Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
">

         harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

Harkisdordogne.com est un site, de liens d'informations, de toute la communauté Harkie, et leurs amis, sur la Reconnaissance, la mémoire, et la culture.

L'avenir ne se construit que sur la connaissance et la fierté du passé. 

Interviews  audio, Archives  Départementales  de  La  Dordogne, vidéo Harkis  Dordogne.com © Photos - G.G

 

- 280  436  Visiteurs  Uniques -

Agenda, dates des manifestations harkis

   Contact HarkisDordogne.com

Afficher l'image d'origine

Cliquez sur l'affiche

Exposition parcours de harkis vendredi 7 et samedi 8 juillet 2017 à Meillon (64)

Cliquez sur la photo

L'association harkis Dordogne visite le mémorial de Rivesaltes (66)

14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 09:43

Messieurs les présidents,

J'ai adressé à tous les candidats à l’élection présidentielle un questionnaire relatif aux préoccupations de l’Union Nationale des Combattants.

Au fur et à mesure des réponses, nous vous les adresserons, sans aucun commentaire.

Voici donc la réponse de Monsieur François FILLON.

Bonne réception.

Bien cordialement.

Pierre SAINT-MACARY

Président Général

UNC - 18, rue Vézelay - 75008 PARIS

Résultat de recherche d'images pour "logo unc"

Extraits

Vous attirez particulièrement mon attention sur la guerre d'Algérie . On doit regarder notre passé avec lucidité, et se garder d'insulter  des générations entières : près de 1 million de rapatriés, des dizaines de milliers de harkis, et les descendants de tous ces hommes et de toutes ces femmes.

Je sais les conditions indignes dans lesquelles les rapatriés et les harkis furent traités à leur retour en métropole.

UNC Pose trois questions à François Fillon

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 00:45

Maître Sandrine TURRIN Avocate au barreau de Grasse (06)

Cliquez droit pour Enregistrer l'image sous...

Harkis Alpes Maritimes Synthèse juridique de Maître Sandrine TURRIN Avocate au barreau de Grasse (06)Harkis Alpes Maritimes Synthèse juridique de Maître Sandrine TURRIN Avocate au barreau de Grasse (06)Harkis Alpes Maritimes Synthèse juridique de Maître Sandrine TURRIN Avocate au barreau de Grasse (06)

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 09:16

Toute l'équipe de Harkis Dordogne vous souhaite la bienvenue

Accueil, et plan du lieu du spectacle couscous de l'amitié du Dimanche 9 Avril 2017 à Périgueux
Accueil, et plan du lieu du spectacle couscous de l'amitié du Dimanche 9 Avril 2017 à Périgueux

Pour voir le lieu, cliquez sur le plan

Toute l'équipe de Harkis Dordogne vous souhaite la bienvenue lors du spectacle - couscous du Dimanche 9 Avril à Périgueux

Salle du Lux 87, Rue Talleyrand-Périgord, 24000 Périgueux

Toute l'équipe de Harkis Dordogne vous souhaite la bienvenue lors du spectacle - couscous du Dimanche 9 Avril à Périgueux

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué Association
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 21:51

Les harkis invités à se rassembler devant la préfecture le 8 avril

Le mouvement national de la résistance harki, Les harkis et la république, nous communique sous le titre « Rassemblement des harkis devant la préfecture », avec prière d’insérer :

« Le mouvement national de la résistance harki, Les harkis et la république, persiste tenace dans sa ligne de conduite objective, pragmatique, constructive et incontournable appelle à nouveau à un rassemblement harkis, enfants de harkis et sympathisants

le 8 avril à 15 h devant la préfecture de Perpignan.

 

Toujours dans la dynamique sur la réparation et d’exiger de l’état français qui a reconnu ses fautes, et de reconnaître qu’il y a bien eu violation et transgression :

 

– De la déontologie du droit de citoyenneté, de la déontologie de la constitution du 4 octobre 1958 de la 5 ième république, de la loi du 26 décembre 1961 pour services exceptionnels rendus à la France, et relative a l’accueil et à la réinstallation.

– De la loi du 15 juillet 1970 relative à une contribution nationale à l’indemnisation des personnes dépossédées de leurs biens situés sur un territoire antérieurement placé sous la souveraineté ou la tutelle de la France au titre de rapatrié dépossédés pendant la guerre d’Algérie avant le 1 juin 1970 dont les harkis ont étaient exclus et discriminés par des poids et des mesures.

 

Nous ne sommes plus dans une phase de revendication, ni des plaintes administratives dont les juridictions composées de fins techniciens du conseil d’état aux ordres de Matignon qui trouvent des parades afin de détourner et contourner par des décisions de débouter les requérants, mais dans une phase de concrétisation afin de nous restituer nos droits légitimes dont l’état français est redevable, de cette lourde dette à l’égard des harkis. »

Les harkis invités à se rassembler devant la préfecture le 8 avril

*******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Presse Communiqué
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 12:04

Symbolique de la Danse orientale   

   Bien plus que de l'Art... 

la symbolique de la danse orientale

        Tout d'abord, remarquons que la danse orientale est basée sur des mouvements simples reliant les 4 éléments :

  • L’air : Mouvements du haut du corps, déplacements fluides sur 1/2 pointes et style  sharqi.

  • La terre Par un travail d'enracinement et le style Baladi.

  • L’eau " Danse du ventre ", ondulations.

  • Le feu :  Flux et reflux de l'énergie vitale retrouvée grâce à l'énergie des ondulations et tremblements sur les rythmes des percussions.

               Les savantes, les respectées et les gitanes plus populaires            

    Ensuite la danse orientale symbolise, globalement, les mouvements de la conception et de l’enfantement, glorifiant ainsi la maternité et les forces reproductrices de la nature (comme de nombreuses danses du monde, ancestrale).

    Concernant les mouvements proprement dit, voyons ce qu’ils symbolisent.

Il y eu 2 sortes de danseuses :

cliquez sur  les almées et les gawazi

 

Soirée couscous Harkis 2013

 

Les Bras : La paume des mains tournée vers le haut indique la réception de l'énergie divine. Une main à l'oreille, l'autre bras ouvert sur le côté  signifie se mettre à l'écoute du son divin pour retransmettre aux hommes ce qu'on aura capté.

