Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos de la cérémonie, inauguration au camp de Bourg Lastic et Briffons (63) 26 Août 2017

Vidéos de la Cérémonie, inauguration au camp de Bourg-Lastic et Briffons (63) 26 Août 2017

Cliquez sur les vidéos

Cérémonie au camp de Bourg-Lastic (63) - durée vidéo 7'29"

Inauguration Bourg-Lastic (63) du 1er panneau avec le Général François Meyer - durée vidéo 8'24"

Inauguration à Briffons (63) du 2er panneau au " cimetière des enfants de harkis " - durée vidéo 1'41"

Briffons (63) Dépôt de roses sur les 11 stèles au " cimetière des enfants de harkis " - durée vidéo 1'10" 

Bourg-Lastic (63) Le Général François Meyer, parle aux Harkis - durée vidéo 10'25"

D’Alger à Bourg-Lastic

Le porte-avions "La Fayette" transportant 1 200 personnes, 259 harkis et les membres de leur famille, venant d’Alger, s’est amarré, le 23 juin 1962, à 9 heures au port de Marseille.

 

Ces harkis sont originaires de Kabylie ou d’autres régions de l’intérieur. Ils ont été regroupés à Maison-Carrée, près d’Alger, d’où ils ont été directement embarqués à bord du "La Fayette".

 

Le débarquement des supplétifs s’est effectué dans l’enclave militaire du port, délimitée par des rouleaux de barbelés.

 

De nombreuses précautions ont été prises par les autorités militaires.

Des gendarmes gardaient l’accès du quai, refoulant photographes, curieux et manifestants opposés à l’arrivée des harkis en France.

 

Dès leur débarquement, les harkis et leurs familles sont mis dans des camions de l’Armée.

 

Un repas froid et des rafraîchissements leur sont distribués en attendant le train spécial qui devait les conduire au camp de Bourg-Lastic dans le Puy-de-Dôme.

 

La moitié de ces personnes appartenaient à des formations supplétives de l’infanterie de marine dont ils portaient encore l’uniforme.

 

Les origines du camp

 

Près de 818 personnes sont arrivées en gare de Bourg-Lastic le 24 juin 1962. Tous rapatriés d’Algérie : harkis, moghaznis et leur famille (femmes, enfants, belles-mères, grands-pères, tantes, cousins etc.).

 

A Bourg-Lastic, on ne peut pas encore parler de camp mais plutôt de casernement.

 

En effet, il s’agit de tentes de l’armée dressées en deux journées sur le plateau désertique où les genêts, la seule végétation, ont été arrachés. Par les fenêtres du train, on aperçoit des hommes coiffés de bérets, certains portent la casquette célèbre des paras de Bigeard.

Aucune des femmes n’est voilée.

 

Les wagons s’ouvrent sur des hommes et des enfants enchevêtrés, couchés à même le sol. Dimanche 24 juin à 7 heures du matin, le camp militaire connaît un surcroît d’activité, des détachements du 92e RI de Clermont-Ferrand, du Groupe de Transport 505 de Vienne et du 8e Section d’Infirmiers Militaires de Lyon sont présents.

 

En l’espace de deux jours, 500 tentes neuves ont été installées, réparties par villages de 50.

 

On compte environ 10 personnes par tente souvent issues de la même famille mais au fur et à mesure de l’arrivée massive des harkis, on comptera plusieurs familles sous un même toit.

Les tentes couvrent une superficie de 25 à 30 hectares.

 

La composition de la population harkie présente dans le camp et son effectif

 

Le 24 juin 1962 : arrivée des harkis deux trains de harkis sont arrivés en gare de Laqueuille, l’un à 7 heures et l’autre à 10 h 18. Les arrivées des supplétifs vont s’échelonner selon la progression suivante pour atteindre l’effectif de 4 945 personnes le 3 juillet 1962 :

 

Installation des harkis au camp de Bourg-Lastic

 

Du 24 juin au 13 juillet 1962, le groupement du Puy-de-Dôme de la 8e légion de Gendarmerie a surveillé les arrivées des harkis, l’embarquement dans les camions, la surveillance du convoi au cours du trajet et l’installation dans les cantonnements au camp de Lastic.

