Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réaction de Brahim Sadouni, suite au Retour des Harkis en Algérie.

Réaction de Brahim Sadouni suite au Retour des Harkis en Algérie.

*******

Ci-joint la copie de ma lettre que j’ai adressée

aux Députés en Octobre 2017

Brahim Sadouni

Rouen le 24/10/ 2017


Monsieur le Député Damien Adam, -Monsieur le Député Guy Teissier, Monsieur le Député Éric Ciotti :

Monsieur le Député, 

Je souhaite attirer votre attention sur la libre circulation entre la France et l’Algérie pour nous autres harkis, cela me concerne directement.

Voilà bientôt 54 ans que je n’ai pas revu ni ma famille ni mon pays ! 
Pour information : En 1975, je suis retourné en Algérie et la douane algérienne m’avait refoulée. 


En 2005, Pierre Albertini maire de Rouen, avait sollicité ma présence en tant qu’élu parmi les autres collègues qui devaient se rendre en Algérie pour un éventuel jumelage entre la ville de Rouen et la ville de Batna dans les Aurès (Algérie).

 
Mais, le consulat d’Algérie de l’époque avait refusé que je sois intégré à cette délégation, prétextant à Monsieur le maire que j’étais (persona non grata) ! Vu mon passé de harkis ! 


Concernant ma personne, j’avais servi dans les harkis à l’âge de 17 ans, j'étais encore mineur ! Mais, pour le consulat d’Algérie, je devais quand même demander pardon à l’Algérie pour avoir servi le colonialisme français. Ce n’est que sous cette condition que je pourrais obtenir un visa pour aller revoir ma famille et mon pays. J’avais refusé de me plier à cette humiliation inacceptable et inhumaine !

 
Refusant également ce choix sélectif, Monsieur Albertini avait tout simplement annulé ce jumelage.

 
En 2012, je souhaitais retourner pour être présent à l’enterrement de mon frère décédé à l’âge de 61 ans que je n’avais pas revu depuis 1964. Là aussi, j’ai dû essuyer un rejet catégorique de la part du consulat pour avoir un visa. 


Donc voilà où nous en sommes aujourd’hui ! 
Malgré mes écrits au président Sarkozy et au président Hollande, je n’avais jamais eu de réponse favorable de leur part pour dénouer la situation qui dure maintenant depuis 54 années.

 
Je suis arrivé en France au mois février, j’avais 21 ans, aujourd’hui je suis âgé de 75 ans et je ne comprends toujours pas cet acharnement violent et cruel ! Comment peut-on continuer à punir des gens victimes d’une guerre qu'ils n'ont pas choisis malgré toutes ses conséquences ? 
Monsieur le député, pouvez-vous intervenir auprès du gouvernement pour dénoncer cette injustice infâme ?

Pouvez-vous dénoncer ce mépris abominable que subissent des citoyens français ? Pouvez-vous aussi dénoncer le silence observé par nos politiques depuis des décennies ?
Ce qui me choque c’est de voir les autorités algériennes continuer à s’acharner en nous refusant le droit de retourner dans notre pays d'origine pour revoir nos familles restées là-bas et cela se fait uniquement dans un esprit de vengeance ! 


Pourtant la France n’a jamais refusé un visa à un algérien par ce qu’il avait servi dans les rangs du FLN ! Pourquoi y a-t-il deux poids et deux mesures ? 
Il me semble que la guerre est bien finie depuis bien longtemps et qu’il faut tourner la page définitivement. 


Dans l’attente de vous lire, je reste à votre disposition au cas où vous souhaiteriez avoir davantage de renseignements me concernant. 
J’espère avoir attiré votre attention et vous prie, Monsieur le Député, d’accepter mon amitié et mon respect à vous et à votre fonction. 


                                                                                                   Brahim Sadouni.

PS : J’espère que nos politiques finiront par comprendre que leur silence est une faiblesse face à ceux qui n’ont jamais cessé d’avoir de la haine. S’ils ne sont pas capables d’emmener l’humanité au Paradis, peut-être pourront-ils lui éviter au moins l’enfer.

***

Réponses des Députés, cliquez sur les lettres.

Réaction de Brahim Sadouni, suite au Retour des Harkis en Algérie.
Réaction de Brahim Sadouni, suite au Retour des Harkis en Algérie.
Réaction de Brahim Sadouni, suite au Retour des Harkis en Algérie.

 Cliquez sur l'

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JED 14/08/2019 19:00

harki62, je suis vraiment désolé pour les harkis, sourtout ceux qui sont nés en Algérie, qu'ils ne puissent pas retourner sur le territoire qui les a vu naître.
Surtout que celui-ci n'existe, dans ses frontières actuelles, que grâce à la France qui est son créateur.
Il ampute même une partie du Maroc.
De plus ceux qui le dirigent ne sont pas des héros de sa libération, mais plutôt les escrocs qui le pillent, ont des maisons, des appartements, des comptes bancaires blindés en France.
Malgré ça, ils maintiennent une partie de leur population dans la haine de la France, et des Harkis, c'est ce qui leurs permets de rester au pouvoir. Je suis militaire français de parents marocains, au Maroc ma famille n'y voit aucun inconvénient.
Et tous les Harkis, je vous le redite, comme vous le diront les marocains, vous êtes les bienvenues au Maroc, n'hesitez pas.

harki62 12/07/2018 12:57

Bonjour

Etant fils de harki , 2 ème génération , je me suis rendu à maintes reprises en Algérie et j'y ai malheureusement constaté une culture de haine anti-harkis transmise de père en fils , ce phénomène n'est malheureusement pas prêt à disparaître car entretenu par cette vieille mafia issue du FLN qui continue à piller ce pays à qui il ne reste que 2000 tonnes d'or et 2000 milliards de dollars de réserves alors qu'il devrait en avoir 100 fois plus au vu de ses richesses naturelles .
Ce venin disparaîtra avec la disparition du FLN , alors ce pays et surtout son peuple commenceront à vivre .
Pour ma part , j'ai décidé de ne plus m'y rendre , préférant de loin l'accueil chaleureux du Maroc .

Corinne CHAYER 14/07/2018 21:31

Je suis d'accord...! Je suis moi aussi fille de Harki, je ne me suis jamais rendu en Algérie car trop de haine envers notre communauté...! Pourtant j'ai de la famille...! Mais bon, c'est comme ça...!