Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les harkis demandent à Emmanuel Macron de ne pas les décevoir

Les associations de harkis réclament que le président de la République fasse un geste pour leur communauté, qui avait soutenu le candidat Macron à la présidentielle. Le rapport d’un groupe de travail sur les harkis préconise des mesures de réparation bien en deçà de leurs attentes.

La communauté harkie appelle le président Emmanuel Macron à lui accorder des réparations à la hauteur du préjudice subi à la fin de la guerre d’Algérie, rappelant le soutien qu’elle lui a apporté en 2017 et menaçant de porter plainte contre la France pour crimes contre l’humanité.

« M. Macron a reconnu que la colonisation était un crime contre l’humanité ; c’est peut-être courageux de crever l’abcès mais il ne peut dire cela et de l’autre côté ne pas regarder l’histoire de ces soldats et citoyens français » abandonnés en Algérie en 1962, souligne le président du Comité national de liaison des harkis (CNLH)), Boaza Gasmi, interrogé mercredi à Paris par l’AFP.

Préconisations éloignées des attentes

Le groupe de travail sur les harkis lancé à l’initiative du chef de l’État préconise de créer un « fonds de réparation et de solidarité » de 40 millions d’euros pour ces anciens supplétifs de l’armée française et leurs enfants, loin des attentes des associations.

Celles-ci se réuniront le 15 septembre à Agen pour étudier quelle riposte opposer au gouvernement si celui-ci - qui pourrait faire des annonces le 25 septembre, à l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux harkis - ne prend pas en compte leurs demandes.

L’armée française a recruté jusqu’à 150 000 Algériens comme auxiliaires durant la guerre d’Algérie (1954-1962), rappelle le rapport du groupe de travail remis en juillet au gouvernement et intitulé « Aux harkis, la France reconnaissante ».

À la fin de la guerre, 90 000 personnes, harkis et leurs familles, ont été admis en France dans des conditions précaires - camps, hameaux de forestage et cités urbaines - sans réelles perspectives d’intégration pour eux-mêmes ni leurs enfants.

Les autres - entre 55 000 et 75 000 harkis, selon les historiens - ont été abandonnés en Algérie et victimes de sanglantes représailles de la part des nationalistes qui les considéraient comme des traîtres.

Soutiens de Macron

Les associations demandent entre 4 et 40 milliards d’euros de réparations pour les préjudices subis par la première génération et les suivantes ainsi qu’une loi gravant dans le marbre la responsabilité de la France dans ce dossier, là où le groupe d’experts préconise une simple résolution parlementaire.

« La France a fait que notre terre natale nous est devenue hostile, que nos frères de sang sont devenus nos propres ennemis. Aujourd’hui cette loi nous la voulons ! », insiste Mohamed Badi, porte-parole du CNLH, également présent mercredi à Paris.

« On sait qu’une résolution ce n’est pas exécutoire (..) C’est du papier qui ne sert absolument à rien », renchérit-il.

Le CNLH avait soutenu Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017. Ce dernier avait alors reçu des associations harkies à son QG de campagne.

« Il sera le grand perdant s’il déçoit la communauté harkie », met en garde Boaza Gasmi, estimant d’un à deux millions de voix le potentiel électoral de cette communauté.

Si ces revendications ne sont pas satisfaites, les harkis demanderont réparation devant la Cour européenne des Droits de l’Homme, avertit Mohamed Otsmani, représentant des harkis dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.« Nous allons porter plainte contre la France pour crimes contre l’humanité pour obtenir ce dédommagement », dit-il.

05/09/2018

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

slimane 09/09/2018 17:17

Bonjour, oui,il semble bien que le fameux rapport était prêt bien avant que ne débute les travaux de la commission. Les membres de cette commission le disait déjà dès le début, ils n'étaient pas dupes mais avaient l'espoir de peser sur le cours des choses. Loupé!! Mais ne vous leurrez pas, quelque soient les personnes qui ont eu l'illusion qu'eux auraient fait mieux, qu'ils étaient plus qualifiés, plus armés, plus diplômés, plus ceci, plus cela..blablabla..., c'était perdu d'avance et il ne reste plus qu'à se battre pour nos droits et cesser de perdre son temps à critiquer les siens! GRANDIR, FAIRE PREUVE DE MATURITÉ!! Les divisions et les critiques intra-communauté ne sont que des restes de séquelles des esprits encore colonisés! Nous sommes ainsi toujours les GUEUX de L’État français et nous ne le voyons pas ??!!!!

firech 07/09/2018 19:43

Ainsi donc on prend les mêmes et on recommence ! L'échec annoncé de cette commission était bien prévisible. Ce n'était pas une surprise surtout avec à sa tête la présence de M. Ceaux qui avait bénéficié d'une promotion sur le dos de la communauté des rapatriés musulmans. Passant de sous préfet à Préfet, il s'est bien promené dans toute la France et il a bien "promené" les membres de ce groupe de travail par des illusions et des couleurs qu'il leur a fait avaler. Aujourd'hui, le pauvre Boaza semble poursuivre le combat tel un Donquichotte mais où sont les Serge Carel et les Jeannette Dris qui nous avaient bombardés de leurs communiqués fanfarons publiés sur le site harkisdordogne. Il suffit de les relire pour se tordre de rires.
Grave !
D'autre part, il est vrai que cet article donne des chiffres totalement erronés sur l'histoire des français musulmans rapatriés. Pourquoi dire qu'il est demandé entre 4 et 40 milliards d'€ ? C'est soit 4 soit 40 milliards mais sûrement pas l'un ou l'autre. D'ailleurs, même les 40 milliards ne suffiraient pas à réparer les préjudices subis après les accords d'Evian et le cessez le feu de mars 1962 jamais respectés. Les conséquences de la responsabilité des différents gouvernements furent très lourdes comme l'a reconnu officiellement le président de la République Hollande le 25 septembre 2016. Ce sont bien 150000 Harkis et leurs familles, abandonnés et désarmés, qui ont été massacrés et non 55 à 75000, des dizaines de milliers d'autres rescapés ont été éparpillés en métropole dans les cités urbaines ou dans les camps où ils furent enfermés et privés de libertés, sans oublier la discrimination et le chômage. Si la commission avait obtenu ne serait-ce que la prise en charge des trimestres manquants des retraites pour la première et la deuxième génération ça dépasserait largement les 40 millions proposés. Une aumône !
Ect, ect, etc.

