Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
">

           

Harkisdordogne.com est un site, de liens d'informations, de toute la communauté Harkieet leurs amis, sur la Reconnaissance, la mémoire, et la culture.

L'avenir ne se construit que sur la connaissance et la fierté du passé. 

Interviews  audio, Archives  Départementales  de  La  Dordogne, vidéo Harkis  Dordogne.com © Photos - G.G

 

- 289 432 Visiteurs -

Cliquez sur les photos

Agenda, dates des manifestations harkis 

 Contact HarkisDordogne.com

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 20:48

    General--2S--Henry-Jean-F

    Henry-Jean Fournier [Merci à l'Amiral CG]        

 …les ombres qui escorteront le drapeau du F.L.N. paradant sur les Champs-Elysées.

 

Des ombres nombreuses, qui, chacune portant l’emblème de la France, dissimuleront cette mascarade aux yeux de ceux dont la souffrance n’est pas éteinte, soixante ans après le début de ce drame fratricide.

Les ombres de tous ceux, tirailleurs, zouaves, spahis, méharistes, moghaznis et goumiers qui sont morts pour la France, au cours des deux guerres mondiales, de la guerre d’Indochine et des combats d’Afrique du Nord, accomplis sous les couleurs du drapeau français, pour lequel tous avaient accepté de donner leur vie.

Comme l’ont donné aussi ces dizaines de milliers de harkis qui avaient choisi, une fois pour toutes, de servir la France et son drapeau et qui ont été lâchement abandonnés par ceux-là même qui les avaient encouragés à choisir le camp tricolore, patrie de la Liberté.

Les ombres aussi de tous ces soldats venus de la métropole pour remplir la mission fixée par les gouvernements de l’époque et dont près de 25 000 sont tombés pour rien, recouverts du drapeau national.

Les ombres enfin des 600 soldats français qui ont été portés disparus en Algérie sans que la paix revenue ait permis de retrouver la trace, malgré les accords conclus avec le vainqueur.

Et parmi toutes ces ombres, je saluerai tout particulièrement celle d’Icham KOUIDER, ancien combattant de l'armée d'Italie, médaille militaire, croix de guerre avec six citations, porte drapeau de son association d’anciens combattants, assassiné par le F.L.N. à Mostaganem en 1957.

Portant fièrement le drapeau français, je vois son ombre suivie par les huit autres anciens combattants de Mostaganem qui lui ont volontairement succédé, reprenant le drapeau, chaque fois que l’un tombait.

Tous ont également été successivement assassinés. Ils sont tombés morts pour la France et son drapeau qu’ils brandissaient fièrement, sans imaginer un seul instant que l’emblème de leurs assassins paraderait un jour sur les Champs-Elysées…

***        

 Cliquez sur la lettre "LE 14 JUILLET, J’IRAI SALUER..." pour agrandir, puis droit pour imprimer. 

  Henry -Jean Fournier 1 le 14 Juillet, j'irai saluer

 Cliquez sur la lettre "Unis derrière le drapeau..." pour agrandir, puis droit pour imprimer. 

 Henry -Jean Fournier 1 Unis derrière le drapeau   Henry -Jean Fournier 2 Unis derrière le drapeau  

Un grand merci à Henry-Jean Fournier

Officier général en 2ème section  

  *******   

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 12:09

 Projection du film de mon ami Jean Yves Bilien qui aura lieu le jeudi 26 juin au Cinéma multiplexe de Agen, 20 heures 15 Durée 1h 40

les bénéfices iront à Ouarda , Venez nombreux , Aïcha sa maman.

    

Cliquez sur la photo 

    

Jean Yves Bilien est documentariste spécialisé dans les films documentaires d’investigations dans le domaine de la santé. 

Un film de Jean-Yves Bilien

Avec la participation dans le film de : Willy Barral, Dr Janine Fontaine, Pr Bernard Grad,
Dr Thilo Hinterberger, Dr Thierry Janssen, Dr Leonard Laskow,
Dr Guy Londechamp, Dr Yves Réquéna, Dr Rupert Sheldrake, Dr Stéphan Schmidt, Anne Ancelin Schützenberger, Marc Vella et le Pr Harald Walach.

Ce film est la suite de l’enquête menée par Jean-Yves Bilien dans le volume 1 :
Les guérisseurs, la foi, la science !
Ces femmes et ces hommes ne trouvent-ils par leur force aussi dans l’amour et la foi ?

La méditation, la relaxation, le Qi Gong sont aussi des moyens évoqués dans ce nouveau volume, pour nous laisser envisager que la solution est aussi dépendante de nous et
de notre engagement à guérir.     

film-de-Jean-Yves-Bilien.jpg

Ce film aborde un aspect global de la guérison.

Nous découvrons différentes visions et points de vue sur l'acte guérisseur.
Il traite également de la guérison à caractère spirituel et de celle induite par la pensée.

Durée Bande annonce 2'13"  

      

      *******        

 l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Association
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 23:03

Jeannette Driss n'est pas du genre à baisser les bras. Et elle a peu goûté la décision du tribunal de grande instance de Paris qui l'a déboutée de sa plainte contre l'ancien maire et actuel député Jean-Claude Perez aux chefs de «diffamation et provocation à la haine raciale» après qu'il a dit qu'elle est une «ennemie de l'intérieur».

Jeannette Driss

Hier, Jeannette Driss, désormais adjoint au maire, «sans étiquette», Gérard Larrat, déléguée aux ressources humaines, ne se prive pas de répondre. Elle argumente :

«Mon avocat et moi, nous réfléchissons à un éventuel appel quant à ce non-lieu. La jurisprudence sur le cumul «diffamation/provocation» est constante auprès de la cour de cassation et je crois en la justice de mon pays. J'ajoute que si la justice ne fait pas son travail, les électeurs ont fait le leur et m'ont rendu justice», affirme-t-elle, car elle a été élue sur la liste sans-étiquette, de droite, de Gérard Larrat.

