Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas - de Katia Khemache

- Livre du week-end -

Docteure en histoire et professeure d’histoire-géographie en Gironde, l’historienne Katia Khemache a adapté une partie de sa thèse sur La relation entre les pouvoirs publics français et la population harkie lot-et-garonnaise de 1962 à nos jours : Regards sur des pratiques administratives postcoloniales, pour l'ouvrage :Harkis, un passé qui ne passe pas (éd. Cairn)

que l'auteure à présenter et dédicacé lors de l'abandon des Harkis le Samedi 12 Mai à Périgueux.

Cliquez  sur la Vidéo 

Cliquez sur les photos

Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache
Livre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia KhemacheLivre du week-end - Harkis un passé qui ne passe pas -  de Katia Khemache

 

*********

Pour commander le livre 

*******

Cliquez sur l'

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

​​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

memoire des Camps 21/05/2018 12:06

Un extrait du commentaire...qui est juste

Ceci a rendu leur intégration très aléatoire, hélas et nous en sommes là 56 ans après. La mémoire non apaisée et avec un certain état d'esprit emprunt de révolte.

Cela est compréhensible eu égard au traitement infligé aux Harkis depuis le désarmement, puis le massacre, les conditions du rapatriement indigne et enfin la relégation dans les camps en France.

OUI dans des 75 camps de la honte en Métropole....
bref la suite d'une politique de COLONISATION.....
une politique de relégation dans des camps....fruit 56 ans après RELEGATION de la société française

56 ans après aucun parlementaires...absent de la politique....

Guy REGAZZACCI 21/05/2018 11:24

Bonjour Monsieur Firech (si c'est votre nom?)

Vous avez parfaitement raison, c'est bel et bien l'Algérie nouvelle d'après 1962 qui a perpétré ces massacres de masse. C'est bien elle qui n'a jamais respecté les accords d'Evian, 2gol savait bien que le FLN ne le ferai pas mais, il a tourné le dos à ce pays et à tous ses habitants, loyalistes ou pas...
Il est parvenu au pouvoir GRACE à l'Algérie et une fois en haut des marches, il s'est assis sur ses promesses faites à tous ses habitants, européens et musulmans confondus.

Ainsi, de par ce comportement -de 2gol- le nouveau pouvoir Algérien a pu pratiquer en toute impunité son épuration avec le résultat que nos connaissons.
Comme si cela n'avait pas suffit, pour les Harkis, une fois en métropole, il ont été traités "Kif el Kelbs" en étant parqués, pour la plupart, dans ces camps de la honte.ou relégués à l'écart de tout, dans les hameaux de forestage.

Ceci a rendu leur intégration très aléatoire, hélas et nous en sommes là 56 ans après. La mémoire non apaisée et avec un certain état d'esprit emprunt de révolte.
Cela est compréhensible eu égard au traitement infligé aux Harkis depuis le désarmement, puis le massacre, les conditions du rapatriement indigne et enfin la relégation dans les camps en France.

Je vous dis bonne journée et au plaisir de vous lire.
Si vous êtes dans le sud de la France, j'ai vécu 16 ans à Manosque où il y avait une grosse communauté de Harkis, notamment à la cité des "Grands Prés". J'en ai côtoyé un grand nombre. .

Harkamicalement.

firech 20/05/2018 20:24

"La France est en état de pêché mortel" OUI certes mais l'Algérie aussi pour les massacres qui furent commis contre des hommes désarmés et la trahison des Accords d'Evian que les chefs du FLN avaient acceptés et signés. Ces injustices et la malédiction des Harkis ont mené ce pays à la ruine et c'est pas fini.

