Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Harkis et leurs amis n’oublient pas au camp de Bourg Lastic et Briffons (63) 26 Août 2017

28 porte-drapeaux étaient présents à la cérémonie célébrée pour le 55 anniversaire de l’arrivée des Harkis au camp. 

 

Les Harkis et leurs amis n'oublient pas.

 

Au camp militaire, 55 ans après la fin de la guerre d'Algérie, s'est tenue une cérémonie du souvenir en hommage aux Harkis et populations musulmanes pro-françaises (*). Taïffour Mohammed, président d'AJIR, l'association d'aide aux Harkis, a réuni, comme chaque année, des anciens qui ont passé l'été 1962, sous tentes, au camp ainsi que des enfants de ces familles déplacées et des amis.

 

Samedi, il a tenu à saluer ceux qu'il appelle « Les Justes » : les militaires français « des hommes d'honneur, tel le général Meyer et le lieutenant Gilles D'Agesqy (qui) ont eu un sursaut de dignité et ont désobéi aux ordres en procédant au sauvetage de leurs hommes, malgré des consignes strictes des plus hautes autorités de l'État ».

 

La cérémonie s'est déroulée en deux temps. D'abord là où subsistent des traces de la vie des Harkis au camp.

L'ONAC a financé un panneau explicatif retraçant cette page d'histoire qui est aussi celle du territoire. Plus de 5.000 personnes ont séjourné en ce lieu, de juin à septembre 1962.

Le premier convoi (818 personnes, 266 hommes, 255 femmes et 297 enfants de moins de 15 ans) est arrivé à la gare de Laqueuille en provenance de Marseille, le 24 juin.

 

Un hommage a ensuite été rendu dans la clairière nommée « Cimetière des enfants de harkis ».

Un panneau commémore aussi le souvenir des très jeunes enfants n'ayant pas survécu aux conditions de leur exode.

 

Dans son intervention, Taïffour Mohammed a évoqué le souvenir de ceux qui ont vécu dans les autres camps installés à la hâte et qui « ont perduré quelquefois de nombreuses années et ont généré des séquelles irréversibles dont les effets sont encore visibles aujourd'hui » ainsi que celui de ceux qui n'ont pas pu gagner la France et ont disparu.

 

(*) En présence de général Meyer et le lieutenant Gilles d'Agesqy, le colonel Rosier, chef de corps du 92e RI ; Jean-Paul Chaput, président de l'ANFANOMA Puy-de-Dôme, les élus du territoire, les associations Harkis de l'Aveyron, de Dordogne, du Gard de Lyon ainsi que le monde combattant et des amis Pieds Noirs.

31/08/2017

Cliquez sur la photo, pour voir les vidéos

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Foudi 04/09/2017 13:38

Bonjour,

Hommage a tous ces enfants morts pour la France et aux parents qui ont laissés un peu de leur vies.