Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavaur (81) Ils commémorent la fermeture du camp de Rivesaltes

Les Français d’Algérie réunis à l’initiative de l’association L’Eveil./ DDM

A l’occasion du 55ème anniversaire de la fermeture du camp de Rivesaltes, l’association vauréenne L’Eveil présidée par Pascal Bouzebiba, a commémoré cette triste période, en présence d’une nombreuse assemblée de Français d’Algérie, Harkis et Pieds Noirs. On notamment noté la présence de Jacques Mauries, fondateur de la SCATTA et Guy Labaronne, représentant le RANFRAN Occitanie.

Cette réception s’est terminée par le verre de l’amitié. "L’histoire du camp de Rivesaltes commence en 1938, date à laquelle il est construit sous le nom de "Camp Joffre", avec pour mission première le transit des troupes coloniales ; il est donc conçu comme un camp militaire. Il va accueillir successivement en 1939 les réfugiés espagnols, puis en 1942 les juifs français et enfin en septembre 1962 les ex-supplétifs de l’armée française en Algérie, ceux qu’on appellera les harkis.

Ceux qui ont pu quitter l’Algérie avec leurs familles s’y retrouvent, provenant le plus souvent des autres premiers centres d’accueil, comme Bourg-Lastic, Bias et le Larzac", a rappelé Pascal Bouzebiba. "Aux difficultés matérielles et à la promiscuité s’ajoutent la détresse morale et la douleur de l’exil. Le vent et le froid de l’hiver 1962 soulignent tragiquement la précarité des installations. Rejetés par l’Algérie indépendante et donc par une part de l’opinion française, ils sont longtemps laissés pour compte par le gouvernement français".

Le camp de transit de Rivesaltes aura vu passer près de 21000 Harkis et leurs familles. Il fermera officiellement en décembre 1964.

02/03/2020

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amar Bouchelaghem 06/03/2020 15:04

Bjr
Cvp je veut juste une quistion
- Mes droits en tant que decendant d'un ancien combatant en qualité de harki.(1958-1962)
- svp mon grand père il a conservé la nationalité française 1963, en france mon pére ila 19 ans dans cette date.
- svp trouvé moi une solution
Le tribunale refusé de la demande cnf.
- mon pére travailler en france du 1961 - 1969.( retraité)

BAKHTA ZIANI 06/03/2020 21:12

LES DECENDANTS N ONT RIEN SAUF DEMANDER UNE AIDE AU SERVICE DES RAPATRIES DE VOTRE DEPARTEMENT BON COURAGE

Zio 06/03/2020 14:52

Bonjour,
Je me demande bien ce que représente un commentaire immodéré ????
Avec la sentence infligée depuis 58ans ,devons nous rester inactifs,tels des moutons???
Une question que nous devons tous nous poser.

Zio 06/03/2020 14:49

Bonjour,
Nous avons déjà pleuré!!!
Notre histoire toute la classe politique la connaît.
Aujourd'hui est venu le temps de la réparation.
Tout le reste n'est ue littérature !!!
De grâce parlons des vrais problèmes,que cet exil nous a causé et rien d'autre.
La précarité de notre existante,notre humilité depuis 58ans ainsi que notre comportement exemplaire.
La France s'honnorerait en payant sa dette.
Sans chercher à se cachait derrière des manoeuvres dilatoires honteuses,cela n'est pas la France!!!
En tout les cas pas celle pour laquelle nous avons pris les armes...
Bonnes meditations et bonne journée a tous mes frères.
Un fils de harki fier de son histoire.