«L'ennemie de l'intérieur», qui a vu dans ce propos tenu par Jean-Claude Pérez une atteinte à son statut de fille de Harki ne compte pas en rester là. Elle veut aller plus loin et elle invite le parlementaire à s'expliquer. Parlait-il du PS (dont elle est un transfuge, désormais affiliée à Nouvelle Donne), ou bien de ses origines ? Seul Jean-Claude Perez peut le dire. Et il ne dit mot.

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Presse
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 11:44

Maissa Bey, Fatima Besnaci, Anne Chatel Demmanges: trois destinées, un seul pays.
C'était bien la vocation de l'Association Coup de Soleil de provoquer une rencontre aussi inédite qu'improbable entre l'arrière-petite-fille d'un Consul de France à Alger, celui qu'un coup d'éventail propulsa vedette prima donna de l'histoire franco-algérienne, une fille de harki, ballottée de camp en camp, qui grandit entre sévices et affronts mais qui fait les rencontres qui vous illuminent une vie (Jean Lacouture,Germaine Tillon, Nelly Forget) et enfin une fille de moudjahid, dont le père fut torturé puis assassiné dans l'enfer de Boghari, loin des siens, victime symbolique de cette guerre qui résume, restitue et explique l'histoire de trois destinées algériennes entre 1830 et 1962.

Sans l'outrage subi par cet aïeul dont l'immense portrait a encombré l'enfance de Anne Chatel Demmanges à la manière des douairières d'antan, l'Algérie aurait peut être prolongé son destin de simple comptoir ottoman et le père de Maissa BEY aurait peut-être fini sa carrière d'instituteur laïc et républicain, ignorant complètement l'existence d'un Messali Hadj et sans jamais lire une ligne de Ferhat Abbas.

Sans la férocité des massacres et des représailles du 08 Mai 1945, véritable antichambre de la vraie guerre d'Algérie, les Algériens n'auraient peut-être pas précipité leur entrée dans l'histoire, entrainant malgré eux ces carrefours fratricides dans lesquels le père de

Maissa Bey

Etoile montante de la littérature algérienne, Maïssa Bey est née en 1950 dans le village de Ksar el Boukhari (Médéa). Ex-enseignante en lettres, puis conseillère pédagogique à Sidi-Bel-Abbès elle n'a commencé à écrire qu'à la maturité. Pourtant, elle s'est nourrie de mots dès sa petite enfance. Elle libère dans l'écriture le courant silencieux qui la traverse depuis la mort de son père, instituteur, membre du FLN, tué par des Français dont elle appréciait la langue et la culture.

Maissa BEY aurait pu tomber sous la balle du père de Fatima BESNACI, lui-même engagé sous le commandement d'un autre Deval.

Anne Chatel Demmanges

Née en 1943 à Constantine, elle est descendante des premiers conquérants de l’Algérie, qu’elle quitte avec sa famille après les émeutes de Sétif, pour s’installer en Savoie dans les années cinquante. De formation juridique, elle a débuté sa vie professionnelle dans la gestion des ressources humaines.

L'humour si dévastateur et si candide d'Anne Chatel Demanges, qui n'a rien perdu de son rang malgré ses dénégations, a permis de tempérer les ardeurs et de pacifier les échanges.

D'une part, Fatima BESNACI qui convoque et mobilise les archives militaires pour adoucir les blessures des siens, qui consulte celles de la Croix Rouge pour accabler les moudjahidines et enfin qui se plaint du glissement sémantique qui fait du mot harki l'équivalent semi-automatique du traitre dans le parler maghrébin d'aujourd'hui.

D'autre part la salle qui lui fait observer qu'en dehors des lynchages survenus entre juillet et septembre 1962, le peuple algérien (on ne parle pas des autorités algériennes) ne s'est pas livré à une chasse systématique de tous les harkis, mokhaznis, supplétifs qui ont eu la mauvaise idée de ne pas déserter au bon moment ou, plus précisément, d'avoir refusé de l'accompagner dans son entrée triomphale dans l'Histoire du siècle.

La salle aurait pu lui rappeler que Mme Jeannette Boughrab, fille de harki et Ministre de la République française, a été chaleureusement reçue à Alger, que Kader Arif, fils de harki et Ministre de la République française , a été dignement reçu par le Ministre algérien des Moudjahidine (c'est réellement historique) et par le Premier Ministre, ou encore que Hamlaoui Mekachera, initiateur de la fameuse Loi du 23 Février 2005 et officier français sur la terrible Ligne Morice en 1959, fut reçu à Alger parmi les membres de la délégation de Jacques Chirac.

 

Fatima Besnaci

Née en 1954 à Sidi Ghilès (ex-Novi) elle a grandi au cœur des contradictions entraînées par la guerre d'Algérie, comme beaucoup d'enfants issus d'une société rurale et tribale. Sa famille, déchirée entre des camps opposés est contrainte de partir en France en 1962. Après une première étape derrière les barbelés du camp de Rivesaltes (Pyrénées-Atlantiques), Fatima et ses sept frères et sœurs ont passé une grande partie de leur jeunesse dans le camp de Mouans-Sartoux ( Alpes-Maritimes). 

