Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Amis de Sidi-Ferruch

A

Monsieur Emmanuel MACRON

Président de la République

Palais de l’Elysée

75007 PARIS

Monsieur le Président de la République,

Depuis sa création en 1988, l’Association « Les Amis de Sidi-Ferruch » œuvre pour la préservation de la vérité historique relative à la présence de la France en Algérie de 1830 à 1962.

C’est donc à ce titre que nous intervenons.

Il est grandement regrettable que le rapport de Monsieur Benjamin STORA occulte la quasi-totalité de l’histoire de ces 132 années.

Sans parler des innombrables plaies béantes encore ouvertes, il permet aux autorités algériennes de mener une campagne anti-française particulièrement délétère.

Dans ce contexte dangereux, retenons tout simplement que l’hymne national algérien cite la France comme l’ennemi !

Aujourd’hui, vivent en France des Français nés en Algérie, territoire FRANÇAIS jusqu’au 5 juillet 1962 ainsi leurs descendants, qu’ils soient d’origine chrétienne, musulmane, juive ou athée et parmi eux figurent des Harkis et leurs familles.

Ils sont TOUS les enfants des 300 000 soldats ayant débarqué un certain 15 août 1944 sur les côtes de Provence pour venir libérer ce qui s’appelait alors LA MÈRE-PATRIE.

La perte de sa terre d’origine suivit d’un exil douloureux dans une autre partie de son propre pays, le mot est hélas faible dans bien des cas ; cela mériterait un minimum de respect !

Surtout que cela s’est produit à la suite des accords d’Evian non respectés et bafoués !

LA CONSÉQUENCE

Le développement actuel des polémiques et de prises de position émanant de responsables politiques ainsi que des écrits souvent imprégnés de haine et de rancœur parcourent les deux rives de la Méditerranée.

Ne sont-ils pas le résultat d’actes irresponsables et pris sans prendre en compte la réalité historique ?

Cela bien sûr avec le prisme déformant de certaines conceptions actuelles !

QUI DONC A INTÉRÉT À :

  • Raccourcir 132 années d’histoire de France uniquement à une période couvrant à peine une décennie ?
  • Falsifier, modifier, voire déformer la vérité historique ?

       Tout porte à croire que l’objectif souhaité et à atteindre se résume à cela !

Il s’avère donc indispensable d’effectuer un rappel et de resituer l’arrivée de la France en Afrique du Nord dans le contexte de l’époque.

MAIS :

Avant de parler de l’opération victorieuse conduisant à la prise d’Alger, plaçons-nous quelque peu dans le contexte de la décennie des années 1820.

La France, l’Angleterre, la Russie et d’autres nations se sont unies pour lutter contre la puissance ottomane et ses appétits territoriaux.

C’est grâce à ces engagements que la GRECE retrouva la liberté. 2021 marquera les deux centièmes anniversaires de sa liberté retrouvée !

Dans cette continuité, en 1827 :

Le Roi Charles X et ses Conseillers décidèrent de former une armée en vue d’un débarquement sur les côtes nord-africaines à l’ouest d’Alger.

 L’objectif : mettre fin à la piraterie ravageant et pillant les zones côtières européennes

                    Arrêter le pillage des navires à leur portée.

Les razzias effectuées par les barques barbaresques raflaient tout : (humains et biens matériels) ; en clair tout ce qui avait une valeur marchande.

Enfermés dans les prisons, hommes, femmes et enfants étaient revendus comme ESCLAVES !

Une pratique bien plus lucrative que le maintien en valeur des terres agricoles souvent abandonnées depuis la fin de l’empire romain.

Une tactique déjà utilisée par les Vandales, alors maîtres de l’Afrique du Nord en vue de ruiner Rom, incompétents dans le domaine maritime, ils engagèrent des marins natifs du sud méditerranéen.

Lors du débarquement du 14 juin 1830, Alger comme de nombreux ports appartenait à la Porte ottomane. Leurs environs étaient occupés par ses troupes qui payaient tribu à Constantinople ! Les habitants étaient soit enrôlés comme force militaire supplétive, soit soumis à l’impôt !