        

Soirée couscous Harkis 2013 100       

Le Bassin : il reproduit symboliquement les mouvements de la conception et de l'enfantement, et il comporte aussi des mouvements en relation avec le cosmos ( garder le nombril immobile et faire onduler le ventre et les fessiers est une représentation de la terre ou du système planétaire tournant autour du soleil). 

 

Soirée couscous Harkis 2013 104

Le huit“, chiffre sacré des soufisreprésente l'infini…

  • Soirée couscous Harkis 2013 101

Le “chameau” signifie que l'ancrage au sol, les choses de la terre nous sont nécessaires pour aller au divin.

 On me l'a toujours enseigné comme s'apparentant à la marche d'un chameau, tout simplement, en imitant la lenteur et en ondulant comme si on était sur son dos, d'avant en arrière 

Soirée couscous Harkis 2013 102

On se dépouille des illusions, des apparences et des vanités du monde visible, et que l'on accède à la vérité,

Enfincertains accessoires auraient aussi une signification particulière.

Ainsi, le voile, en arabe signifie ce qui sépare deux choses.

Par exemple, le Coran parle du voile qui sépare les damnés des élus ;

 dans la danse des sept voiles

 le voile est un accessoire occidental il est apparu au moment où la danse égyptienne était populaire

***        

la symbolique de la danse orientale par Dyanka.


 Les sequins qui ornent certains costumes viennent des croyances anciennes répandues dans de nombreuses régions du globe, selon lesquelles le bruit fait par des pièces de monnaie secouées chasse la malchance, les mauvais esprits…

Soirée Couscous 16 mars 2013 043

La canne

        Il y a le bâton du berger (aujourd'hui devenu la canne parce que c'est plus joli). Les femmes imitaient les hommes en dansant pour se moquer gentiment, à l'origine c'est une danse de combat très masculine. ça s'appelle le saïdi, c'est un folklore de la haute Égypte

On peut donc conclure à travers ce bref historique, que la danse orientale a elle aussi sa symbolique, ses codes même si ceux-ci ne nous semblent pas aussi évident que dans la danse indienne, par exemple.

*******

* La danse orientale Raqs Sharpi (le terme " danse  du ventre " est considéré comme réducteur, il a été donné à l'époque de Napoléonen  Égypte ) est originaire d'Égypte et est présente au Moyen-orient; elle est dansée essentiellement par des femmes et s'est développée dans le monde entier.

*******

Petit extrait vidéo en Mars 2016

*******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Association
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 09:44

François Bats dédicacera son dernier roman intitulé

« Rachid ».

Ceux qui s’intéressent à la guerre d’Algérie et plus particulièrement au sort des harkis seront sûrement très intéressés par son histoire et y trouveront matière à réflexion.

Malgré les drames relatés dans ce roman, l'auteur a voulu que son contenu reste optimiste et distrayant et nous invite à cheminer aux côtés de notre héros.

Rachid est fils de harki. Que fait-il sur le Grand chemin qui mène à Compostelle ? Le drame vécu par ses parents en Algérie, l'abnégation de la légion étrangère, sa passion pour son métier et la musique s'invitent dans ses pensées et nourrissent sa marche. Des djebels algériens à la riante Galice, Rachid nous invite à le suivre tout au long d'une saga pleine de tendresse et d'émotions.

Cliquez sur le livre pour le commander

https://www.monpetitediteur.com/rachid.html/

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 00:07

Malika Legof ( Zaoui)  (EMSI) Equipe Médico- Sociales Itinérantes de 1958 à 1961 au 5 er régiment de spahis

Malika Le Goff ( Zaoui)

-Extraits-

Au début de la guerre d'Algérie, une de mes soeurs s'est engagée dans les ASRA ( Assistantes Sociales Rurales Auxiliaires). Cette structure est devenue par la suite ( EMSI - Equipes Médico-Sociales Itinérantes).

Les femmes qui les composaient étaient chargées d'une action psychologique et humanitaire auprès des populations civiles regroupée.

 

Nous allions dépister les malades et porter secours aux habitants regroupés, en liaison avec la Croix-Rouge et le Secours Catholique. Il s'agissait d'un travail humanitaire.

 

Notre situation de femmes dans un régiment n'était pas de tout repos.

Il fallait rester"neutre" et faire face à toute éventualité en restant toujours à notre place. Nous n'avions pas vraiment de grade et lorsque je partais en permission on me donnait arbitrairement celui d'adjudant, En réalité, j'étais seulement responsable d'une Equipe Médico-Sociale Itinérante et cela n'avait rien à voir avec un grade militaire.

 

Moi, évidement, j'étais algérienne et je parlais arabe. 

 

Nous avions la vocation. Il fallait côtoyer la misère, il fallait aussi côtoyer la guerre et ce n'était pas facile à gérer pour une jeune fille.

J'ai dit aussi que les populations dont nous nous occupions ne voulaient pas me laisser partir.

 

Cela aussi est un très grand souvenir pour moi.  Au moment où se déroulaient les attentas à Alger, j'avais autour de moi une double haie de personnes qui me suppliaient de rester pour les aider. Nous n'avions pas d'uniforme et nous portions seulement une blouse blanche.

 

  Ce que j'ai vécu en Algérie et tous les malheurs que j'ai rencontrés m'ont évidemment incitée à continuer mon action dans la voie humanitaire.

Malika Legof (EMSI) Equipe Médico- Sociales Itinérantes de 1958 à 1961 au 5 er régiment de spahis

Malika Legof (EMSI) Equipe Médico- Sociales Itinérantes de 1958 à 1961 au 5 er régiment de spahis

Malika Legof (Zaoui) - (EMSI) Equipe Médico-Sociales Itinérantes de 1958 à 1961 au 5 eme régiment de spahis

Malika Legof ( Zaoui)

Sera présente au Spectacle-Couscous de l'amitié de Périgueux

le dimanche 9 Avril 2017

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué Association
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 22:14

Résultat de recherche d'images pour "C A A de VERSAILLES"

Résultat de recherche d'images pour "cour administrative d'appel de versailles"

C A A de VERSAILLES N° 14VE02837

Inédit au recueil Lebon

1ère chambre M. BEAUJARD, président

M. Jean-Edmond PILVEN, rapporteur

Mme RUDEAUX, rapporteur public

NUNES, avocat

lecture du mardi 14 mars 2017

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Texte intégral

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure :

M.C...B...a demandé au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise de condamner l’Etat à lui verser une somme de 1 000 000 euros en réparation du préjudice subi du fait des fautes commises par l’Etat tenant à l’abandon des Harkis et de leurs familles lors de l’indépendance de l’Algérie et à leurs conditions d’accueil dans des camps de " transit " en France.