Mais Fatima Besnaci, on s'en est rendu compte, possède la carapace de celles qui ne lâchent pas l'affaire facilement et c'est un de ses arguments qui va faire mouche dans la salle lorsqu'elle dit, à juste titre, que beaucoup de familles algériennes ont vite fait de poser une chape de plomb sur la question harki, de peur de réveiller certaines vérités cruelles ou de ressusciter des épisodes enfouis, tellement enfouis que leur exhumation serait aussi douloureuse que la figure de l'allemand de Boualem Sansal et tout aussi problématique que la déclaration d'Anouar Benmalek "(...) Mohamedi Said, le responsable de la boucherie de Melouza, n'est-il pas considéré comme un modèle de bravoure par l'Algérie officielle?" (Interview au Matin.dz à propos de son roman Le Rapt)

On peut valablement se prévaloir de l'heureuse bénédiction de Mohamed Harbi et c'est de bonne guerre pour Fatima Besnaci mais il ne faut jamais ni oublier, ni occulter que la guerre de libération algérienne est l'acte politique majeur du peuple algérien, celui par lequel il fait irruption sur la scène des nations en affirmant sa volonté de payer le prix nécessaire pour sortir de "l'indignité coloniale".

Doit-on encore justifier ou expliquer en 2014 que le système colonial était une impasse horrible pour tous et que la seule solution était d'en sortir, sachant pertinemment que le séisme serait ravageur et les séquelles durablement meurtrières?

Article Source : 19/06/2014Maghreb

*******  

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Presse
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 07:00

L'association Zeitoun s'associe à la famille de Ouarda Kacem pour que la jeune femme soit opérée à Barcelone. Elle souffre du syndrome d'Arnold Chiari. C'est grave.

Sous ses lunettes de soleil, Aïcha Kacem cache l'émotion. Sa fille Ouarda habite à Perpignan. C'est loin mais la mère suit sa fille et ses petites-filles comme elle le peut. Ouarda, 32 ans, souffre du syndrome d'Arnold Chiari. Cette pathologie touche le cervelet et sans opération, le risque est vital. «Elle peut mourir du jour au lendemain quand le cerveau ne sera plus irrigué.» Elle passe sous silence des stigmates d'ordre plus privé.

Paralysie

C'est urgent, à l'échelle du développement de cette maladie dégénérative rare dont les symptômes chez Ouarda sont désormais une paralysie côté droit avec une perte bilatérale de la force estimée à 50 %. Premiers signes dès 2008. Maux de tête, vertiges, perte de sensibilité raconte sa mère. «Mais les médecins ne trouvaient pas. Il a fallu attendre un examen IRM pour découvrir le syndrome.» C'était en 2011. Deux ans ou pas loin pour chercher et chercher encore le nom d'un éventuel chirurgien capable d'opérer sans séquelles.

Une craniectomie (neurochirurgie) peut provoquer des dégâts graves voire irréversibles. Elle est pratiquée en France mais Ouarda ne veut pas en entendre parler. Elle regarde du côté de Barcelone. «Un chirurgien, le Docteur Royo, est devenu un expert dans une autre technique.» L'opération se fait à la base de la colonne vertébrale, au niveau des lombaires.

201406202539-full[1]

Aïcha Kacem (au 1 er plan) est épaulée par Malika Mahbali dans sa recherche de fonds pour sa fille./J.-M. Mazet

Appel aux associations

Pour une intervention chirurgicale à l'étranger, aucune prise en charge de la Sécu. Les Kacem doivent donc amasser 18 000 € avec les soins sur six mois. Aujourd'hui, via un profil facebook

 Logo Facebook

mais aussi grâce à l'intervention de l'association Zeitoun, l'appel aux dons a franchi la barre des 3 150 €. «On est là pour soutenir la communauté harki» réaffirme Malika Mhabali, présidente de Zeitoun. «On ne pouvait pas laisser Ouarda et Aïcha comme ça, sans soutien».

Depuis un mois, Malika et les membres de l'asso battent le pavé «car on est encore loin du compte.»

   - l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins 

 - Association des Harkis et Enfants de Harkis des Pyrénées Atlantiques  de Pau

  -Association BFLC de Courçon 17170

 -Association de la Communauté Harkie d'Aix et du pays  d'Aix 

     - Association des Français Rapatriés D'Afrique du nord et leurs Amis

Ont joint la solidarité à la parole donnée,avec de nombreux dons de particuliers.  

      - Pour en savoir plus sur la maladie cliquez sur la photo

Ouarda Kacem 2

 Ouarda    

Déjà, le maire de Boé Christian Dezalos a, lui, offert, la gratuité d'une salle communale pour un repas payant pour Ouarda «avec une extrême gentillesse.» Un autre rendez-vous festif est fixé à Pont-du-Casse (le siège social de Zeitoun est à la mairie).

Malika y habite. «Le maire d'Agen nous a offert la possibilité de vendre des pâtisseries orientales sur le marché, nous avons participé à des manifestations.

Et nous restons à disposition des maires de l'agglomération d'Agen ou d'ailleurs s'ils veulent nous aider.»  

Un film au Multiplexe

Dans la liste des remerciements, Malika Mahbali ajoute Yan Douady, de Cap Cinéma, qui participe à l'opération en mettant à disposition une salle ce jeudi. Est projeté «Les Chemins de la guérison» de Jean-Yves Bilien, au profit de Ouarda (20 h 15). Entrée 12 € minimum.

    -  A noter un repas dansant à Boé ( 47)  le samedi 20 septembre 

       - Puis une soirée orientale  à Pont-du-Casse (47)  le samedi 11 octobre 

 association.zeitoun@gmail.com.   06 07 22 37 00

Article Source: Actualités

***

 Projection du film de mon ami Jean Yves Bilien qui aura lieu le jeudi 26 juin au Cinéma multiplexe de Agen, 20 h 15  Durée 1h 40

les bénéfices iront à Ouarda , Venez nombreux , Aïcha sa maman.

Cliquez sur la photo 

    

Jean Yves Bilien est documentariste spécialisé dans les films documentaires d’investigations dans le domaine de la santé. 