Djelloul MIMOUNI 07/09/2018 09:12

Bonjour tout le monde,
Je pense qu'il est grand temps d’arrêter avec ces histoires de votes, nos parents dont la plupart sont malheureusement décédés n'ont pris les armes pour aucun parti politique. Ils se sont engagés pour un pays pour qui il avaient totalement confiance (on voit le résultat 56 ans après).

Ivainaulion 06/09/2018 22:24

Bonsoir à vous,

Je partage entièrement l'analyse de Guy au sujet de cette communauté.
Je pense aussi que le vote harki n'a pas été en faveur de monsieur Macron. Il faut se souvenir de sa venue très chahutée par les harkis et pieds-noirs à Carpentras et Toulon.
Quant à ce CNLH qui fut un des colleurs d'affiches du groupe en Marche ne représente aucunement la grande majorité des harkis à travers la France. Au vu de leur médiocre prestation avec un résultat nul dans ce groupe de travail. Ces gens devraient au contraire faire profil bas et se faire oublier. Mais ils sont comme les chats ont les sorts par la porte, ils rentrent par la fenêtre.
C'est juste un avis neutre les harkis méritent mieux comme représentants.
Ivain.

Guy Regazzacci 06/09/2018 17:01

Bonjour à tous,

Dans cet article, de nombreuses données sont fausses Surtout sur le nombre de Harkis, et hélas, aussi, sur le nombre de morts.
Par ailleurs, dire que les Harkis ou les associations les représentants ont voté pour Macron, est un mensonge. Il faut savoir qu'à ma connaissance, le vote "Harkis" est loin d'être homogène et c'est sur cela, sur cet état de fait, que joue et abuse nos gouvernants successifs.
Le CNLH ne représente que le CNLH et si il a accordé son entière confiance au futur président cela ne regarde que lui même. Il me semble d'ailleurs qu'il -le CNLH- a bel et bien été roulé dans la farine tout comme la plupart des personnes présentes au G.T. Il est vrai que nous espérions tous, malgré notre scepticisme, que cet énième réunion (le GT) aboutirai à des résultats concrets avec une juste réparation des préjudices subis par les Harkis et leurs familles...
Au final, des dépenses inutiles pour rémunérer le préfet dans son périple au travers de la France. Ha, Monsieur le préfet SOT s'est bien promené, pourquoi? pour rien. Tout ce qui a été dit ou réclamé par les Harkis ou leurs représentants était connu depuis fort longtemps, nos élus le savainet également...
Nous verrons bien le 25 septembre avec les annonces des fameuses 56 mesures qui pour la plupart n'auront aucun impact réel sur la vie des Harkis et de leurs familles.
Seule une loi mémorielle pourrait faire aboutir les revendications des Harkis et cela "MACRON", pas plus que ses prédécesseurs n'en veut. Les Harkis ne pèsent pas lourd dans la machine électorale et ils sont divisés, trop divisés. Chacun travaille pour son propre compte et voila le résultat après 56 ans d'attentes, dommage, vraiment dommage pour cette communauté qui a tant donné pour notre pays, LA FRANCE. La France n'est pas reconnaissante envers ces hommes et leurs familles, pourquoi, par pure calcul politique, hélas.

Harkamicalement.

harki62 06/09/2018 19:19

Bonjour
Entièrement d'accord avec vous .
J'en arrive même à me dire que nous autres harkis et enfants de harkis , on n'a que ce que l'on mérite .
Le jour où notre communauté comprendra la signification du mot UNION , elle aura tout compris , mais ça n'est pas demain la veille car nous sommes trop maso pour ça et cela a parfaitement été compris par les politiques qui usent et en abusent .
Désolé pour ces propos qui pourraient sans doute choquer mais ça n'est que vérité .

FOUDI 06/09/2018 09:44

Bonjour,

la menace du bulletin de vote ne fonctionnera jamais!!! vu l'entente de notre communauté, les manifestations non plus pas de coordination, ni d'information .
A quand une fondation gérer pas des personnes fiables et intègres?

Bonne journée tout de même.

Bey 27/01/2019 22:17

Les enfants harkis nee en France subir racisme discriminé par les professeurs aucun avenir devants subir tous les jours les insultes sale arabe depuis qu'on et née en France la souffrance des gens de se pays français.

Bey 27/01/2019 22:08

Pourquoi la loi ne fait rien pour les enfants de harkis née en France qui en subis rasime discrimination avec nos parents qui ne savais ni écrire ou lire nous cela nous à gâcher notre vie je comprend pas pourquoi il indemnisé pas les enfants qui soufre aussi de ne pas avoir connu aucun grand parents ou famille de la bas .