Par un jugement n° 1109251 du 10 juillet 2014, le Tribunal administratif de

Cergy-Pontoise a rejeté sa demande.

Procédure devant la cour :

Par une requête et des mémoires complémentaires, enregistrés les 10 septembre 2014, 15 septembre 2014, 4 août 2015, 11 janvier 2016, 25 mai 2016 et 7 octobre 2016,

M. B..., représenté par Me Nunèsavocat, demande à la Cour :

 d’annuler le jugement n° 1109251 du 10 juillet 2014 par lequel le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté sa demande tendant à ce que l’Etat soit condamné à lui verser la somme de 1 000 000 euros ;

 de condamner l’Etat à lui payer cette somme en réparation des préjudices subis ;

 de mettre à la charge de l’Etat la somme de 3 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Il soutient que :

le jugement est entaché d’irrégularité dès lors que le principe du contradictoire a été méconnu ; le tribunal administratif n’a en effet pas soumis au débat contradictoire la jurisprudence Hoffman-Glémane du Conseil d’Etat dont il a fait application ;

pour cette raison, le jugement a aussi méconnu l’article 6 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;

le jugement est entaché d’un défaut de motivation et d’une erreur de droit ;

le jugement est entaché d’une erreur de fait dès lors qu’il n’a été bénéficiaire d’aucune mesure de réparation ; les mesures prises en faveur des " pieds noirs " ne concernaient pas les Harkis et aucune mesure n’a été prise en faveur des enfants deHarkis ;

les stipulations de l’article 1er du premier protocole additionnel de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ont ainsi été méconnues.

Par une intervention, enregistrée le 12 septembre 2014, et un mémoire enregistré le 8 février 2016, le comité Harkis et Vérité demande qu’il soit fait droit aux conclusions de la requête n° 14VE02837.

 

Par une lettre en date du 10 août 2015, les parties ont été informées, en application de l’article R. 611-7 du code de justice administrative, que la décision à intervenir est susceptible d’être fondée sur un moyen soulevé d’office tiré de ce que le Comité Harkis et Vérité n’aurait pas intérêt à agir pour former une intervention ;

Par un mémoire distinct, enregistré le 14 octobre 2016, M.B...demande à la Cour de transmettre au Conseil d’État une question prioritaire de constitutionnalité relative à la constitutionnalité des dispositions de l’article 9 de la loi n° 87-549 du 16 juillet 1987 relative au règlement de l’indemnisation des rapatriés, de l’article 2 de la loi n° 94-488 du 11 juin 1994 relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie, de l’article 47 de la loi de n° 99-1173 du 30 décembre 1999 de finances rectificative pour 1999, de l’article 6 de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, de l’article 52 de la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale et de l’article 133 de la loi n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 de la loi de finances pour 2016 au regard des articles 4 et 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Il soutient que :

- que les dispositions de l’article 133 de la loi du 29 décembre 2015 créent une allocation viagère instituée au profit des conjoints et ex-conjoints survivants deHarkis qui constitue un deuxième dispositif indemnitaire à côté de l’allocation de reconnaissance mise en place par les textes susmentionnés ; que cette nouvelle allocation crée un traitement discriminatoire entre Harkis et veuves de Harkis et que les enfants de Harkis internés dans les camps ne sont pas bénéficiaires de ce régime juridique ; que les dispositions de la loi du 29 décembre 2015 ne sont ainsi pas conformes à l’article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ;

- que les dispositions susmentionnées de l’article 133 de la loi du 29 décembre 2015méconnaissent l’article 4 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen dès lors qu’aucun intérêt général ne justifiait que les enfants de Harkis ne relèvent pas de ce dispositif législatif de l’allocation de reconnaissance ;

- que, d’une manière générale, le dispositif législatif existant est insuffisant et créateur de discriminations injustifiées ;

Par une lettre du 30 novembre 2016, les parties ont été informées, en application del’article R. 611-7 du code de justice administrative, que la Cour était susceptible de soulever d’office un moyen tiré de ce que la juridiction administrative n’est pas compétente pour connaître des conséquences dommageables des décisions ayant conduit l’Etat à ne pas intervenir pour mettre fin aux massacres de populations harkis en Algérie.

.........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier.

Vu :

- la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;

la loi du 7 mai 1946

tendant à proclamer citoyens tous les ressortissants des territoires d’outre-mer ;

la loi n° 61-1439 du 26 décembre 1961

relative à l’accueil et à la réinstallation des Français d’outre-mer ;

la loi n° 70-632 du 15 juillet 1970

relative à une contribution nationale à l’indemnisation des Français dépossédés de biens situés sur un territoire antérieurement placé sous la souveraineté, le protectorat ou la tutelle de la France ;

la loi n° 87-549 du 16 juillet 1987

relative au règlement de l’indemnisation des rapatriés ;

la loi n° 94-488 du 11 juin 1994

relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie ;

la loi de n° 99-1173 du 30 décembre 1999

de finances rectificative pour 1999 ;

la loi n° 2005-158 du 23 février 2005

portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés ;

la loi n° 2008-492 du 26 mai 2008

relative aux emplois réservés et portant dispositions diverses relatives à la défense ;

la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013

relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale ;

la loi n° 2014-1554 du 22 décembre 2014

de financement de la sécurité sociale pour 2015 ;

la loi n° 2015-1785 du 29 décembre 2015

de finances pour 2016 ;

le décret n°2005-521 du 23 mai 2005

pris pour l’application de l’article 10 de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés ;

le décret n° 2015-772 du 29 juin 2015

relatif au versement pour la retraite ouvert à certains enfants de Harkis, Moghaznis et personnels des diverses formations supplétives et assimilés ;

l’arrêté du 1er septembre 2012

fixant le montant des aides complémentaires à la formation ;

- le code de justice administrative.