Un film de Jean-Yves Bilien

Avec la participation dans le film de : Willy Barral, Dr Janine Fontaine, Pr Bernard Grad,
Dr Thilo Hinterberger, Dr Thierry Janssen, Dr Leonard Laskow,
Dr Guy Londechamp, Dr Yves Réquéna, Dr Rupert Sheldrake, Dr Stéphan Schmidt, Anne Ancelin Schützenberger, Marc Vella et le Pr Harald Walach.

Ce film est la suite de l’enquête menée par Jean-Yves Bilien dans le volume 1 :
Les guérisseurs, la foi, la science !
Ces femmes et ces hommes ne trouvent-ils par leur force aussi dans l’amour et la foi ?

La méditation, la relaxation, le Qi Gong sont aussi des moyens évoqués dans ce nouveau volume, pour nous laisser envisager que la solution est aussi dépendante de nous et
de notre engagement à guérir.     

film-de-Jean-Yves-Bilien.jpg

Ce film aborde un aspect global de la guérison.

Nous découvrons différentes visions et points de vue sur l'acte guérisseur.
Il traite également de la guérison à caractère spirituel et de celle induite par la pensée.

Durée Bande annonce 2'13"  

      

      *******        

 l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Appel aux dons
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 23:03

        Kader Arif

    Réponse (...) de Kader Arif à monsieur Aboud, et Gilbert Collard

Suite à: cliquez sur la photo

Gilbert Collard

      *******    

M. Kader Arif, secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire. Madame la présidente, mesdames et messieurs les députés, M. Aboud a eu raison de rendre hommage au rapprochement franco-algérien qui s’opère depuis quelques années. Je tiens moi-même à saluer les efforts de notre pays en faveur du renforcement de la relation bilatérale qui s’inscrit dans le cadre d’une ouverture euro-méditerranéenne que nous appelons de nos vœux. Cette relation s’est consolidée ces derniers mois autour de quelques moments forts de la coopération franco-algérienne.

J’ai essayé de la consolider aussi autour de la question mémorielle.

C’est pourquoi j’ai tenu à ce que les cycles commémoratifs du centenaire de la Grande guerre et du soixante-dixième anniversaire de l’année 1944 soient pour la France une occasion de dire toute sa reconnaissance à l’égard des soldats de ce que l’on appelait alors l’Armée d’Afrique. Parmi eux, il y avait des pieds-noirs : 110 000 Européens composaient cette armée entre 1914 et 1918, sur un total de 300 000 hommes ; ce sont plus de 175 000 Européens d’Afrique du Nord qui furent intégrés en 1942 dans l’Armée d’Afrique réarmée : 12 000 pieds-noirs ont payé de leur vie les combats de la campagne de Tunisie, de la campagne d’Italie et de la libération de la France. Et 2014 nous offre cette belle opportunité de rappeler que l’histoire commune franco-algérienne ne s’est pas écrite qu’entre 1954 et 1962, lors du drame de la guerre d’Algérie.

Au-delà des seuls aspects mémoriels, la coopération franco-algérienne a connu un nouvel élan à l’occasion du déplacement du Président de la République en décembre 2012, soit cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie. François Hollande a alors inauguré une relation renouvelée et plus forte entre les deux pays. Il a prononcé un discours appelant à l’apaisement des mémoires, comme vous-même, monsieur Aboud, l’avez fait à cette tribune.

Un discours dans lequel il n’oubliait pas les rapatriés, dont il a rappelé les souffrances mais dont il a souligné aussi la richesse humaine qu’ils représentent pour les deux pays. Je le cite : « Il y a aussi tous ces Français nés en Algérie et qui sont partis dans les conditions que chacun connaît et avec le déchirement dont ils ne se sont pas remis mais qui portent toujours, je vous l’assure, l’Algérie dans leur cœur. Je ne vais pas faire de comptabilité mais il y a des millions de mes concitoyens en France qui ont vis-à-vis de l’Algérie un fonds commun de références, de passion, d’émotions et qui loin d’affaiblir la France, renforce encore cette passion d’être ce qu’elle est aujourd’hui ».

À l’occasion de cette visite d’État, plusieurs accords ont été signés, ainsi qu’un document cadre de partenariat pour la période 2013-2017. Une feuille de route bilatérale est désormais partagée pour progresser dans l’ensemble des domaines d’intérêts communs. Cette feuille de route commune prévoit notamment que soient facilités la recherche et l’échange d’informations pouvant permettre la localisation des sépultures de disparus algériens et français, question qui vous préoccupe, je le sais, et qui est inscrite dans la proposition de résolution qui nous réunit aujourd’hui.

Le document cadre prévoit de manière générale que la France et l’Algérie engagent des efforts communs dans plusieurs secteurs, de l’éducation et la formation des jeunes à la santé en passant par les questions économiques, énergétiques et sécuritaires. Il établit, en outre, des axes de concertation privilégiés que le ministre des affaires étrangères a rappelés à l’occasion de son déplacement les 8 et 9 juin derniers. 

          Un extrait vidéo de  son déplacement , durée 1'34" 

 
Au sein de la coopération franco-algérienne, la question des rapatriés n’est pas oubliée. Le rapprochement qui s’opère entre les deux pays offre aussi l’opportunité de progresser sur cette question. Avant toute chose, permettez-moi de vous rappeler l’action de l’État en leur faveur. Elle s’inscrit dans l’histoire des politiques publiques. Depuis 1961, plus de 38 milliards d’euros ont été dépensés, dont 17,53 milliards pour l’accueil et la réinstallation des rapatriés. Cette action s’inscrit aussi dans la reconnaissance de l’histoire des rapatriés.