Guy REGAZZACCI 20/05/2018 12:06

Bonjour,

Hé oui Monsieur Sadouni, vous avez bien raison
Le drame de ceux des Harkis restés en Algérie est un crime contre l'humanité et comme le dit Katia Khemache, un crime d'indifférence de la part du gouvernement goliste qui se lavait les mains de la situation de l'Algérie indépendante.
Du moment que la population Française n'avait plus de soldats sur cette terre, tout allait bien : Circulez, il n'y a rien à voir. Hélas, plus de 500 militaires ont quand même bel et bien disparus et là aussi personne n'en a parlé.
On ne parle pas non plus ou peu des Harkis envoyés déminer sur les frontières, 8 à 12.000 seraient morts selon J.J Jordi qui a pu consulter une partie des archives.
Seule, la croix rouge a pu , dans la mesure de ses moyens, porter secours à certains Harkis, Mais, hélas cela n'a pas empêché le massacre de masse. Il faut quand même mentionné que cette tuerie de masse comprenait les femmes, les enfants, les vieillards ou toutes personnes qui avaient de près ou de loin été au coté de la France.
Selon les humeurs, même une simple infirmière ou aide soignante qui aidait les antennes médicales itinérantes (avec les SAS) à apporter des soins à tous les musulmans sans faire de parti prix étaient assassinées sans jugement et avec les sévices que je vous laisse imaginer?
La France est en état de pêché mortel, telle est une partie des propos du Maréchal Juin à propos de l'abandon des populations d'Algérie fidèles à la France.
Je pense que la situation ne s'arrangera pas avec le temps ou alors dans très longtemps lorsque "Le drame Algérien n'aura plus d'acteur l'ayant vécu.
Les Français dans l'ensemble se contrefoutent de cette problématique, les Pieds Noirs sont d'affreux colonisateurs et les Harkis des traîtres, POINT BARRE.
Lorsque nous parlons de cette tragédie, nous sommes assimilés à des nostalgiques de l'Algérie Française. NON NON et NON, nous ne sommes pas nostalgiques de l'Algérie Française, nous sommes nostalgiques de NOTRE pays perdu, tout simplement, nous n'avons connu que celui-ci.
Quoiqu'il en soit, personne ne méritait qu'une telle violence se déchaîne sur les Harkis et les Pieds Noirs sachant que l'armée Française était là, présente et en masse au début des massacres.
Mais, 2gol veillait à ce que celle-ci n’interviennent pas (les télégrammes du 12 mai 1962) et sans les Officiers courageux le nombre des Harkis et de leurs familles massacrés aurait été beaucoup plus important.
Pour ce qui est de l’accueil, c'est bien sûr une honte pour l'humanité et surtout pour le pays des soit disant droits de l'homme,
Les Harkis et leurs familles auraient très bien pu être logés dans les casernes de France qui étaient fort nombreuses à l'époque, les militaires auraient pu dormir sous les tentes et non pas les familles de Harkis.
Si 2gol avait voulu l'intégration des Harkis, cela aurait été fait mais, il avait la volonté d’effacer le "problème" Algérien de ses préoccupations.

Je vous salue Monsieur Sadouni.

Harkamicalement.

sadouni 20/05/2018 16:03

Merci Guy pour votre soutien fraternel, vous avez raison de dire que vous aimez le pays où vous êtes né. Personne n’a le droit de vous le reprocher. En France, il y a des millions d’Algériens qui ont la double nationalité et même ceux qui ne sont pas nés ici obtiennent facilement la nationalité française et tout le monde trouve cela normal, alors que nous, il nous a fallu nous faire casser la gueule pour devenir français ! Vous avez raison d’évoquer le déminage horrible fait par les harkis à mains nues le long des frontières tunisienne et marocaine bordant la frontière algérienne. Cela n’a jamais fait réagir la presse française ou nos politiques. Lanzmann, lui, qui avait traité les harkis de chiens, malgré le massacre ? Cela fait très mal ! Mais ce qui s’est passé là-bas après l’indépendance restera une honte pour ceux qui savaient et ont fermé les yeux.

sadouni 20/05/2018 09:50

On parle plus souvent de l’accueil indigne fait aux harkis qui ont transité ou qui ont vécu dans les camps, ce qui est une véritable honte pour l'humanité ! Je l'ai toujours combattu et dénoncé lors de mes marches à travers la France. Mais, on a tendance à oublier un peu les harkis abandonnés à leur propre sort, livré à eux même en Algérie indépendante. Beaucoup sont morts et torturés dans une indifférence totale et je parle en connaissance de cause pour avoir été moi-même persécuté avant que je puisse fuir vers la France et sans aucune aide. Les harkis restés en Algérie ne bénéficiaient d'aucune protection. Ils ont été jetés en prisons, exemple : comme celle de Lambèse ? Ces prisons étaient des mouroirs pour ces hommes, ils agonisaient sans jamais être secourus. Seule la croix rouge avait l’autorisation de voir ces harkis dans les prisons d'Algérie, c'était à l'époque de Ben Bella devenu président.

Foudi 20/05/2018 09:17

Merci pour ce magnifique reportage de notre Action Reaction. Certain me comprendrons. Des noments d echanges avec nos Anciens et ca personne ne pourra nous le prendre...