Les parties ont été régulièrement averties du jour de l’audience.

Ont été entendus au cours de l’audience publique :

- le rapport de M. Pilven,

- les conclusions de Mme Rudeaux, rapporteur public,

- les observations de Me Nunès, pour M.B...et de M.B..., frère du requérant, pour le comité Harkis et Vérité.

1. Considérant M. B...a formé le 20 juillet 2011 une demande indemnitaire préalable auprès des services du Premier ministre aux fins d’obtenir réparation du préjudice subi du fait des conditions du rapatriement et de l’accueil des Harkis en France, après l’indépendance de l’Algérie ; qu’il soutient que le gouvernement français a mené une véritable politique d’abandon des Harkis en Algérie alors même que ceux-ci étaient l’objet de massacres et exactions, et que des conditions de vie indignes leur ont été imposées en France en violation des droits fondamentaux attachés à la personne humaine, constituées notamment par les entraves posées par les autorités françaises à leur liberté d’aller et venir, le non respect de leur vie privée, la violation du secret des correspondances et la violation du principe d’égal accès aux services publics de l’enseignement ; que M.B... a ainsi demandé la condamnation de l’Etat à lui verser la somme de 1 000 000 euros en réparation du préjudice qu’il estime avoir subi ; que par jugement du 10 juillet 2014, le Tribunal administratif deCergy-Pontoise a rejeté la demande de l’intéressé ; que M.B...forme appel de ce jugement et que le Comité Harkis et Vérité forme une intervention au soutien des demandes de l’intéressé ;

Sur l’intervention du Comité Harkis et Vérité :

2. Considérant, d’une part, qu’est recevable à former une intervention, devant le juge du fond comme devant le juge de cassation, toute personne qui justifie d’un intérêt suffisant eu égard à la nature et à l’objet du litige ; que, d’autre part,, devant les juridictions administratives et dans l’intérêt d’une bonne justice, le juge a toujours la faculté de rouvrir l’instruction, qu’il dirige, lorsqu’il est saisi d’une production postérieure à la clôture de celle-ci ; qu’il lui appartient, dans tous les cas, de prendre connaissance de cette production avant de rendre sa décision et de la viser ; que, s’il décide d’en tenir compte, il rouvre l’instruction et soumet au débat contradictoire les éléments contenus dans cette production qu’il doit, en outre, analyser ; que, dans le cas particulier où cette production contient l’exposé d’une circonstance de fait ou d’un élément de droit dont la partie qui l’invoque n’était pas en mesure de faire état avant la clôture de l’instruction et qui est susceptible d’exercer une influence sur le jugement de l’affaire, le juge doit alors en tenir compte, à peine d’irrégularité de sa décision ;

 

3. Considérant que par un courrier en date du 23 janvier 2017, le Comité Harkis etVérité a produit les statuts de cette association en réponse à une demande de la Cour du 18 octobre 2016 ; que ce courrier a ainsi été produit après la clôture d’instruction fixée au 6 janvier 2017 à midi, par une ordonnance du 9 décembre 2016 ; que si cette pièce était susceptible d’établir l’objet de cette association et de permettre de vérifier qu’elle justifie d’un intérêt suffisant à intervenir au soutien de la requête de M.B..., eu égard à la nature et à l’objet du litige, le Comité Harkis etVérité ne fait état d’aucun obstacle à sa production avant la clôture d’instruction ; que le Comité Harkis et Vérité n’est dès lors pas recevable, à défaut d’établir avant la clôture de l’instruction l’objet de ses statuts, et par suite son intérêt à agir, à intervenir au soutien de la requête formée par M.B... ;

 

Sur la question prioritaire de constitutionnalité :

4. Considérant qu’aux termes du premier alinéa de l’article 61-1 de la Constitution :" Lorsque, à l’occasion d’une instance en cours devant une juridiction, il est soutenu qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit, le Conseil constitutionnel peut être saisi de cette question sur renvoi du Conseil d’Etat ou de la Cour de cassation qui se prononce dans un délai déterminé " ; qu’aux termes de l’article 23-2 de l’ordonnance du 7 novembre 1958, modifiée, portant loi organique sur le Conseil constitutionnel : " La juridiction statue sans délai par une décision motivée sur la transmission de la question prioritaire de constitutionnalité au Conseil d’Etat ou à la Cour de cassation. Il est procédé à cette transmission si les conditions suivantes sont remplies : 1° La disposition contestée est applicable au litige ou à la procédure, ou constitue le fondement des poursuites ;  Elle n’a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel, sauf changement de circonstances ;  La question n’est pas dépourvue de caractère sérieux " ;

5. Considérant, en premier lieu, que par sa décision n° 2010-93 QPC du 4 février 2011le Conseil Constitutionnel a déclaré conformes à la Constitution les dispositions de l’article 9 de la loi du 16 juillet 1987, de l’article 2 de la loi du 11 juin 1994, de l’article 47 de la loi du 30 décembre 1999, et de l’article 6 de la loi du 23 février 2005 à l’exception des mentions relatives à " la nationalité française "figurant dans lesdits articles ; que, dès lors, M.B... n’est pas fondé à demander quele Conseil Constitutionnel soit saisi d’un examen de la conformité des articles susmentionnés aux droits et libertés que la Constitution garantit, par renvoi du Conseil d’Etat ;

6. Considérant, en deuxième lieu, qu’aux termes de l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la loi " doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse " ; que le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général, pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit ; qu’il n’en résulte pas pour autant que le principe constitutionnel d’égalité oblige à traiter différemment des personnes se trouvant dans des situations différentes ; qu’en vertu de l’article 34 de la Constitution, il appartient au législateur de déterminer, dans le respect des principes constitutionnels, les ressources et les charges de l’Etat dans les conditions et sous les réserves prévues par une loi organique ; qu’en particulier, pour assurer le respect du principe d’égalité, il doit fonder son appréciation sur des critères objectifs et rationnels en fonction des buts qu’il se propose ;