Précédemment, Charles Quint et d’autres nations (Angleterre, Espagne etc.) avaient tenté de détruire Alger en l’attaquant par la mer. Mais, avec des succès limités et éphémères.

Fort de son expérience de la prise du Caire, l’Empereur Napoléon avait envisagé un débarquement. Dans ce but, il avait chargé le Capitaine BOUTIN d’effectuer un relevé des côtes de la zone.

Grâce à ces données, le Roi Charles X et ses conseillers prendront l’initiative de réduire Alger par voie de terre.

Afin de circonscrire Alger, l’Armée française commandée par le Général de Bourmont débarquera sur la plage de Sidi-Ferruch le 14 juin 1830.

Après avoir battu les Janissaires turcs et leurs supplétifs indigènes, le Général DE BOURMONT à la tête de l’Armée française entra dans la ville le 5 juillet 1830.

Le Dey et toute sa suite purent partir avec leurs biens personnels.

Progressivement, les autres ports placés sous le même statut et servant de repaires aux barbaresques furent occupés. La piraterie sur la Méditerranée occidentale stoppée ; la sécurité revint sur terre et sur la mer.

Depuis l’Empire romain (Maurétanie césarienne et province romaine) le pays a été occupé par des conquérants (Vandales, Arabes puis Turcs).

EN 1830  L’ALGÉRIE EN TANT QUE PAYS OU NATION N’EXISTAIT PAS !

DONC :

Parler de colonisation de l’Algérie, est un non-sens

L’histoire est ce qu’elle est, mais elle est !

L’occupation militaire d’Alger des ports et de leurs environs immédiats sera suivie par la remise en valeur des terres laissées à l’abandon, une priorité pour les arrivants.

Dans ce qui deviendra l’Algérie, partie intégrante de la France ; les constructions (ports, urbanisation, routes, chemin de fer, service de santé avec l’éradication des maladies endémiques etc.), sont la preuve tangible et visible que notre pays a considéré les Départements algériens au même titre que ceux de métropole.  

Progressivement, l’Armée se renforcera avec des troupes indigènes. Elle deviendra ce qui s’appela et que nous appelons toujours l’Armée d’Afrique.

Ses faits d’armes sur tous les continents où la France eut a intervenir ne doivent pas tomber dans l’oubli !

Monsieur le Président, c’est elle qui rompit le front allemand en Italie du côté de Monte Cassino et qui entrera le 5 juin 1944 en premier dans ROME libérée.

Le 15 août 1944, forte de 300 000 soldats, elle débarquera à Toulon. S’en suivra la remontée de la vallée du Rhône, les terribles combats des Vosges (hiver 44) puis, la bataille de la poche de Colmar avec la prise héroïque du « verrou de Jebsheim ».

Elle traversera la première le Rhin et ne s’arrêta qu’au Berghof de Berchtesgaden en Autriche. Elle a donc à son actif la libération d’une grande partie de la France ! 

Un petit aparté : à ce jour, UN seul Président de la République a assisté à la fête commémorative du 15 août, c’est tout à l’honneur du Président SARKOZY.

Combien d’élèves connaissent ces faits d’armes ou les noms des Généraux liés à cette épopée ?

Les remettre- à l’honneur dans les livres d’histoire de nos collégiens et lycéens s’impose !

Et surtout n’oublions pas les 132 ans d’histoire de France allant de 1830 à 1962.

La France n’a pas à avoir honte !

Remettre les hommes au travail dans la paix et le respect mutuel n’était-ce pas faire acte de civilisation et de progrès ?

Cela devrait guider nos engagements actuels.

NOUS AFFIRMONS :

Les Français ont le droit de savoir. Pourquoi vouloir limiter 132 années d’histoire à la seule guerre d’Algérie ?

Pourquoi vouloir occulter toutes les réalisations françaises et ce passé ?

En 1988 :

Dans l’enceinte de la Redoute Béar à Port-Vendres s’acheva la reconstruction du Mémorial du centenaire inauguré le 14 juin 1930, sauvé de la destruction par le 3ème R.P.I.Ma.

