Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tahar Habas élevé au grade de Chevalier Ordre du Mérite a Arles (13)

Tahar Habas, vice-président de l’association mémorielle Bachaga Boualam, a été aussi président du Kiwanis Arles-Camargue-Alpilles en 2016 et 2017. photo F.Gardin/ville d’Arles.

Les applaudissements étaient enthousiastes et l’émotion vive, en salle d’honneur le 16 février 2019, quand Tahar Habas s’est vu remettre l’insigne de chevalier de l’ordre national du Mérite.

C’est Hervé Schiavetti, le maire d’Arles, qui a apposé l’étoile à six branches émaillée de bleu, en rappelant le parcours singulier de cet homme arrivé à Arles en 1962, à l’âge de 20 ans.

Tahar Habas quittait alors l’Algérie et rejoignait Mas-Thibert où s’était installé le Bachaga Boualam, vice-président de l’Assemblée nationale de 1958 à 1962, et sa famille. « Ce fut une chance pour Arles d’avoir accueilli la communauté harkie » a d’ailleurs précisé le maire d’Arles.

L’épouse de Tahar Habas, Monique Thouery. Leur mariage a été célébré en 2013 à Arles, par Hervé Schiavetti. photo F. Gardin/ville d’Arles.

Alors qu’il menait une carrière de directeur d’hôpital dans le nord de la France et en région parisienne, Tahar Habas a fondé en 1991 l’association Bachaga Boualam pour la Mémoire et l’honneur des harkis, avec Lahcène Boualam, l’un des fils du Bachaga.

Il siège au sein du groupe des dix responsables nationaux auprès du Secrétariat d’Etat du ministère des Armées. Revenu dans le pays d’Arles en 2009, il est un citoyen impliqué dans la vie de sa cité, membre du Kiwanis Arles-Camargue-Alpilles (dont il fut président), membre de la bodega Les Andalouses. « Mas-Thibert est un haut lieu de mémoire pour nous », a-t-il précisé devant sa famille et ses amis réunis en salle d’honneur, avant de dédier cette distinction « à nos parents, qui nous ont transmis une certaine idée du courage et de l’honneur. Je continuerai à honorer et défendre la mémoire du Bachaga Boualam, des harkis, de l’armée d’Afrique car un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. »

18/02/2019

*******

La légion d'honneur, qu’est-ce que c’est ? en 10 questions

*******

- Cliquez sur l' Agenda -

- Pour s'abonner gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com

- Les commentaires, qui ne sont pas accompagnés d'adresses Email valide... ne sont pas retenus -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexandre Ahmed Dakiche 01/03/2019 20:40

Bonjour anciens et nouveaux combattants. Être décoré pour un parcours personnel exemplaire exceptionnel dans divers domaines ( artistique sportif économique humanitaire militant et autre )ne peut qu’être encouragé voir admiré et à transmettre. Mais se servir de la cause harki pour ses intérêts personnel sans l’avoir vraiment servi en faveur des familles fragilisées en demandant par ce biais et par dessus le marché à en être médaillés sans le mériter ne peut être qu’une erreur voir une faute lourde à sanctionner, lourde à porter sur le dos des harkis exterminés désarmés abandonnés ,une faute lourde à transmettre aux enfants et petits enfant de cette communauté. Après la trahison de l’état français les harkis sont de nouveau trahis par leurs enfants leurs volant leurs médailles sans respect sans dignité sans honneur Les coupables devront assumer et prendre leur responsabilité Quel second drame !!!

bensaad 28/02/2019 20:07

C'est étonnant de lire que :"La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a jugé qu’un migrant afghan de 12 ans avait vécu durant plusieurs mois à Calais «dans un environnement totalement inadapté à sa condition d’enfant et dans une précarité inacceptable au regard de son jeune âge».
Pourquoi pour nous enfants de harkis, ce gouvernement nous refuse la réparation qui nous ai dû, en revanche la distribution des médailles bidon et autre caresse égo, pas de problème on n'y vas !