 

La fluctuation constante des chiffres des effectifs de la population harkie s’explique par les arrivées qui se sont échelonnées entre les 24, 27, 28 juin et le 1er, 2, 3 juillet 1962, les décès et naissances des enfants, le reclassement et le retour des harkis ayant trouvé du travail mais revenus au campement de Bourg-Lastic face au harcèlement moral et physique des membres du FLN.

Pour lire la suite, cliquez

sur la Brochure SOURCE de 31 Pages

*******

 

LETTRE  D'INFORMATION 

Pour être averti des nouveaux articles publiés.

 

Abonnez-vous Gratuitement ci-dessous

 
Votre adresse Email  

                  Puis cliquez sur     

*******

*******

Vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article, en bas à gauche, dans commenter cet article.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guy Regazzacci 02/09/2017 13:40

Bonjour,

L'association Harkis Dordogne était présente sur les lieux de la cérémonie du 26 août à Bourg Lastic.
Beaucoup d'émotion lors de cette manifestation emplie de dignité et de souvenirs partagés.

Moment fort cependant lorsque nous nous sommes rendus au cimetière des enfants où ces 11 petits êtres trop tôt arrachés à la vie reposaient là, pour l'eternité.

Le président d'A.J.I.R, section Auvergne, MOHAMMED Taïffour a tenu son rang avec beaucoup de ferveur et de sobriété. Il a rendu un hommage appuyé à 3 anciens officiers qui ont, de par leurs actions, sauvés nombre de Harkis et leurs familles.
En particulier au général Meyer, qui, jeune lieutenant, a sauvé "SES" Harkis dont la famille de Taïffour qui, à cette époque avait 1 an.
Là, l'émotion était palpable et les sanglots retenus par celui-ci ont montré que plus de 55 ans après leur exode, les Harkis n'ont pas refermé leurs plaies, toujours vives et présentes.

Cette journée s'est terminée par un appéritif et un repas où nous nous sommes retrouvés "entre nous" et avons pu dialoguer avec "les anciens" et aussi les plus jeunes pour échanger, partager, apprendre à nous connaitre.
Chacun, à son niveau, peut apporter à la communauté Harkis et Pieds Noirs unis par leur passé commun en bien des points, sa propre mémoire, son vécu.

Nous avons eu du mal à nous quitter et nous nous sommes donnés rendez-vous pour la journée du 30 septembre organisée au Larzac par notre ami Rabah Igelhameur.

Harkamicalement.

le varoi 02/09/2017 09:11

bonjour
Merci a monsieur Taifour président des Harkis du Puy du Dôme pour ces mots plein emotion ....
lors de inauguration D'un lieu de mémoire ....le camp de Bourg astic....
OUI aujourd'hui ce lieu fait parti de la Mémoire des familles de Harkis en Metropole.....
vestige  de leurs abandons....rejet....souffrance dans ces camps....caché de la vie Humaine....

Je voudrais rendre hommage au général Meyer un JUSTE de notre Cause....pour ces mots JUSTE...
le refus de abandon e ces Spahis......et aussi pour inauguration 2010 de la première plaque souvenir dans ancien hameau de forestage de Montmeyan..Var...un des 69 hameaux de forestage en Metropole....

Chaque lieux de mémoire....une stèle avec une  fresque mural avec inscription des 75 lieux de Mémoire + un Olivier de la paix + un Panneau explicatif de histoire des 75 camps

Il faut faire la préservation de nos lieux de mémoire...baraques. Abreuvoir comme celui de Bourg L'Astic.... 
et développer et la création d'un Conservatoire de histoire des familles de harkis en Metropole
archivage de photos...arrêtés municipaux....documents sur la création des 69 hameaux de Forestage liste des noms des enfants morts dans les camps......
Nous sommes TOUS Des acteurs de notre Histoire....et non pas des spectateurs...DE CETTE TRISTE HISTOIRE

Encore une fois ....Merci Gérard pour Ton investissement pour la communication de notre histoire