Je ne reviendrai pas en détail sur les différentes déclarations qui ont été faites ces dernières années mais je tiens à rappeler les initiatives prises depuis plus de deux ans pour que vive et survive cette mémoire : d’abord, la mise en place d’un comité scientifique pour engager, avec le soutien du Gouvernement, un véritable travail de recherche sur l’histoire des harkis et rapatriés ; ensuite, la création, pour que les harkis soient indépendants dans leur réflexion, d’un groupe de douze associations, à l’image du G12 qui existe dans le monde combattant, avec lequel je travaille très régulièrement ; le recueil de témoignages en partenariat avec le service historique de la défense ; la mise en ligne d’un site internet, « Chemins de mémoires », dédié aux harkis et rapatriés ; enfin, même si cela peut paraître symbolique – mais le symbole a sa force dans cette histoire-là –, l’exposition de l’ONAC-VG inaugurée le 25 septembre 2013 aux Invalides, qui, au-delà des parcours singuliers qu’elle mettait à l’honneur, a montré aux rapatriés qu’ils n’étaient pas oubliés.

Non seulement les aides et réformes en cours sont maintenues mais les rapatriés pourront désormais bénéficier de l’expérience de l’Office national en matière administrative et dans le domaine de la politique mémorielle. Ce transfert des missions d’aides aux rapatriés de la MIR et de l’ANIFOM à l’ONAC-VG est la première des préoccupations que vous avez formulées, monsieur Aboud, dans la proposition de résolution que l’Assemblée nationale est invitée aujourd’hui à examiner. J’avais rappelé dès 2012 la nécessité de renforcer le dialogue entre les associations de harkis et rapatriés et l’ONAC-VG. C’est un engagement que j’ai honoré. La gestion de l’ensemble des dispositifs relatifs aux harkis et rapatriés est aujourd’hui recentrée sur cet Office.

Je dois rappeler aussi que l’ONAC-VG est la maison du monde combattant et que l’intégration des rapatriés au conseil d’administration que vous proposez tendrait à brouiller le message que l’Office national envoie à ses ressortissants mais aussi à lui faire perdre sa vocation première, même si les anciens combattants d’Afrique du Nord sont, à travers leurs associations, membres de son conseil d’administration. De plus, la dénomination de « ressortissants » de l’ONAC-VG n’est pas une condition sine qua non à une reconnaissance des souffrances endurées. Comme je l’ai rappelé tout à l’heure, l’État a reconnu les préjudices subis par les rapatriés et a agi en leur faveur dès 1961.

Toutefois, au regard des nouvelles attributions de l’Office national, qui devient un guichet unique pour les rapatriés, je souhaite que leurs représentants y soient associés et puissent nouer des contacts réguliers avec l’ONAC-VG. Nous sommes en train d’étudier le format que cela pourrait prendre avec sa directrice générale. Nous sommes en voie de trouver une issue favorable.

Le projet de résolution exprime aussi le souhait que soit poursuivie l’action de l’Office national en faveur des harkis et que des actions similaires soient mises en place pour les rapatriés. Les aides spécifiques apportées aux harkis leur sont versées principalement par l’ONAC-VG en leur qualité d’anciens combattants mais aussi en raison de certaines spécificités. Ils ne bénéficièrent que de très peu des mesures prises après 1961 et beaucoup connurent l’hébergement dans des camps fermés jusqu’en 1975. Je tiens aussi à rappeler que certains rapatriés, au titre de leur participation aux combats dans lesquels la France s’est engagée, sont ressortissants de l’ONAC-VG. De plus, les aides attribuées aux rapatriés, qui s’élèvent à 540 000 euros dans le budget pour 2014, seront intégralement maintenues.

À côté de la reconnaissance engagée depuis plusieurs mois à travers des actions mémorielles rappelées tout à l’heure, je tiens aussi à ce que l’État exprime sa solidarité avec la communauté harkie à travers la mise en place de dispositifs sociaux et professionnels.

Depuis juillet 2009, 656 enfants de harkis – trop peu à mes yeux – ont été recrutés dans la fonction publique, en grande majorité dans la fonction publique d’État. Dès 2012, je me suis engagé à répondre aux attentes des enfants de harkis en matière d’insertion professionnelle. Les actions menées n’ont pas été seulement maintenues, elles ont été amplifiées. En septembre 2013, un décret a été publié remettant en œuvre les mesures de soutien à la formation professionnelle des enfants de harkis. Un article inséré dans la loi de programmation militaire permet au Gouvernement de prolonger de trois à cinq ans la durée d’inscription des enfants de harkis sur les listes d’emplois réservés.

Je vais également mener une action de sensibilisation spécifique envers la fonction publique territoriale afin de favoriser dans tous les départements le recrutement d’enfants de harkis inscrits sur les listes d’aptitude.

Les bourses scolaires, universitaires et aides à la formation instaurées par les lois de 1994 et 2005 ont engrangé 113 000 aides pour un coût total de 31 millions d’euros. Le décret du 17 septembre 2013 est venu amplifier les aides en faveur des enfants de harkis pour l’accès à l’emploi : il prévoit une prise en charge spécifique par l’État des formations pouvant aller jusqu’à 90 % du coût du stage. Ce décret prévoit aussi sous forme de subventions un soutien financier aux associations représentatives proposant des projets d’insertion ou des formations qualifiantes en faveur des enfants d’anciens combattants harkis.

La question spécifique de la facilitation des recherches des personnes européennes disparues en Algérie après 1962 a fait l’objet d’un accord signé en décembre 2012. Le comité intergouvernemental de haut niveau du 16 décembre 2013, coprésidé par les premiers ministres français et algérien, est venu confirmer la coopération en la matière entre le ministère des moudjahidines et le ministère français de la défense.

Le service historique de la défense suit cette question de très près. C’est un engagement auquel je tiens. J’ai d’ailleurs reçu récemment les familles des disparus des Abdellys. Je sais que tout est mis en œuvre entre la France et l’Algérie pour faire la lumière sur cet épisode douloureux.

