Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La sous-préfète quitte la cérémonie en hommage aux harkis à Louviers

Face aux propos tenus par le président de l'association Mémoire des harkis, la sous-préfète des Andelys, a quitté la cérémonie d'hommage du mercredi 25septembre 2019, à Louviers.

Les propos de Farid Moussaoui (au micro) n’ont pas plus à la sous-préfète (à droite du maire). ©La Dépêche de Louviers.

La cérémonie organisée mercredi 25 septembre 2019, au square Albert-Ier de Louviers, dans le cadre de la Journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives, a été marquée par le départ de la sous-préfète des Andelys, Virginie Sené-Rouquier. Le maire de Louviers, François-Xavier Priollaud « souhaitait organiser une belle commémoration » avec un dévoilement de plaque « Rue des harkis », donnant sur la place de la République de Louviers, puis de commémorer ensemble cet instant particulier.

Ce ne sera pas le cas, le dévoilement de la plaque a vu des sourires, des remerciements chaleureux des représentants de la communauté harkis, et de la vingtaine de personnes présentes dans le public. Mais aussi, une attente était palpable : celle de la reconnaissance et de la réparation de l’État pour les harkis.

Quelques portes-drapeaux sont alignés, les officiels : Virginie Sené-Rouquier, la sous-préfète des Andelys, les commandants de gendarmerie, la police municipale, associations de harkis et de la Croix-Rouge, le maire et ses adjoints, ainsi qu’un public d’une cinquantaine de personnes, des anciens combattants médaillés, des familles, un jeune historien.

« Les Harkis ont été sollicités, parqués dans des situations innommables, puis abandonnés »

Le chef du protocole, Jean-Pierre Duvéré lit l’hommage de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées. Puis la parole est donnée à Farid Moussaoui, président de l’association Mémoire des Harkis qui souligne en avoir assez des promesses :

Les Harkis ont été sollicités, parqués dans des situations innommables, puis abandonnés. Nous luttons depuis 20 ans pour rétablir la vérité et justice qu’on a voulu occulter. Il faut tout mettre en œuvre pour honorer la dette. Nous sommes déçus depuis plusieurs décennies à l’égard du gouvernement.

Dans le public et parmi les dignitaires, les visages se ferment. La sous-préfète ne souhaite pas en entendre davantage et sort de la commémoration. Virginie Sené-Rouquier est fâchée de cette attitude :

C’est la deuxième fois que cela se produit. Louviers est la seule cérémonie qui se passe mal en France. Quelle que soit l’Histoire, il faut contextualiser. Le message de réconciliation est très fort, dans la communauté Harkis. C’est dommageable de ne pas pouvoir s’adresser à la communauté Harki. Il y a une reconnaissance de la part d’ombre, mais aussi de reconstruction pour un avenir, un message d’espoir vers la jeunesse Harki. La France n’a pas toujours été présente mais il y a eu beaucoup de mesures et d’actes.

Le maire de Louviers, François-Xavier Priollaud, déclare ne pas approuver les propos qui viennent d’être tenus :

 La réparation nécessite le dialogue, le respect des uns et des autres, le droit à la parole et dans ces propos, il y a de la colère. Cette journée répond au devoir de mémoire de la République française : reconnaître et réparer.

Tandis que les associations de défense de la cause harki, puis le maire déposent leur gerbe. Celle de la Préfecture de l’Eure sera juste déposée par le chef du protocole.

« Ne pas verser dans l’insulte ou l’anathème »

Plus tard dans la journée de mercredi, le préfet de l’Eure, Thierry Coudert, et le député LREM, Bruno Questel, ont soutenu, par communiqué, la démarche de Virginie Sené-Rouquier. Ainsi le parlementaire a-t-il regretté que Farid Moussaoui ait confondu « l’Histoire et ses ressentiments personnels » :

Si tout le monde a le droit d’exprimer son point de vue, il convient de ne pas verser dans l’insulte ou l’anathème. Il conviendra l’année prochaine que la municipalité de Louviers veille à ce le représentant de l’Etat soit respecté sans aucune ambiguïté.

Quant à lui, Thierry Coudert condamne des « propos inacceptables tenus à l’attention directe de l’État et du gouvernement par Farid Moussaoui, président de l’association des mémoires des Harkis », ayant contraint la sous-préfète des Andelys « de quitter la cérémonie, la privant ainsi d’adresser aux membres de la communauté des harkis présents le message officiel de reconnaissance et de réconciliation porté par le gouvernement ». Le représentant de l’État rappelle encore quelques antécédents :

Richard-Daniel Boisson, sous-préfet des Andelys de 2015 à 2017, avait lui-même été contraint d’intervenir en plein hommage pour recadrer le sens et le contexte des interventions. Par courrier en date du 21 septembre dernier, Virginie Sené-Rouquier avait annoncé au maire de Louviers sa présence et celle des autorités officielles de l’État à la stricte condition que toute mesure soit prise pour éviter un nouvel incident. Il est regrettable que celui-ci n’ait pu garantir l’organisation d’une cérémonie digne et à la hauteur de l’enjeu privant ainsi les harkis du témoignage de cette juste et noble reconnaissance.

