérémonie, celle-ci commença son discours et puis, se furent enfin le tour des parents ayant perdu des enfants de déposer une gerbe au pied de la stèle, je remarquais que beaucoup d'yeux rougissaient et pleuraient dans l'assistance, certains se retournaient avec un mouchoir à la main pour éponger leurs larmes, moi aussi j'ai craqué quand j'ai déposé la gerbe avec d'autres compatriotes au pied de la stèle.

Et j'ai vu gravé sur celle-ci les deux prénoms de mes frères jumeaux nés en 1962, décédés en 1963, tout en minuscule à peine visible j'ai pleuré de colère, j'ai pleuré de tristesse, où sont-ils enterrés, personne, personne pour nous expliquer comment sont-ils décédés ?, je pense que c’est le froid et le manque d'hygiène c'est mon avis.

 

De bataillon de harkis nous sommes devenus du bétail de harkis, ils ne méritaient pas ça, deux bouts de choux qui meurent sans explications, enterrés je ne sais où, chose qu'on nous cache comme d'habitude, pourquoi notre France chérie a laissé faire ça, des fois je me mets à penser et me dis avec tristesse et en demandant pardon à mes deux petits frères qui auraient 57 ans en 2019, vous êtes bien là où vous êtes, au moins vous avez évité 57 ans de galère, d'humiliation, d'abandon que nous les anciens continuons à subir et à souffrir, pardonnez encore mes frères.

 

Voilà, chers compatriotes harkis, je vous embrasse en espérant qu'un jour futur, un gouvernement saura nous écouter et résoudre nos problèmes,sachez que les élections approchent et surtout que nous sommes à part entière des Français, (et non des immigrés, c'est mon avis personnel, ils sont mieux vus et aidés que nous).

 

Quant à l'organisation c'était un peu juste, pas assez de chaises pour les vieilles personnes, pas de toilettes à proximité et surtout même pas un pot d'amitié, à très bientôt mes frères.

Kader

*******  

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

révoltes75 15/11/2019 09:43

"Et j'ai vu gravé sur celle-ci les deux prénoms de mes frères jumeaux nés en 1962, décédés en 1963, tout en minuscule à peine visible j'ai pleuré de colère, j'ai pleuré de tristesse, où sont-ils enterrés, personne, personne pour nous expliquer comment sont-ils décédés ?, je pense que c’est le froid et le manque d'hygiène c'est mon avis."
Oui vous avez raison cette stèle est tellement ridicule qu'on a du mal a lire les noms qui vont vite disparaitre avec le temps et les intempéries. Ce qui en sont les auteurs devraient avoir honte car c'est une insulte aux morts. Ce muret est à raser pour y construire par dessus un mémorial grandiose pour rappeler dignement le drame vécu par toutes ces victimes avandonnées jusque dans leur mort.

Guy Regazzacci 14/11/2019 13:39

Bonjour à tous, bonjour Kader,

Le commentaire de Kader est très émouvant.

Ce qu'il dit au sujet de cérémonie est fort juste.

Lors du premier article sur cette manifestation paru le 21 octobre j'avais dit, sous une autre forme, ce que Kader a ressenti;

Voici ci-dessous :

"Cérémonie organisée à "MINIMA" et c'est peu dire.

Un sous-officier en tant que maître de cérémonie.

Pas de piquet d'honneur, pas de musique militaire, pas de verre de l'amitié.
Pas assez de chaises eu égard au nombre de personnes âgées présentes dont de très nombreuses femmes; certaines d'entre elles ayant perdu un être cher en ce lieu maudit.
Cela peu paraître futile mais, pas de toilettes, rien à proximité immédiate, cela malgré la présence de plusieurs centaines de personnes.

Mauvaise organisation générale, les personnes assises étant à l'arrière plan des personnes présentes, de ce fait, aucune visibilité sur ce qui ce passait.

Que dire de madame Darrieussecq, cela n'engage que moi mais, aucune empathie.

Elle est venue inaugurer cette stèle où les noms sont presque illisibles tant ces inscriptions sont petites ainsi que la stèle d'ailleurs.

Elle a fait son travail, STOP. Je ne pense pas que le sort des Harkis et de leurs descendants l'empêche de dormir la nuit, ou alors elle cache vraiment son ressentiment; je l'espère...

Très très déçu, une fois de plus, le sort des Harkis ne semble pas être la priorité de notre gouvernement.

Heureusement, les rencontres, après cette inauguration bâclée en quelques minutes, ont été forts nombreuses. Nous étions entre nous et seul cela comptait car pas besoin de longs discours pour se comprendre.

Le passé est là en nous et ne peut disparaître avec quelques aides dispensées avec parcimonie. Ne pourront jamais s’effacer de notre mémoire ces moments terribles de notre histoire

De nombreux pleurs et aussi des sourires lors de retrouvailles".

Harkamicalement.

révoltes75 15/11/2019 09:56

Oui exact. Merci Guy pour vos justes réflexions tellement constructives qu'on devrait les assembler et les distribuer aux associations dont certaines minuscules gagneraient a les connaître et à en tirer leçon au lieu de chercher aveuglément leur intérêt personnel.