Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La justice invitée au Groupe de Travail sur les Harkis

Depuis la mise en place du groupe de travail sur les harkis par le Gouvernement, force est de constater que l’initiative gouvernementale Justice est rejetée et dénoncée par une majorité d’associations, et notamment par une part significative de la communauté harkie.

Illégitime aux yeux de nombreux enfants de harkis, le Groupe de Travail est aujourd’hui fragilisé. Les déplacements du président de Groupe de Travail aux quatre coins de la France se résument depuis quelques semaines à de la cacophonie et à des débats interminables sur la méthode ayant conduit à la naissance du Groupe de Travail.

Le 29 mars dernier, une association de harkis a décidé de prendre une initiative judiciaire. Une plainte a été déposée par l’Association France Harkis auprès du Procureur de la République de Perpignan pour détournement de fonds publics en raison de l’absence d’existence légale du Groupe de Travail sur les harkis.

Il ressort du texte de la plainte que, faute d’édiction et de publication au Journal Officiel du décret instituant le Groupe de Travail sur les harkis, ce dernier serait inopposable et n’aurait aucune existence légale. Dès lors, les dépenses publiques afférentes seraient engagées sans base légale officielle et opposable. Le texte de la plainte assortie du caché du parquet de Perpignan a été diffusée par l’association plaignante sur les réseaux sociaux.

Pour l’association plaignante, l’ensemble des faits portés à la connaissance de la Justice devrait pouvoir recevoir la qualification pénale de détournement de fonds publics. Dès lors, l’association demande au procureur de la République de Perpignan de prendre les diligences nécessaires dans le cadre des poursuites à engager conformément à la plainte déposée.

Par ailleurs, une autre association étudie le dépôt prochain d’une procédure en référé urgence devant le Conseil d’Etat afin d’obtenir la dissolution du Groupe de Travail sur les harkis.

Enfin, suite à la récente affaire *Ferrand  sur l’usage scandaleux du mot « harkis », des appels à la démission collective des représentants des familles de harkis du Groupe de Travail sont lancés sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook.

04/04/2018

  Source 

21/03/2018

Cliquez

Mis à jour le

05/04/2018 à 10:36

*Ferrand ​​​​​​​

*******

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

*******

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

révoltes1975 08/04/2018 23:30

Rectificatif : le député Ferrand a démenti les propos que lui prête L’Expres du 21 mars 2018. C’est ce que précise le journal par un renvoi d’un asterix (*):
(*) Richard Ferrand, député du Finistère, président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, nous précise: ''Je ne me reconnais pas dans la citation que vous me prêtez selon laquelle des maires qui ne rejoindraient pas la majorité présidentielle pourraient devenir ''les harkis de nos opposants''. Le respect de notre mémoire historique n'autorise pas ce type de raccourcis qui ne reflètent en rien ce que je pense ni même l'idée que je me fais de ceux qui ont versé leur sang pour la France.''
Dont acte.

lisem 07/04/2018 13:51

Lorsque le mot « Harki » devient un slogan de propagande qui rappelle celle des années sombres de la persécution des juifs.
Le peuple français commémore dans l’esprit du « plus jamais ça » et leurs élus gâteux, irresponsables et incompétents, dans leur course effrénée du pouvoir, nous offrent aujourd’hui comme programme, face à leur faiblesse d’esprit, et l’évidence de l’absence de culture historique, la politique de la peur en utilisant le mot Harki comme une arme, dans le but d’affaiblir l’adversaire politique, et l’humilier. Dans le passé, d’autres élus se sont emparés de ce mot pour faire le « Buzz médiatique sur les réseaux sociaux » piétinant les valeurs de la République qu’ils défendent.
Peut-on s’étonner aujourd’hui, face à ce lynchage envers les Harkis, du désengagement de ces jeunes français dans toute leur diversité à s’inscrire au service militaire pour défendre la France, si demain ils seront considérés comme des traites vis-à-vis de leur pays d’origine ?
Alors cette question dépasse les clivages de la communauté rapatriée française musulmane, qui appartient à cette communauté de destin de la France, elle concerne tous les français.
On dit que l’histoire se répète, parce que nous acceptons qu’un élu du peuple se considère au-dessus des lois. Et laisser impunément quiconque insulter les harkis de traîtres parce qu’ils ont fait le plus grand sacrifice : le don du sang pour défendre les français….
C’est par là que commence l’effondrement d’une république.
C’est une pétition nationale qu’il faut lancer : voici un site de pétition https://www.mesopinions.com/petition/creer-petition

A nous de faire le Buzz !

révoltes1975 05/04/2018 21:12

La déclaration de cet homme politique qui assimile le mot harkis à «traîtres» est inacceptable. La démission des membres du G10, titulaires et suppléants, devrait se faire dans l’immédiat jusqu’à la présentation des excuses publiques par M. Ferrand chef du groupe des députés du parti de M. Macron à l’Assemblée Nationale. C’est urgent et indiscutable. Ou alors ce sont des faibles.
Grave, très grave, trop grave.

fille ,de militaire et harkis 10/04/2018 20:51

les harkis ne sont pas des traitres
pour moi ils ont fait le choix de rester francais
il serait urgent que la france enfin le reconnaisse et que les logements le traivail leur soit accorde en priorite
je ne crois que la deuxieme generation harkis ou rapatrie a eu la chance d avoir un regard qui se pose sur eux
harkis traitres je crois pas