7. Considérant que le requérant soutient que l’article 133 de la loi du 29 décembre 2015, accordant une allocation viagère au profit des conjoints et ex-conjoints survivants de Harkis, crée un dispositif d’indemnisation concurrent de celui prévoyant une allocation de reconnaissance au profit des Harkis et de leur conjoint survivant, mis en place par l’article 6 de la loi du 23 février 2005 dont les dispositions font référence, par différents renvois, à l’article 9 de la loi du 16 juillet 1987, à l’article 2 de la loi du 11 juin 1994, et à l’article 47 de la loi du 30 décembre 1999, de nature à entrainer une discrimination entre les harkis et les veuves deHarkis ; qu’il ressort, toutefois, des termes du III de l’article 52 de la loi du 18 décembre 2013 que : " La demande de bénéfice de l’allocation de reconnaissance prévue à l’article 6 de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés est présentée dans un délai d’un an suivant l’entrée en vigueur de la présente loi. " ; qu’eu égard à leur objet, il ne ressort pas des dispositions litigieuses de l’article 133de la loi du 29 décembre 2015 et de celles de l’article 52 de la loi du 18 décembre 2013qu’elles seraient de nature à entraîner une discrimination entre Harkis et veuves deHarkis dès lors qu’il ressort des travaux parlementaires, précédant l’adoption de laloi du 29 décembre 2015, que l’allocation de reconnaissance prévue par l’article 133de cette loi, a été prévue, en raison de la forclusion du dispositif législatif prévu parl’article 6 de la loi du 23 février 2005, pour instaurer une allocation au profit des conjoints et ex-conjoints survivants qui étaient mariés ou avaient conclu un pacte civil de solidarité avec d’anciens Harkis et qui n’ont pas bénéficié des dispositions de l’article 6 de la loi du 23 février 2005, ne se sont pas remariés ou n’ont pas conclu de nouveau pacte civil de solidarité ; que M. B...ne peut ainsi utilement soutenir qu’il existe depuis la loi du 29 décembre 2015 deux régimes juridiques différents pour l’indemnisation des Harkis ou de leurs conjoints survivants de nature à constituer une discrimination au sens de l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ; que, par ailleurs, le principe d’égalité ne s’oppose pas non plus à ce que le législateur ait réglé de façon différente, d’une part, la situation desHarkis, de leurs conjoints et

ex-conjoints, et d’autre part, la situation de leurs enfants, par des dispositifs législatifs différents, prenant en compte la situation particulière de ces derniers ; que, par suite, la question de la conformité de ces dispositions au principe d’égalité devant la loi garanti par l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ne présente pas de caractère sérieux ;

8. Considérant, par ailleurs, qu’aux termes de l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : " La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui (...) " ; qu’il résulte de ces dispositions qu’en principe, tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ; que, toutefois, si le requérant soutient que les enfants de Harkis ayant vécu dans des camps tels que celui de Bias auraient dû être compris parmi les bénéficiaires des dispositions de l’article 133 de la loi du 29 décembre 2015, le principe de responsabilité ne fait pas obligation à l’Etat de régler par un seul dispositif législatif des situations différentes ; qu’il lui était loisible de prendre en charge la réparation ou l’indemnisation des préjudices subis par les enfants de Harkis ayant vécu dans des camps entre 1962 et 1975 par d’autres dispositifs législatifs que ceux consacrés aux conjoints ou ex-conjoints de Harkis ; que, par suite, il ne résulte aucune violation par l’article 133 de la loi du 29 décembre 2005 du principe de responsabilité devant la loi garanti par l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ;

9. Considérant qu’il résulte de ce qui précède, et sans qu’il soit besoin de statuer sur la recevabilité de ces conclusions, que la question de constitutionnalité soulevée ne présente pas un caractère sérieux ; qu’ainsi il n’y a pas lieu de transmettre au Conseil d’Etat la question prioritaire de constitutionnalité posée ;

Sur la régularité du jugement attaqué :

10. Considérant, en premier lieu, qu’à l’exception des moyens d’ordre public sur lesquels la formation de jugement ne peut se fonder d’office sans avoir informé les parties préalablement à la séance du jugement, aucun texte ou principe général du droit n’impose que le tribunal informe les parties, préalablement à l’audience, des éléments de raisonnement qu’il est susceptible de retenir pour répondre aux moyens des parties ; qu’il se borne, ce faisant, à remplir son office ; que, par suite, le moyen tiré de ce que l’article 6 de la convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales aurait été méconnu ne peut qu’être écarté ;

 

11. Considérant, en deuxième lieu, que le jugement attaqué est suffisamment motivé en fait et en droit ; que, par suite, le moyen tiré d’une insuffisance de motivation ne peut qu’être écarté ;

 

12. Considérant, en dernier lieu, qu’aux termes de l’article R. 612-6 du code de justice administrative : " Si, malgré une mise en demeure, la partie défenderesse n’a produit aucun mémoire, elle est réputée avoir acquiescé aux faits exposés dans les mémoires du requérant " ; que si, lorsque le défendeur n’a produit aucun mémoire, le juge administratif n’est pas tenu de procéder à un telle mise en demeure avant de statuer, il doit, s’il y procède, en tirer toutes les conséquences de droit et qu’il lui appartient seulement, lorsque les dispositions précitées sont applicables, de vérifier que l’inexactitude des faits exposés dans les mémoires du requérant ne ressort d’aucune pièce du dossier ; qu’en procédant, en l’absence de réponse du gouvernement à la mise en demeure que le tribunal administratif lui avait adressée le 12 mars 2014, à une vérification des faits exposés dans les mémoires de M. B...au regard des pièces produites, le tribunal administratif n’a aucunement entaché son jugement d’une méconnaissance de l’article R. 612-6 du code de justice administrative ;

 

Sur la responsabilité de l’Etat :

13. Considérant que M.B...soutient que la responsabilité de l’Etat est engagée pour avoir, en raison de l’attitude fautive des autorités françaises, abandonné les populations harkis après la proclamation du cessez-le-feu en Algérie le 18 mars 1962, date de la signature des accords d’Evian, avoir refusé d’accueillir ceux qui étaient parvenu à rejoindre la France en dehors de tout plan général de rapatriement et, pour ceux qui avaient pu être admis à rester en France, les avoir accueillis dans des conditions indignes dans des camps de transit et d’hébergement entre 1962 et 1975 ;

