Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Livre du week-end - L'art de perdre, de Alice Zeniter petite-fille de harkis.

Avec souffle et empathie, ce roman écrit par une petite-fille de harkis ravive la mémoire d'une famille d'Algérie ballottée de 1930 à aujourd'hui.

Cliquez sur la photo

* Alice Zeniter

ISBN : 2081395533

Éditeur : FLAMMARION (16/08/2017)

Cliquez sur le livre

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt.

Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines.

Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?

Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ».

Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus depuis longtemps de l’Algérie de son enfance.

Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace.

Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

*******

* Le grand-père et le père d'Alice Zeniter ont vécu dans l'ancien hameau de forestage d'Ongle du 6 septembre 1962 à 1965 Cannes à 1966.

*******

 

LETTRE  D'INFORMATION 

Pour être averti des nouveaux articles publiés.

 

Abonnez-vous Gratuitement ci-dessous

 
Votre adresse Email  

                  Puis cliquez sur     

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pere 22/09/2017 14:27

Bonjour
sa famille était au Logis d'Anne et non à Ongles
Cordialement

le varoi 21/08/2017 09:35

Encore des réactions de l'affect sur une écrivaine Alice Zeniter qui certes à ses mérites mais de là à vouloir en faire une icône de l'histoire des harkis est excessif voir absurde.....

OUI...nous sommes FIERE de la REUSSITE SCOLAIRE ET PROFESSIONELLE DES PETIT ENFANTS DE HARKIS....suite a leurs RELEGATION dans un des 69 hameaux de forestage...de leurs grand parents....OUI on les a oublier....pendant plus de 30 ans dans ces camps de la Honte...Connaissez vous le camp de harkis de Bias 47....st Maurice ardoise...pourquoi cette oubli...pendant 30 ans....OUI..on est fière de la réussite de nos enfants.....HISTOIRE de la relegation des familles de harkis en METROPOLE....SERA LES 69 HAMEAUX DE FORESTAGE avec des ecoles de la republique a INTERIEUR de ces CAMPS...ET les 6 camps de transit...Bias..st Maurice ardoise...Rivesaltes...Bourg astic..Larzac...la Rye....Voila la triste Histoire des familles d"ancien supplétifs de armée française....encore une fois FELICITATION a Alice Zeneter....pour ces prix de Littératures.....il vaut mieux ca....QUE...Combien enfants se sont suicidés....Combien sont dans la précarité....Combien dans la drogue. Combien dans alcool..... Combien....SUITE a leurs relégationS dans les 69 hameaux de forestage...loin de la vrai VIE....

1962 21/08/2017 17:42

Voilà ce qui s'appelle "tomber
amoureux" d'une auteure qui écrit des romans depuis plusieurs années.
Quelle découverte tardive!
Mais du calme on doit d'abord lire le livre.

1962 20/08/2017 15:24

Encore des réactions de l'affect sur une écrivaine Alice Zeniter qui certes à ses mérites mais de là à vouloir en faire une icône de l'histoire des harkis est excessif voir absurde.
Après plusieurs romains elle a écrit ce dernier livre qui s'intéresse à ses origines en faisant parler son personnage "Naïma" dont on nous dit que ça serait la biographie de l'auteure.
Les raisons de ce livre sont claires voici ce qui est expliqué: "... en cette effrayante année 2015, il semblerait qu'on attende d'elle qu'elle s'explique - sur ses origines, sur son intégration, sur les banlieues, sur les attentats."
En tout cas rien à voir avec la cause harkis sauf la découverte d'un grand père qui l'aurait été.
Une autre écrivaine passée plus ou moins inaperçue Zahia Rahmani a vraiment écrit sur l'histoire de son père harki qui avait vécu le désarmement, l'abandon, les massacres puis après avoir été prisonnier du FLN il s'enfuit en France où il finira ta par se suicider après les cérémonies d'un 11 novembre date symbole.
Terrible tragédie d'un harki.
Le titre de ce livre incontournable est "Moze" (prénom du père de Zahia Rahmani) et il a été publié en 2003.
Voici ce qu'elle écrit entre autres:
"Cet homme concerne l'histoire. Il n'en est pourtant pas. Il n'aurait pas dû être. On le nomme vite, très vite, harki. Harki est le mot pacte qui le désigne...".
À lire absolument.

le varoi 19/08/2017 23:50

félicitation....a cette petite fille de Harkis ....de ancien hameau de forestage Ongles....
elle sera présente aux CORESPONDANTE de Manosque le dimanche 24 septembre
15 h place de hôtel de ville...de Manosque....25 km de son lieu de Mémoire ...le premier hameau de forestage Ongles....encore une fois....Merci...pour vos prix littéraires...

le varoi 19/08/2017 23:38

Biographie de cette écrivain....
FELICITATION. Pour ces belles études supérieur...son grand père qui a vécu dans un hameau de forestage de Ongles ...1962...1965...il peut être fière de sa petite fille....

Ancienne élève de l'École normale supérieure (promotion L2006)1, Alice Zeniter est, en 2013, chargée d'enseignement à l'université SORBONNE Nouvelle. Elle a également enseigné le français en Hongrie, où elle a vécu plusieurs années.

Alice Zeniter a publié son premier roman, Deux moins un égal zéro (Éditions du Petit Véhicule), à 16 ans2.
Son second roman, Jusque dans nos bras, publié en 2010 (Albin Michel), est traduit en anglais sous le titre Take This Man.

Lorsqu'elle était enseignante en Hongrie, Alice Zeniter fut assistante-stagiaire à la mise en scène dans la compagnie théâtrale Kreatakor du metteur en scène Arpad Schilling3. Puis elle a collaboré à plusieurs mises en scène de la compagnie théâtrale Pandora, et travaille en 2013 comme dramaturge pour la compagnie Kobal't4. Elle collabore à l'écriture du long métrage Fever, une adaptation du roman éponyme de Leslie Kaplan, réalisé par Raphaël Neal et sorti en 2015.

Œuvres
Romans
Deux moins un égal zéro, Nantes, France, Éditions du Petit Véhicule, coll. « Plaine Page », 2003,
Jusque dans nos bras, éditions Albin Michel, 2010, 236 p.
- Prix littéraire de la Porte Dorée 20107
- Prix littéraire Laurence Trân 20118
Sombre Dimanche, éditions Albin Michel, 2013, 236 p.
- Prix de la Closerie des Lilas 2013
- Prix du Livre Inter 2013
- Prix des lecteurs de l'Express 2013
Juste avant l'oubli, éditions Flammarion, 2015, 288 p.
- Prix Renaudot des lycéens 2015
- Prix de Trouville - Pavillon Augustine 2016 
L'Art de perdre, éditions Flammarion, 2017

source de cette information "Wikipédia"

Elle sera présente le dimanche 24 septembre 2017....pour les correspondantes de Manosque
ville des Alpes de haute Provence a 25 km de Ongles....premier hameau de forestage de Provence...un beau retour au source de sa Mémoire....une façon de rendre HOMMAGE a sa famille qui a vécu une histoire de relégation.....en 1962....encore une fois Merci Alice Zeneter