Depuis, chaque 14 juin, notre Association organise une cérémonie commémorative.

En présence des Autorités civiles et militaires et de nombreux Porte-Drapeaux, nous rendons hommage à tous ceux qui firent de l’Algérie alors française un pays où il faisait bon vivre.

Chacune de nos allocutions développent une des nombreuses facettes de cette histoire.

L’Armée d’Afrique et toutes ses composantes sont régulièrement mises à l’honneur.

En 2014, n’avions-nous pas été les seuls à commémorer le débarquement de Provence et à rappeler les combats glorieux conduits par l’Armée d’Afrique menant à la libération de Rome le 5 juin 1944 ? 

Cette page d’histoire commencée le 14 juin 1830, finissant dans des conditions qui n’auront satisfait personne appartient à notre Pays, à notre Patrie et à son Peuple !

AUJOURD’HUI :

A force de patience et d’efforts, notre association a constitué un musée dédié à cette œuvre dans l’enceinte de la Redoute Béar.

Ajouté au 14 juin, cela constitue un ensemble cohérent et historiquement crédible.

        Notre vigilance liée au respect du devoir de mémoire, nous conduit également à intervenir auprès des Autorités et depuis trop longtemps maintenant à soutenir le combat pour la reconnaissance mené par les HARKIS. Nous restons vigilants

Comme beaucoup d’autres associations, nous ne cautionnons pas la commémoration du 19 mars remise en place par le Président HOLLANDE.

Ces accords n’ont pas été respectés. La France a perdu une grande part de sa crédibilité !

D’abandon en abandon, comme pour les Territoires autonomes du SAHARA et ses richesses (depuis l’antiquité, aucun occupant de l’Algérie ne les y avait rattachés), de culpabilisation en auto-culpabilisation et de phrases assassines, la France se discrédite.

 

Aujourd’hui, procéder à des pseudo-réhabilitations ou mettre en pâture publique des soldats ayant servi la France, nous conduira à revivre une seconde nuit de la « Saint Marlot » ?

Une « nuit longue et peut-être irréversible » provoquant le déclin irréversible d’où les générations des moins de 50 ans risquent fort de ne pas se relever.

Monsieur MACRON, vous êtes le Président de la République et représentez la France donc Vous êtes le garant de sa crédibilité et de son image.

Est-ce là l’image que vous souhaitez donner de la France et l’empreinte que voulez laisser de votre passage au Palais de l’Elysée ?

Les Harkis, Soldats FRANCAIS vont-ils une nouvelle fois être trahis et leurs descendants jetés en pâture aux censeurs de l’histoire ?

Dans leur immense majorité, ils avaient choisi de défendre leur terre, une terre française et leurs familles. Mieux que quiconque, ils savaient que le départ de la France conduira ce pays neuf (qui ne peut prétendre qu’à une existence de 60 ans) vers d’autres dépendances !

Vous venez d’accueillir la famille d’un membre du FLN.

Ce monsieur participait aux actions des poseurs de bombes durant la bataille d’Alger.

Car, c’est bien de cette période dont il s’agit.

Confronté à une accélération des attentats aveugles faisant des centaines de morts parmi la population civile, le Gouvernement a fait appel à l’Armée venue en renfort afin d’arrêter le carnage. Dans cette opération qui en temps normal n’incombe pas aux militaires, elle a rempli sa mission.

Une approche unilatérale de cette période peut implicitement être considérée comme un soutien à la République démocratique d’Algérie créée le 5 juillet 1962.

Cela ne risquerait-il pas de générer de nouveaux blocages ! 

Ouvrir de telles brèches dans ce déni de la vérité historique ne peut qu’affaiblir la position de la France.

     Les enfants martyrs des poseurs de bombes ne mériteraient-ils pas d’être reçus à l’Elysée ?

Il en est de même pour les Harkis   et leurs familles !

La volonté de Monsieur STORA et de bien d’autres est d’induire la population en erreur, de la manipuler et de jeter le discrédit sur l’Armée française et les Unités parachutistes en particulier.

En citant sans explication Monsieur AUSSARESSES, n’aurait-il pas été logique de le nommer en tenant compte de sa vraie personnalité.