 

14. Considéranten premier lieu, que M.B...soutient que l’Etat aurait commis une faute de nature à engager sa responsabilité en ne mettant pas fin aux massacres de populations harkis en Algérie, intervenus après le cessez le feu du 18 mars 1962 ; que les choix, décisions ou compromis arrêtés ou acceptés par les autorités françaises sur la situation des populations harkis se trouvant sur le territoire algérien, après la signature des accords d’Evian, ne sont pas détachables de l’action menée par l’Etat français à l’occasion de l’accession d’un nouvel Etat à l’indépendance ; que, par suite, il n’appartient pas aux juridictions administratives de connaître des conséquences dommageables de ces décisions, choix ou compromis ayant conduit l’Etat français à ne pas intervenir pour mettre fin aux exactions et aux massacres des populations harkis sur le territoire algérien après la signature des accords d’Evian et de surcroît après l’accession à l’indépendance de l’Algérie le 3 juillet 1962 ;

 

15. Considérant, en deuxième lieu, que le requérant demande à la Cour de retenir que l’Etat a engagé sa responsabilité en ne permettant pas aux populations harkisde trouver refuge en France après le début des massacres ; que la question de savoir si les mesures prises par les autorités françaises, pour refuser d’accueillir en Franceles populations harkis qui tentaient d’échapper à des représailles ou à desmassacres, sont susceptibles d’engager la responsabilité de la puissance publique, n’implique aucunement l’examen des rapports entre l’Etat français et ce nouvel Etat accédant à l’indépendance, ni l’examen des conditions de mise en oeuvre des accords d’Evian ; qu’il résulte de l’instruction que si dans un premier temps les autorités françaises ont pris sous l’autorité du Premier ministre, dès février 1962, un ensemble de mesures destinées à permettre aux Harkis et à leurs familles d’être accueillis sur le territoire français, elles ont dans un second temps pris la décision de suspendre le rapatriement de ces populations sur le territoire français et, plus encore, à compter du mois de mai 1962 donné ordre au Haut commissaire de la République en Algérie et aux forces armées de renvoyer sur le territoire algérien lesHarkis débarqués en France en dehors de tout plan général de rapatriement, comme cela ressort d’une note-télégramme du 16 mai 1962 du ministre d’Etat chargé des affaires algériennes et d’un télégramme du ministre des armées du 12 mai 1962 ; qu’il n’est pas contesté que cette politique, qui a eu pour conséquence d’interdire à des citoyens devenus français depuis la loi du 7 mai 1946 de rejoindre le territoire français, et les a exposés à des massacres et emprisonnements ; quel’administration ne conteste d’ailleurs pas la matérialité des faits exposés par lerequérant ; que, dès lors, en ne mettant pas en oeuvre les mesures nécessaires pour accueillir en France ces populations, que le gouvernement français savait exposées à des risques de massacres ou de représailles, ou pire en les renvoyant sur le territoire algérien, l’Etat a commis une faute de nature à engager sa responsabilité;

 

16. Considérant, en troisième lieu, que le requérant se prévaut des mauvaises conditions d’accueil des familles A...dans les camps de transit et d’hébergement ouverts entre 1962 et 1975 ; qu’il résulte de l’instruction que les conditions de vie dans ces camps étaient difficiles, que l’administration contrôlait le courrier et les colis et que les prestations sociales qui étaient allouées aux familles ne leur étaient pas versées mais réaffectées par le ministère des rapatriés au financement des dépenses de fonctionnement des camps ; qu’il n’est pas non plus contesté, notamment en ce qui concerne le camp de Bias où le requérant a passé sa jeunesse, que l’administration des camps s’efforçait de limiter tout contact avec la population extérieure et que les enfants n’étaient pas inscrits à l’école du village, en méconnaissance des règles sur la scolarisation des enfants ; que cette situation, qui n’est pas contestée par l’administration, a constitué notamment une atteinte au respect de la dignité humaine et est constitutive d’une faute de nature à engager la responsabilité de l’Etat ;

 

17. Considérant qu’il résulte de ce qui précède que la responsabilité de l’Etat est engagée à la fois en raison de la politique d’abandon d’une partie des populations harkis et des mauvaises conditions supportées par les familles accueillies en France;

Sur les préjudices :

18. Considéranttoutefois, que pour compenser les préjudices matériels et moraux subis par les Harkis et leurs familles, l’Etat a pris une série de mesures, ayant pour objet le versement d’allocations ou d’indemnisations ; qu’ainsi, les populationsharkis ont notamment pu bénéficier d’aides spécifiques au logement et d’une aide spécifique en faveur des conjoints survivants prévue par la loi n° 94-488 du 11 juin 1994 relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie, du versement d’une allocation de reconnaissance prévue par la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés ou encore de l’allocation viagère prévue par l’article 133 de la loi du 29 décembre 2015 au bénéfice des conjoints et ex-conjoints de Harkis ;

19. Considérant que plusieurs dispositifs ont aussi été mis en place pour compenser les préjudices subis par les enfants de Harkis et notamment par ceux ayant vécu dans les camps de transit ouverts entre 1962 et 1975 ; qu’ainsi la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés a prévu dans son article 10 le bénéfice d’aides pour les enfants de Harkis, éligibles aux bourses de l’éducation nationale ; que ces derniers ont par ailleurs pu bénéficier du dispositif prévu par la loi n° 2008-492 du 26 mai 2008 relative aux emplois réservés et portant dispositions diverses relatives à la défense, leur ouvrant un droit à des emplois réservés ; que, par ailleurs, les enfants ayant été hébergés dans les camps de transit ont pu bénéficier des dispositions de la loi du 22 décembre 2014 et du décret du 29 juin 2015 leur permettant de voir les périodes passées dans ces camps prises en compte par le régime général d’assurance vieillesse dans la limite de quatre trimestres ;

