Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rivesaltes (66) - Il laisse une famille harki accablée par la tristesse et l'exil-

- Bientôt, toutes les vidéos de la cérémonie. -

Geneviève Darrieussecq a déposé une gerbe avec des enfants au pied de la nouvelle stèle commémorative du cimetière harki.

Ce samedi après-midi, la nouvelle stèle commémorative du cimetière harki a été inaugurée à Rivesaltes en présence de la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, et des élus du département.

Avec les esprits remplis de pensées et les cœurs serrés par le chagrin, environ 200 personnes ont assisté ce samedi après-midi à l'inauguration de la stèle commémorative du cimetière harki de Rivesaltes.

Dans l'assistance se côtoient des familles endeuillées, des élus et des citoyens venus simplement assister à cet acte de reconnaissance envers l'histoire de France, de Rivesaltes, mais aussi des Harkis. La cérémonie officielle a été ponctuée d'un témoignage poignant. Au micro, le Nîmois Salem Marchi raconte comment il a vu son petit frère, Kerboubi, perdre la vie alors qu'elle n'avait commencé que depuis un an.

En 1962, Salem a neuf ans. Il joue devant son "habitation" au camp de Rivesaltes, il aperçoit la silhouette de son père "qui tenait un petit corps allongé dans ses bras. Ma mère le suivait. En pleurs. Il est parti un matin de printemps, laissant derrière lui une vie dont il n'aura pas goûté les fruits et une famille accablée par le deuil et l'exil." L'homme termine son témoignage, les larmes coule sur son visage et sur beaucoup d'autres cachés dans l'assistance.

"Je m'incline devant les 146 familles qui ont perdu l'un des leurs"

Viens ensuite le moment de la reconnaissance étatique incarnée par les mots de Geneviève Darrieussecq. La secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées salue "la mémoire de ce petit frère. Je m'incline devant les 146 familles qui ont perdu l'un des leurs entre septembre 1962 et décembre 1964. Aujourd'hui, nous rendons une identité aux morts du camp de Rivesaltes. Cette stèle est la réaffirmation de la reconnaissance et de l'attachement de la République."

Associations de Harkis, représentants des familles endeuillées et élus ont déposé cinq gerbes sur cette nouvelle stèle où sont inscrits les 146 noms des Harkis décédés dans le camp de Rivesaltes ou à l'hôpital du nord de Perpignan.

19/10/2019

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

révoltes75 22/10/2019 23:30

Selon Mme Darrieussecq, responsable de la médiocre commission Ceaux qui dès le départ n'avait pas à sa disposition de moyens suffisants pour présenter des mesures honorables aux Harkis et leurs descendants, "Cette stèle est la réaffirmation de la reconnaissance et de l'attachement de la République". C'est pas cher payé pour toute cette souffrance vécue dans ce camp d'internement dans le dénouement, l'humiliation, le froid, la pluie, la neige, la boue, l'insalubrité, la promiscuité, les maladies, la mort, ...etc. Ce fut un lieu d'accueil déshumanisé pour ces soldats Harkis et leurs familles que le pouvoir du général De Gaulle avait sacrifiés. Où sont les hommes et les femmes intégres et competents capables d'expliquer à cette secrétaire d'Etat qui paraît insensible au sort réservé aux Français Musulmans que cette injustice n'a toujours pas été réparée ?

Guy Regazzacci 21/10/2019 13:40

Bonjour à tous,

Nous, membres de l'association Harkis Dordogne, avec sa vice-présidente FOUDI Fatiha, étions présents à cette cérémonie inaugurant la stèle dédiée aux 146 morts -en fait, ils sont plus nombreux- dans ce camp de la honte à Rivesaltes.

Nous devions y être, non pour honorer de notre présence la secrétaire d'état mais pour honorer ces 146 morts et leurs familles présents en ce lieu de mémoire.

Cérémonie organisée au "MINIMA" et c'est peu dire.

Un sous-officier en tant que maître de cérémonie.

Pas de piquet d'honneur, pas de musique militaire, pas de verre de l'amitié. Pas assez de chaises eu égard au nombre de personnes âgées présentes dont de très nombreuses femmes; certaines d'entre elles ayant perdu un être cher en ce lieu maudit. Cela peu paraître futile mais, pas de toilettes, rien à proximité immédiate, cela malgré la présence de plusieurs centaines de personnes dont de nombreuses femmes.

Mauvaise organisation générale, les personnes assises étant à l'arrière plan des personnes présentes, de ce fait, aucune visibilité sur ce qui ce passait.

Que dire de madame Darrieussecq, cela n'engage que moi mais, aucune empathie.
Elle est venue inaugurer cette stèle où les noms sont presque illisibles tant ces inscriptions sont petites ainsi que la stèle d'ailleurs.
Elle a fait son travail, STOP. Je ne pense pas que le sort des Harkis et de leurs descendants l'empêche de dormir la nuit, ou alors elle cache vraiment son ressentiment; je l'espère...

Très très déçu, une fois de plus, le sort des Harkis ne semble pas être la priorité de notre gouvernement.

Heureusement, les rencontres, après cette inauguration bâclée en quelques minutes, ont été forts nombreuses. Nous étions entre nous et seul cela comptait car pas besoin de longs discours pour se comprendre.
La passé est là en nous et ne peut disparaître avec quelques aides dispensées avec parcimonie. Ne pourront jamais s’effacer de notre mémoire ces moments terribles de notre histoire

De nombreux pleurs et aussi des sourires lors de retrouvailles.

Certains sont restés sur les lieux, pour le lendemain, aller visiter ce sinistre camp "Joffre" où nombre d'entre eux ont été relégués après 1962.

Harkamicalement.