Le Général Paul AUSSARESSES, Grande Croix de la Légion d’Honneur obtenue pour services rendus en tant que soldat est le premier chef de corps du 11ème Bataillon Parachutiste de Choc (11ème B.P.C.) créé en 1947 pour lutter contre l’ennemi intérieur (Président du Conseil S.F.I.O.).

Les quelques bribes bien choisies et retransmises dans la presse proviennent d’un interrogatoire orienté par les journalistes présents, souhaitant certainement se « faire un Para » trop souvent affubler du terme de « FASCHO » ! Cela sent la redite !

POURQUOI ?

Certes, chacun peut émettre des jugements voire critiquer. Mais, ne devons-nous pas rester objectif ?

En ce qui concerne ce point, la vérité sur l’arrestation de cette personne n’est que partiellement dévoilée.

Parler de réconcilier les jeunesses des deux pays, en favorisant l’une au détriment de l’autre, surtout si c’est la Française, n’est certainement pas le meilleur moyen de donner de la fierté aux jeunes Français.

Cette révision orchestrée de l’histoire ne va-t-elle pas dans ce sens ?

N’est-il pas regrettable que ce raccourci forcené de 132 années d ’histoire de France s’amplifie ?

Réécrire cette histoire est un vieux serpent de mer également utilisé par ceux qui veulent se donner bonne conscience ou pour dans certains cas occulter leur participation aux actions mortifères pour les 37 000 soldats français et les 150 000 harkis disparus après le 19 mars 1962.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’Association « Les Amis de Sidi-Ferruch » a un rôle essentiel, car en se situant (hors de tout champ politique dans le droit fil du respect de nos statuts), notre parole est garante de VÉRITÉ !

La personne que vous avez choisie pour effectuer ce raccourci, n’aurait-elle pas dû, en tant qu’Inspecteur Général de l’Education nationale, de 2013 à 2018 lors de la Présidence de la République de Monsieur François HOLLANDE, donc chargé de vérifier la véracité des contenus de livres d’histoire en particulier, se conformer aux règles de déontologie afférentes à cette fonction ?

Est-ce le cas ?

Nous n’irons pas plus loin sur ce terrain.

Mais ne serait-il pas temps que la jeunesse de notre pays ainsi que l’ensemble des citoyens français puissent calmement et sereinement se réapproprier ces 132 années d’histoire de France ?

 Alors que notre pays subi actuellement des scènes de violences de plus en plus nombreuses, indignes d’un pays dit civilisé, ne faut-il pas, du-moins quelque peu relier ces phénomènes à une déculturation hélas bien active depuis des dizaines d’années ?

Il suffit pour cela de lire les livres d’histoire de nos établissements scolaires

Il est hautement regrettable que nos forces de l’ordre (Police et Gendarmerie) soient systématiquement soumises au matraquage et jeté en pâture à une vilaine vindicte populaire bien orchestrée.

Que faut-il penser des agressions honteuses subies régulièrement par les POMPIERS ?

Ce faisant, l’état ne perd-il pas chaque jour un peu plus de sa crédibilité ?

En même temps, en attaquant la seule force encore respectée, A SAVOIR L’ARMEE, cela ne risque-t-il pas de provoquer une multiplication de ces mouvements ?

Autant de questions qui interpellent.

Plus que jamais, les Français ont besoin de se réconcilier.

Et si tout ne fut pas parfait, mais qui donc peut prétendre à la perfection ?

Le rôle de tous ceux qui croit en notre pays est d’œuvrer à sa grandeur !

Dire la vérité c’est cela que nous faisons à Port-Vendres chaque 14 juin.

ET

NOTRE DEVOIR EST :

De continuer à rendre hommage à TOUS ceux qui ont fait de l’Algérie alors française un pays où chacun pouvait vivre en sécurité et en liberté.

ET MAINTENANT ?

Monsieur le Président de la République, Chef des Armées,

Vous avez mandaté Monsieur Benjamin STORA pour établir un rapport concernant ces 132 années d'histoire de France.

Cela a été votre choix. Permettez-nous néanmoins de vous faire part de nos réserves.