20. Considérant que cette réparation ne s’est pas limitée aux mesures susmentionnées d’ordre financier mais a été complétée par une reconnaissance solennelle du préjudice subi collectivement par les Harkis et leur famille, que ce soit dans l’article 1er de la loi du 11 juin 1994 ou dans l’article 1er de la loi du 23 février 2005 susmentionnées ou encore à l’occasion de la reconnaissance officielle faite par le président de la République à l’occasion de son discours du 14 avril 2012 àPerpignan, de son message du 25 septembre 2012 ou encore de son discours du 25 septembre 2016, rappelant l’abandon par la France des Harkis et le caractère indigne du sort qui leur a été réservé lors de leur arrivée en France ;

21. Considérant que, par suite, l’ensemble de ces mesures doivent être regardées comme ayant permis, autant qu’il a été possible, l’indemnisation des préjudices d’ordre matériel ou moral subis par M.B..., en tant qu’ayant cause de Harki et en tant que fils de Harki, dans le respect des droits garantis par la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ; qu’en tout état de cause, M. B...ne fait pas état, dans ses écritures et par les éléments produits, d’un préjudice spécial qu’il aurait subi à titre personnel au camp de Bias, de nature à lui ouvrir droit à réparation ;

22. Considérant qu’il résulte de ce qui précède que M. B... n’est pas fondé à soutenir que c’est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté sa demande ; que, par suite, ses conclusions tendant à la réparation des préjudices qu’il a subis ne peuvent qu’être rejetées ;

Sur les conclusions tendant à l’application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

23. Considérant qu’aux termes de l’article L. 761-1 du code de justice administrative : "Dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l’autre partie la somme qu’il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l’équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d’office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu’il n’y a pas lieu à cette condamnation" ;

24. Considérant que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l’Etat, qui n’a pas la qualité de partie perdante, verse à M. B... la somme que celui-ci réclame au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : L’intervention du Comité Harkis et Vérité n’est pas admise.

Article 2 : La requête M. B... est rejetée.

Analyse

60-01-02-01-01-02 Responsabilité de la puissance publique. Faits susceptibles ou non d’ouvrir une action en responsabilité. Fondement de la responsabilité. Responsabilité sans faute. Responsabilité fondée sur l’égalité devant les charges publiques. Responsabilité du fait de la loi.

60-04 Responsabilité de la puissance publique. Réparation.

En format PDF

Cour administrative d’appel de Versailles - lecture du 14 mars 2017

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 00:03

Mohamed SADJI

Vendredi 12 mai 2017, l’ensemble de la communauté nationale est appelée à commémorer le 12 mai 1962.

Le 12 mai prochain, il y aura 55 ans que le drame des harkis aura débuté.

Pour cette édition 2017, la Fondation du 12 mai 1962 a désigné Mohamed SADJI, coordinateur national de la commémoration.

Ce militant originaire de Jouques dans les Bouches du Rhône mettra à profit son attachement et son engagement en faveur de la mémoire des harkis et de leurs familles.

Il succède à Hamid KHEMACHE qui avait, l’année dernière, la mission de veiller à la bonne coordination de l’édition 2016 de la commémoration du 12 mai 1962.

La Fondation présente toutes ses félicitations à Mohamed SADJI pour mener à bien l’édition 2017.

***

Directive nationale pour l’édition 2017 de la commémoration du 12 mai 1962

 

Le 12 mars dernier, la Fondation du 12 mai 1962 a adopté la directive nationale fixant les modalités d’organisation des cérémonies du 12 mai 1962 aux quatre coins de la France le vendredi 12 mai 2017.

Toutes les associations attachées à la mémoire du drame des harkis sont invitées à se mobiliser pour organiser une cérémonie de commémoration dans leur secteur.

A cette fin, la Fondation diffuse la directive nationale de commémoration du 12 mai 1962.

Lire la directive nationale :

Cliquez sur le logo

 

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 00:04

Le Samedi 08 Avril 2017 à Paris (au Sénat)

Réunion nationale des harkis colloque
"Reconnaissance et réparations"
Réunion nationale des harkis colloque "Reconnaissance et réparations" le samedi 8 avril 2017 au sénat
 

De 14 H 00 à 17 H 00

Réservation obligatoire à l’adresse suivante : nom, prénom, adresse postale, numéro de portable.

Harkis3000@gmail.com

Renseignements : 06.14.28.59.62

 

Le 25 septembre 2016, Monsieur le Président de la République, au nom de l’Etat a reconnu la responsabilité de la France dans le désarmement, l’abandon et le massacre des Harkis.

 

C’est une grande avancée mais cela n’est pas suffisant. En droit, quand une responsabilité est reconnue elle est suivie de mesures de réparations. La réparation n’a rien à voir avec la solidarité nationale, elle constitue une obligation juridique.

 

L’objectif de ce rassemblement est de formaliser ces mesures de réparations morales, matérielles et financières et de les envoyer au Président de la République et à tous les partis politiques. Elles devront s’appliquer quel que soit le Président de la République car nous ne nous adressons pas aux partis mais à l’Etat.

 

De nombreuses délégations de Harkis d’une grande majorité de départements, ont décidé de se réunir à Paris, le 14 décembre 2016 à l’Assemblée nationale pour élaborer un texte qui servira de base à la loi de reconnaissance et de réparations pour les Harkis et les rapatriés.

Ce rassemblement n’est pas une association de plus mais un rendez-vous, deux fois par an, pour unir toutes les forces vives des Harkis (associations, particuliers).

 

La seule condition pour y participer est l’adhésion.

 cliquez sur la Charte:

COLLOQUE NATIONAL "HARKIS, QUELLES REPARATIONS ?"

PROGRAMME :

14 h : Introduction : rappel de la démarche, présentation du groupe d’experts juridiques.

14 h 30 : Présentation des motions à la tribune. (Inscription préalable des motions au courriel mentionné ci-dessus)

16 h : Synthèse des motions.

17 h : clôture du colloque

******

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

Repost 0
Published by harkisdordogne - dans Communiqué
commenter cet article

Harkisdordogne.com

  • : Harkis Dordogne
  •  Harkis Dordogne
  • : Harkisdordogne.com est un site, de liens d'informations, de toute la communauté Harkie, et leurs amis, sur la Reconnaissance, la Mémoire et la Culture.
  • Contact

Divers A-D-H-D-V-O

                Logo www. harkis Dordogne

La lettre des engagements non tenus, de François Hollande, cliquez pour la télécharger et l'imprimer.