S’agissant des indemnisations en faveur des rapatriés, je rappelle que, depuis 1961, l’État a versé 17,8 milliards d’euros à ce titre. Quant au gouvernement algérien, il a toujours précisé qu’il s’agissait de mesures dont ne pouvaient bénéficier que les Européens restés en Algérie après les accords d’Évian. Depuis le rapprochement initié par François Hollande en décembre 2012, un groupe de travail consulaire a été mis en place sur ce sujet.

Voilà, mesdames et messieurs les députés, ce que je tenais à rappeler devant la représentation nationale. La complexité de la question des rapatriés ne trouve sa résolution que dans un approfondissement de nos relations avec l’Algérie, auquel il faut donner du temps. Des pas ont été faits des deux côtés. Des dossiers enfouis depuis des années ont refait surface ; ils sont aujourd’hui sur la table, prêts à être discutés. La France et l’Algérie, au nom d’une histoire qu’elles ont en partage, s’engagent aujourd’hui, de manière encore plus forte que par le passé, dans la voie du dialogue.

Croyez-moi, mesdames, messieurs les députés, pour des raisons personnelles, je mesure parfaitement les difficultés rencontrées. Je connais l’histoire qui est celle des harkis et des rapatriés. Nous sommes très peu nombreux, d’ailleurs, à la connaître réellement, à avoir été touchés nous-mêmes dans nos histoires familiales ou dans nos enfances, ce qui a été mon cas. Je connais les souffrances et les souvenirs douloureux que cette histoire renferme. Il peut m’arriver d’être débordé par l’approche émotionnelle que l’on peut avoir sur cette question mais j’essaie de la dépasser, au-delà de la responsabilité qui est la mienne aujourd’hui, parce que la dépasser, c’est permettre que ces souffrances, sans jamais être oubliées, débouchent sur la construction d’un avenir différent, un avenir de paix et de tolérance.

Votre propos était apaisé, monsieur Aboud, et je vous remercie d’avoir initié ce dialogue. Mais je ne peux qu’émettre un avis défavorable au vote de votre proposition de résolution. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)
 ******* 

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 23:04

                                                            Petit message de Ouarda

  Ouarda Kacem 2 

Bonsoir à tous , je suis très touchée par les efforts déployés par tous ainsi que votre soutien et générosité . un grand merci à tout le monde. Ouarda emoji-coeur-001[1] 

***  

Cliquez sur les Photos de l' Association Zeitoun au courissimo d' Agen du 14 Juin     

L'association Zeitoun au Courissimo 1 

Aïcha , devant le stand de  Soutenons Ouarda

L'association Zeitoun au Courissimo 2

Zina, Sandra, Aïcha, Naella, Manuelle

L'association Zeitoun au Courissimo 3    

Concentration avant le départ des Zeitounettes qui ont couru pour la cause... Manuelle, Naella, Sandra la soeur de Ouarda !!!!   

L'association Zeitoun au Courissimo 4  

 Pendant la course    

Zina , Malika , Aicha       

Photos de Malika au centre   

           *******

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Association
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 13:10

   Monsieur Collard à raison dans tout ce qu'il dit, nous sommes les oubliés de l'histoire. envoi de P B -  Durée vidéo 4'54" 

*******

 l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux 

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Vidéos
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:03

          Frédéric Lefebvre

Question n° : 50270    de Mr Frédéric Lefebvre ( Union pour un Mouvement Populaire - Moselle ) Question écrite     

Ministère interrogé > Anciens combattants Ministère attributaire > Anciens combattants et mémoire Rubrique > Rapatriés Tête d'analyse >  politique à l'égard des rapatriés:  Analyse > Harkis 
   
Date de changement d'attribution10/04/2014  

Question publiée au JO le : 18/02/2014  page : 1457

  Logo Assemblée Nationale   

  Texte de la question  

M. Frédéric Lefebvre attire l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants, sur la situation des harkis. Il lui rappelle que le plan « emploi harkis » mis en place par la précédente majorité, permet de faciliter l'insertion professionnelle des enfants de harkis en leur réservant l'accès à certains emplois. Il lui demande, d'une part, de lui fournir un bilan complet de ce plan et, d'autre part, de lui indiquer les mesures envisagées pour le présent quinquennat pour améliorer la situation des harkis.

Texte de la réponse Réponse publiée au JO le : 03/06/2014 page : 4510

Le secrétaire d'État chargé des anciens combattants et de la mémoire suit avec une attention toute particulière les questions concernant la situation des harkis et de leurs familles. Pour ce qui concerne l'accès à l'emploi, le Gouvernement poursuit une politique incitative qui vise à faciliter l'insertion professionnelle des enfants de harkis, que ce soit dans le secteur marchand ou le secteur public.

A cet égard, il doit être précisé que l'action des pouvoirs publics en matière d'emploi recouvre, dans le cadre du plan harkis, plusieurs mesures spécifiques et un accompagnement renforcé au profit de ces personnes. Depuis la mise en place du plan emploi, en 2008, les enfants des anciens supplétifs ont pu accéder à tous les dispositifs d'aides à l'emploi ou à la création d'entreprise (Nacre), à la seule condition d'avoir la qualité d'enfant d'ancien supplétif.

Ainsi, dès le premier semestre 2011, 5 770 personnes sur 8 154 identifiées, ont retrouvé un emploi ou ont bénéficié d'une formation qualifiante. En matière de formation professionnelle, il convient de rappeler que des mesures spécifiques ont été prises dès 1994. Elles interviennent actuellement en parallèle avec celles qui sont notamment mises en oeuvre par le ministre chargé du travail, afin d'accélérer le processus d'insertion professionnelle des intéressés, et sont réservées aux demandeurs d'emploi de longue durée inscrits à Pôle emploi.