Son cursus qu'il soit universitaire ou autre nous permet de mettre en doute la neutralité de ses propositions et de ses analyses.

Dans la mesure où vous envisageriez de rendre hommage à des personnalités marquantes liées à cette période, nous vous suggérons, de demander aux villes et villages de France libérés par l'Armée d'Afrique de donner à certaines rues le nom de ces hommes qui ont forgé sa renommée.

Dans le même ordre d'idée, pourquoi ne pas rendre un hommage au Maréchal JUIN, chef du C.E.F.I. qui entra en tête des Troupe alliées dans ROME libérée le 5 juin 1944.

Bien d'autres, mériteraient de trouver une place dans NOTRE mémoire collective et, pourquoi ne pas nommer également le Général De MONSABERT qui avec ses GOUMIERS et ses TABORS bouscula les troupes d'élite de l'Armée allemande dans le GARIGLIANO.

N'est-il pas regrettable que durant cet assaut, le Chef de la France libre envisagea de le traduire en Conseil de Guerre ?

Il n'est donc pas utile d'honorer des personnalités ayant au contraire œuvrer contre la France. Tout comme il est inconcevable d'édifier un mausolée car, soyez-en persuadé cela deviendrait un lieu de pèlerinage étranger sur le sol de notre Patrie.

Laissons la responsabilité de ce choix à Monsieur STORA 

Cela ne peut que nous conforter dans le sens de nos réverses.

Ne faut-il pas également préserver le PANTHÉON de toute entrée contraire au but qui est le sien ?

Nous nous permettons de vous inviter à la prochaine cérémonie du 14 juin 2021 à Port-Vendres, Esplanade de l'armée d'Afrique 66660

Dans l'attente du plaisir de vous présenter ce lieu de mémoire, la perspective d'une entrevue dans les meilleurs délais, nous parait essentielle.

Veuillez accepter, Monsieur le Président de la République, l'assurance de notre considération.

Pour le Conseil d'Administration

Le Président

Antoine SCHMERBER

 

Les documents placés ci-dessous ont été élaborés par l’Association

« Les Amis des Sidi-Ferruch ».

Ils ont été conçus avec l’aide de Monsieur Roger BRASIER, 1er Président de l’Association

A ses côtés figurent parmi les Membres fondateurs :

  • Monsieur Jacques FARRAN : Député des Pyrènes orientales et Président de la Chambre de Commerce et d’industrie des Pyrénées orientales
  • Monsieur Jean Jacques VILA, Maire de Port-Vendres.
  • Monsieur Paul ALDUY, Sénateur Maire de Perpignan
  • Colonel Jacques PUIG, le plus jeune Colonel de l’Armée française en 1945, sanctionné en 1962 pour avoir refuser de sortir son Régiments lors de la fusillade de la Rue d’Isly.
  • Madame Hélène BRASIER0.

Citons quelques noms supplémentaires ;

  • Anne-Marie, fidèle gardienne du Musée durant de longues années
  • Jean Louis, Louis, Robert, Axel, Jean, Bernard et bien d’autres encore

Bien d’autres noms restent gravés dans notre mémoire.

A une époque, alors que les plaies étaient encore bien vives, ils ont TOUS œuvré afin que notre histoire ne disparaisse pas.

Tous nés en Algérie Française, ils ont en divers lieu de la Mère-Patrie reconstruit une vie de famille. Avec le courage et le sens du devoir hérité de leurs parents, ils ont fait bénéficier la France de leur savoir-faire.

Chaque 14 juin, à Port-Vendres, Esplanade de l’Armée d’Afrique, en début d’allocution, nous observons une minute de silence en leur mémoire et rendons hommage à tous ceux qui ont fait de l’Algérie alors Française une terre sur laquelle il faisait bon vivre.

Ce 14 juin 2021, dans un contexte autre et quelque altéré, toujours fidèle à notre engagement et sur du bien-fondé de notre action, la cérémonie sera digne de celles des années antérieures.

 

 

 

******* 

-  POUR ETRE informé des derniers articles sur harkisdordogne.com inscrivez vous : C'est ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article