Afficher l'image d'origine

 Cliquez sur le logo pour voir la Fondation

 

Cliquez sur le télégramme de Messmer sur l'Abandon des Harkis

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

La *charte de notre site

 

À propos des articles qui sont publiés sur

Harkisdordogne.com

- Dans la mesure du possible et, selon l'actualité du moment, le webmaster s’engage après vérification (exemple sujet non traitéà publier sur le site Harkisdordogne.com  vos articles, vos manifestations, vos communiqués.

- Il est conseillé d'illustrer autant que possible, par une (des) photo(s), votre article, notamment le lieu.

- Quand il s'agit de coupures de presse, nous préciser la date, et la source du journal.

- Également retenu, les sujets historiques non traités, par exemple la catégorie " Retour en Arrière ".

- Une, ou (votre) histoire vécue.

- Vos avis de recherche.

*******

Quels sont les articles qui ne seront pas publiés ?

 

- À​ aucun moment, le webmaster ne s'engage, à publier.

- Les articles trop anciens, (hors, ceux historique).

- Ceux qui sont sous la contrainte, pressions diverses, obligation.

 

Quels sont les commentaires et vidéos qui ne seront pas publiés ?

 

- Les commentaires, et vidéos, racistes, insultants, injurieux seront

supprimés par le modérateur.

- Votre sollicitation, n’est pas un dû !

- Le but de notre site est de partager, informer la communauté harkie et leurs amis... 

Rechercher Sur Le Site

Soyez les bienvenus

harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus

                           - Bienvenue sur Harkisdordogne.com          et L'Association Départementale Harkis Dordogne,Veuves et Orphelins  

      (A-D-H-D-V-O)   Contact Email 

logo Je suis Harki  

Réalisé par HD le 08/01/2015.

     Plan d'Accés Accés Périgueux

 

Info sur l'association

Mères, Filles, Pères, Fils de Harkis Réveillez-vous... 

- Un appel de Harkisdordogne.com et de l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins,qui sollicite les harkis,et les pieds-noirs qui souhaitent apporter des témoignages-Photos,Manuscrits,Films qui nous intéressent,tout documents papiers peuvent être scannés et envoyés par Emails.

 Pour un Premier Contact Email

Cliquez sur l’Endroit du Village  Hameau de forestage Chauveyrou (24)

Carte Hameau de forestage Chauveyrou

Partenaires Harkis Dordogne

 Pour voir leur site et l'actualité de nos partenaires, cliquez sur les vignettes.

*******

Conseil Général de la Dordogne

Ville de Périgueux

Résultat de recherche d'images pour "logo ville de périgueux"

 

Archives Départementales de la Dordogne

Onac de la Dordogne

Musée Militaire De La Dordogne

Afficher l'image d'origine

Secours de France

Dyanka danse Orientale

DG NEON  L'Enseigne

Afficher l'image d'origine

Historique

Les Harkis Ceux qui ont choisi la France

Femmes harkis 1  Cliquez sur la photo Femmes Harkis (Harkettes)     

Cliquez sur

- Un peu D'histoire -  

̋ Réussissez ou échouez mais surtout ne laissez pas la négociation se prolonger indéfiniment… D’ailleurs ne vous attachez pas au détail…  (Le président Charles de Gaulle à Louis Joxe, négociateur.)

au sujet du

- Texte complet Accords d'Evian 

 

-Qu'est qu'un Harki ?

Le mot harki ['arki] désigne un individu servant dans une harka et vient du mot arabe haraka signifiant littéralement « mouvement », mais en réalité le terme était déjà utilisé au sens figuré pour désigner de petits affrontements, guerres, barouds entre tribus, ou contre un ennemi extérieur. Dans le langage courant, en Franceil désigne les supplétifs engagés dans l’armée française de 1957 à 1962, durant la guerre d'Algérie.     

-Qu'est qu'une Harka ?

C’est officiellement le 8 février 1956 que l’ordre de créer les harkas dans toute l’Algérie a été donné. des unités supplétives seront constituées dans chaque corps d’armée, à l’échelon quartier ; s’appuyant sur les unités de base, compagnies, escadrons, batteries, elles seront chargées de compléter la sécurité territoriale et de participer aux opérations locales au niveau des secteurs ; ces unités porteront la dénomination de harkas. 

MAIS QUI SONT LES HARKIS !

(Appelés, engagés, militaires d'active, appelés aussi FSNA ou Français de Souche Nord-Africaine)

Bulletin d’Adhésion à l'Association

    Bulletin d’Adhésion  à l'

    harkis les premiers mots du souvenir, la communauté en attend plus     

 - Faire un don à L’Association Départementale 

Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, c’est choisir de transformer tout ou partie de vos impôts, dans des actions, et projets divers, commémorations,culturel et travail de mémoire. -

Vos dons font nos actions.

Cliquez sur le bulletin pour agrandir, puis droit pour l'imprimer.

                                                           Bulletin Adhésion Harkis Dordogne

     Contact Email de l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins ,   et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Remerciements

Merci pour l'intérêt que vous portez tous les jours à la communauté des Harkis, et aux 150 000 massacrés, après la fin de la guerre d’Algérie.

Solidarité

Message de remerciements de Ouarda

Pour en savoir plus sur la maladie cliquez sur la photo 

       Ouarda Kacem 2

      Je tiens à tous vous remercier pour tout votre soutien, vo...tre mobilisation, je remercie tous les donateurs, vous avez fait preuve de générosité et cela m'a beaucoup touché, grâce à vous j'ai récolté assez de dons pour effectuer mon opération qui c'est déroulée jeudi dernier 02/10/2014 à Barcelone.

L'opération c'est bien déroulé, je suis maintenant mon traitement. Merci encore à tous. Ouarda.

Divers Infos, liens Harkis

" Tout sur la Procédure Harkis  "  *

Cliquez sur le logo de Urbi et Orbi 

Urbi et Orbi

 

*******