Dans ce domaine, l'article 1er du décret n° 2013-834 du 17 septembre 2013 instituant des mesures en faveur des membres des formations supplétives et assimilées ou victimes de la captivité en Algérie et de leurs familles, a prévu la prise en charge partielle jusqu'à 90 % de certaines formations spécifiques dédiées aux métiers du transport (permis poids lourd, super lourd, transport en commun, transport de produits dangereux ou licence de cariste) en faveur des enfants d'anciens supplétifs.

Ce même article leur ouvre également la possibilité de bénéficier du même type de prise en charge pour des formations professionnelles diverses destinées à exercer d'autres métiers, sous les seules conditions que la formation ne soit pas prise en charge, ou le soit seulement partiellement, par les dispositifs de droit commun, qu'elle débouche sur une qualification reconnue au sens de l'article L. 6314-1 du code du travail et que le demandeur ait reçu un avis favorable de Pôle emploi pour la formation souhaitée.

Concernant plus particulièrement l'accès aux emplois publics, le dispositif des emplois réservés a été ouvert aux enfants de harkis par la loi n° 2008-492 du 26 mai 2008 et le décret n° 2009-629 du 5 juin 2009 qui permettent désormais aux enfants des personnes visées aux articles 1er et 6 de la loi n° 94-488 du 11 juin 1994 d'être inscrits sur les listes d'aptitude prioritaires, de manière dérogatoire, afin qu'ils puissent accéder, sans concours et sans condition d'âge, aux emplois réservés de catégorie B et C des trois fonctions publiques d'État, territoriale et hospitalière.

Dans le cadre de ce dispositif, les services départementaux de l'Office national des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG) sont chargés d'établir les passeports professionnels faisant état des titres, diplômes et expériences professionnelles des candidats qui souhaitent postuler à un emploi réservé dans la fonction publique. Après validation de ces documents, le bureau des emplois réservés de l'agence de reconversion du ministère de la défense notifie aux candidats leur inscription et les informe sur leurs possibilités d'obtenir un emploi dans la fonction publique.

Depuis juillet 2009, 656 enfants de harkis ont été recrutés dans la fonction publique, quasi exclusivement dans la fonction publique d'État. Enfin, l'article 55 de la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014-2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale autorise le Gouvernement à adopter par ordonnance les mesures qui permettront d'améliorer les dispositifs de recrutement au titre des emplois réservés prévus par le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, notamment en différenciant selon les publics concernés, les durées d'inscription sur les listes d'aptitudes à ces emplois et en permettant la réinscription de personnes déjà radiées.

Ce dernier point vise tout particulièrement l'inscription des enfants de harkis, afin de leur permettre, dans le cadre du plan emploi harkis, de bénéficier d'une prolongation de leurs droits au titre des emplois réservés. Le Gouvernement demeure donc mobilisé sur le succès de ces dispositifs qu'il souhaite maintenir, afin de favoriser la réussite socio-économique des familles des anciens supplétifs et de renforcer la solidarité nationale en faveur de ces personnes. 

******* 

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux 

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Presse
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 23:03

Les Rapatriés de France ont assisté à une messe en leur honneur le dimanche 01/06/2014 aux arènes de Cimiez. Un devoir de mémoire pour tous les Pieds-Noirs et Harkis.

Le soleil des deux rives a envahi et illuminé les jardins de Cimiez pour la cinquième année consécutive. Une journée chaleureuse et conviviale où les Rapatriés pouvaient se retrouver pour partager un moment de détente et d’échange culturel.

A cette occasion, le Père Maximilien Scotto accompagné de la chorale Nice Gospel Group a organisé une messe solennelle en plein air en la mémoire des Pieds-noirs et Harkis. Un moment chargé d’émotion. « Nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer la mémoire de tous les rapatriés.

Les Pieds-noirs, mais aussi les Harkis qui ont combattu de l’autre côté de la méditerranée. Nice est autant la terre des Niçois que ceux venus de l’autre côté de la méditerranée » explique Christian Estrosi. Mais bien plus qu’un événement festif, cette manifestation est également un moyen de ne pas oublier l’histoire, et la « vraie » selon le maire de Nice.

« Honte au 19 mars »

Christian Estrosi a donné le ton, le 19 mars, date officielle de la fin de la guerre d’Algérie n’est pas la date des Rapatriés. « Je refuse que Nice commémore le 19 mars. Les accords d’Evian n’ont pas été respectés, honte à la France, honte au gouvernement » avant de continuer « Nous avons payé l’impôt du sang pour notre beau drapeau tricolore.

Nous avons ce devoir de mémoire à transmettre aux générations futures ». Même discours pour Agnès Rampal : « Cette date du 19 mars ne marque pas la fin des conflits ! il y a eu beaucoup plus de violences après cette date qu’avant. Il faut se souvenir des Rapatriés qui ont été abandonnés et assassinés après les accords d’Evian ».

Plus qu’une messe, cet événement était un exemple d’oecuménisme, avec les repré-sentants des communautés chrétiennes, juives et musulmanes.

« Un peuple qui se réunit, c’est un peuple qui a de l’avenir »

Article Source :  

*******            

  l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins , et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Presse
commenter cet article

Harkisdordogne.com

  • : Harkis Dordogne
  •  Harkis Dordogne
  • : Harkisdordogne.com est un site, de liens d'informations, de toute la communauté Harkie, et leurs amis, sur la Reconnaissance, la Mémoire et la Culture.
  • Contact

Divers A-D-H-D-V-O

                Logo www. harkis Dordogne

La lettre des engagements non tenus, de François Hollande, cliquez pour la télécharger et l'imprimer.