*******

- Pour vos commentaires, utiliser des adresses Emails valides. -

*******

C'est ici

- Pour s'abonner Gratuitement à la newsletter de harkisdordogne.com 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SALEM BOUAKKAZ 01/10/2019 10:45

depuis deux ans je dis que ce président ,son gouvernement ainsi que tous les députés larem nous méprisent et qu'il ne faut pas croire en leurs palabres et surtout pas en leur paroles car ils n'en ont pas!ce président et ce gouvernement feront tout pour nous diviser,ils soudoient a coup de médailles pour asservir et diviser,comme je l'ai déjà dis ,s'ils le pouvaient ,il offrirait à nouveau nos gorges au FLN pour nous faire taire à jamais!

Brahim du 07 29/09/2019 18:16

Bonjour à vous!
Félicitations à vous Farid Moussaoui,vous avez dit tout haut ce que d'autres présidents d'associations d'Harkis ne disent pas et ce que le gouvernement ne veut pas entendre et essaye de faire taire certains en donnant des médailles à certains présidents et présidentes qui ne le mérite même pas!juste pour les amadouer et nous diviser!!!
Ce que nous voulons c'est une vraie réparation !on sait tous que financièrement cela ne sera pas possible...Mais une réparation dans les manuelles d'histoire pour que les jeunes français connaisse enfin la vérité qui est tant cacher par tout les gouvernements qui se succéde qui n'osent pas dire la vérité sur leur cher général de Gaulle et ses 2 Sbihr qui sont les ministres Joxe et Messmer!!! Mais ce jour là n'est pas encore venu mais nous nous battront pour que cette réparation se fera...incha'Allah

Mimouni Djelloul 29/09/2019 10:36

Madame la sous préfete est une sensible, elle n'a pas supportée le récit du sort qui nous à été réservé. M. Moussaoui la prochaine fois excusez vous d'avoir été victime de toutes ces humiliations.

pimprenelle34 29/09/2019 09:06

je ne comprends pas que les propos de Mr Faride MOUSSAOUI aient été jugés choquants. Il n'a dit que la vérité; mais on le sait la vérité n'est pas bonne à dire car "celui qui dit la vérité il doit être assassiné" paroles d'une chanson bien d'actualité

Laur 29/09/2019 01:32

Dans le seul camp de Rivesaltes, « On a recensé à l'heure actuelle 149 personnes décédées dont les trois quarts sont des enfants, surtout âgés de moins de 2 ans. Les causes : le froid, les mauvaises conditions de vie, le traumatisme lié à ce départ précipité pour les femmes enceintes, les maladies » l’historien A.Moumen Midi Libre, 19 mars 2016
Ce sont ces morts par manque d'humanité dans les camps de la honte qui devraient susciter votre indignation Madame!
Merci à vous Monsieur Moussaoui de rappeler leur calvaire et nos souffrances toujours présentes et niés par certains serviteurs de l’État, au service de tout les citoyens et donc des harkis.

laura 29/09/2019 01:22

Cette stratégie d’intimidation, de culpabilisation, d’anathème visant un seul dans le public, celui qui dit la réalité du vécu des harkis, vérité et souffrance que l’on veut étouffer. ’Il s’agit ni plus ni moins que d’effacer le réel, ce déni tenant lieu de politique depuis 57 ans.
Qu’auriez-vous dit, Madame la sous-préfète à Maurice Allais ? Maurice Allais : l'abandon et les massacres des Harkis sont : "Une des plus grandes ignominies, une des plus grandes hontes de toute l’Histoire de France, Nous sommes en train de commettre quelque chose d'horrible, d'irréparable […] La politique qui, implacablement, est mise en œuvre, constitue un crime contre l’humanité. [..] Ma conscience me dicte de protester contre ce crime. Tout n'est qu'ignominie et déshonneur."

Ali 29/09/2019 00:15

C'est scandaleux !
Honte à vous ! Honte à ce gouvernement ! Vous nous insultez publiquement avec l'aval de votre parti. Vous devriez démissionner. Vous n'êtes pas à la hauteur de votre fonction. Vous bafouez la mémoire de nos parents le jour que le Président Monsieur Chirac paix à son âme a eu la grandeur et le courage de mettre en place.
Nous devrions tous nous rejoindre le 25 septembre prochain pour soutenir ce cher monsieur et qu'enfin cette journée soit la nôtre, pleinement sans colonisation psychologique.
C'est l'occasion de nous regrouper pour démontrer notre union et notre force et ne courbons plus l'échine devant qui que ce soit. Nous devrions rester fiers.
La sous-préfète ? Ne se comporterait t-elle pas en de sous-préfète ?
À vous de juger.

Djafour mohamed 28/09/2019 22:47

J'apporte mon soutien total à Farid Moussaoui qui a eu le courage de dire des vérités que nos autorités et nos élus ne veulent toujours pas entendre !!!
Farid, je te félicite pour ton courage et te remercie de ne pas faire partie des minables béni oui oui et des cireurs de bottes qui portent la responsabilité de l'échec de notre combat. MERCI MON TRÈS CHER COMPATRIOTE.

Janet 28/09/2019 22:11

Bonjour,
Oh mais ça alors ! C'est quand même fou ! Inverser les rôles...ce sont les harkis qui se comportent mal ! Mais où va-t-on ? C'est un gouvernement qui ne montre que du mépris et surtout la journée d'hommage aux harkis et nous devrions pas dire la vérité sur notre histoire...qui fait mal à entendre tellement elle est horrible mais elle a été terrible pour nous ..nous qui l'avons subit ! Et aujourd'hui pour ne pas froisser les susceptibilités il faudrait se taire ou travestir l'histoire...et bien non...cher monsieur vous avez bien fait. Vous ne faites que crier une vérité qu'ils ont délibérément voulu enterrer. Bravo vous avez tout notre soutien.