Afficher l'image d'origine

 Cliquez sur le logo pour voir la Fondation

 

Cliquez sur le télégramme de Messmer sur l'Abandon des Harkis

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

La *charte de notre site

 

À propos des articles qui sont publiés sur

Harkisdordogne.com

- Dans la mesure du possible, et selon l'actualité du moment, le webmaster s’engage après vérification (exemple sujet non traité) à publier sur le site Harkisdordogne.com  vos articles, vos manifestations, vos communiqués.

- Il est conseillé d'illustrer autant que possible, par une (des) photo(s), votre article, notamment le lieu.

- Quand il s'agit de * coupures de presse, nous préciser la date, et la source du journal.

- Également retenu, les sujets historiques non traités, par exemple la catégorie " Retour en Arrière ".

- Une, ou (votre) histoire vécue.

- Vos avis de recherche.

*******

* en bon état

*******

Quels sont les articles qui ne seront pas publiés ?

 

- Les articles trop anciens, (hors, ceux historique).

- Ceux qui sont sous la contrainte, pressions diverses, obligation.

 

Quels sont les commentaires et vidéos qui ne seront pas publiés ?

 

- Les commentaires, et vidéos, racistes, insultants, injurieux ne seront

pas validés par le modérateur.

- Votre sollicitation, n’est pas un dû !

- Le but de notre site est de partager, informer la communauté harkie et leurs amis...

 Contact Email   

Rechercher Sur Le Site

Soyez les bienvenus

 

                           - Bienvenue sur Harkisdordogne.com          et L'Association Départementale Harkis Dordogne,Veuves et Orphelins  

      (A-D-H-D-V-O) Contact Email 

logo Je suis Harki  

Réalisé par HD le 08/01/2015.

Plan d'Accès Accés Périgueux

 

Info sur l'association

- Un appel de Harkisdordogne.com et de l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins,qui sollicite les harkis,et les pieds-noirs qui souhaitent apporter des témoignages-Photos,Manuscrits,Films qui nous intéressent,tout documents papiers peuvent être scannés et envoyés par Emails.

 Pour un Premier Contact Email 

Cliquez sur l’Endroit du Village  Hameau de forestage Chauveyrou (24)

Carte Hameau de forestage Chauveyrou

Partenaires Harkis Dordogne

 Pour voir leur site et l'actualité de nos Liens partenaires, cliquez sur les vignettes.

*******

Conseil Général de la Dordogne

Ville de Périgueux

Résultat de recherche d'images pour "logo ville de périgueux"

 

Archives Départementales de la Dordogne

Onac de la Dordogne

Musée Militaire De La Dordogne

Afficher l'image d'origine

Secours de France

Dyanka danse Orientale

DG NEON  L'Enseigne

Historique

Les Harkis Ceux qui ont choisi la France

Femmes harkis 1  Cliquez sur la photo Femmes Harkis (Harkettes)     

Cliquez sur

- Un peu D'histoire -  

̋ Réussissez ou échouez mais surtout ne laissez pas la négociation se prolonger indéfiniment… D’ailleurs ne vous attachez pas au détail…  (Le président Charles de Gaulle à Louis Joxe, négociateur.)

au sujet du

- Texte complet des Accords d'Evian 

 

-Qu'est qu'un Harki ?

Le mot harki ['arki] désigne un individu servant dans une harka et vient du mot arabe haraka signifiant littéralement « mouvement », mais en réalité le terme était déjà utilisé au sens figuré pour désigner de petits affrontements, guerres, barouds entre tribus, ou contre un ennemi extérieur. Dans le langage courant, en Franceil désigne les supplétifs engagés dans l’armée française de 1957 à 1962, durant la guerre d'Algérie.     

-Qu'est qu'une Harka ?

C’est officiellement le 8 février 1956 que l’ordre de créer les harkas dans toute l’Algérie a été donné. des unités supplétives seront constituées dans chaque corps d’armée, à l’échelon quartier ; s’appuyant sur les unités de base, compagnies, escadrons, batteries, elles seront chargées de compléter la sécurité territoriale et de participer aux opérations locales au niveau des secteurs ; ces unités porteront la dénomination de harkas. 

Mais qui sont les Harkis!

(Appelés, engagés, militaires d'active, appelés aussi FSNA ou Français de Souche Nord-Africaine)

Bulletin d’Adhésion à l'Association

    Bulletin d’Adhésion à l'

        

     - Faire un don à L’Association Départementale 

Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, c’est choisir de transformer tout ou partie de vos impôts, dans des actions, et projets divers, commémorations, culturel et travail de mémoire. -

Vos dons font nos actions.

Cliquez sur le bulletin pour agrandir, puis droit pour l'imprimer.

                                                           Bulletin Adhésion Harkis Dordogne

     Contact Email de l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelinset le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Remerciements

Merci pour l'intérêt que vous portez tous les jours à la communauté des Harkis, et aux 150 000 massacrés, après la fin de la guerre d’Algérie.

Solidarité

Message de remerciements de Ouarda

Pour en savoir plus sur la maladie cliquez sur la photo 

       Ouarda Kacem 2

      Je tiens à tous vous remercier pour tout votre soutien, vo...tre mobilisation, je remercie tous les donateurs, vous avez fait preuve de générosité et cela m'a beaucoup touché, grâce à vous j'ai récolté assez de dons pour effectuer mon opération qui c'est déroulée jeudi dernier 02/10/2014 à Barcelone.

L'opération c'est bien déroulé, je suis maintenant mon traitement. Merci encore à tous. Ouarda.

Divers Infos, liens Harkis

Cliquez sur les Vignettes.

"Tout sur la Procédure Harkis

 Urbi et Orbi" 

Urbi et Orbi

*******

Collectif National Justice Pour Les Harkis

*******

Maison Histoire EMémoire Ongles

*******