Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

lettre de mohamed djafour au préfet de l'aveyron

Une  lettre poignante d'un fils de harkis Mohamed Djafour

lettre de mohamed djafour au préfet de l'aveyron
lettre de mohamed djafour au préfet de l'aveyron

*******

Dorénavant, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire sous chaque article en bas à gauche, dans commenter cet article

l'Association Départementale Harkis Dordogne Veuves et Orphelins, et le site http://www.harkisdordogne.com/ Périgueux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mohamed kerfaoui 25/06/2015 11:15

bravo mohamed djafour votre lettre est pleine de noblesse le préfet n'a fait que lire ce que les flnistes au pouvoir actuellement lui ont envoyé. Ces messieurs droite et gauche réunies abreuvent les français de chiffre pour faire croire le travail accompli ON EST pas dupe notre combat continue la France doit reconnaitre l'abandon des harkis.

Catherine 24/06/2015 23:27

Bonjour,

Votre lettre est bouleversante. Petite fille d'immigrés italiens et française, j'aime les harkis comme des frères. je les admire, nous sommes frères de sang(par le sang versé, par leurs souffrances). Leur abandon est une honte! Harkis, des français vous aiment et souffrent avec vous.
Catherine

DJAFOUR Mohamed 24/06/2015 12:03

Bonjour François. Cela fait longtemps qu'on ne s'est vu. Depuis le 12 mai 2012 (ou 2013) à Paris.
Merci pour ton compliment et je te donne raison pour ce qui est défendre notre honneur et notre dignité face à tous ces salopards qui se croient tout permis en nous insultant et en nous humiliant publiquement. En tout cas, en ce qui me concerne, j'essaye de ne rien laisser passer. Mohamed.

BENREDJEM François 23/06/2015 18:32

Bonjour,
Cette lettre de notre ami Mohamed DJAFOUR m'a beaucoup touché. Elle fait honneur à tous les Harkis.
Je souhaiterais pour ma part qu'elle soit diffusée très largement sur tous les sites.
Mohamed nous montre là un bel exemple de ce que nous, enfants de Harkis ne devons jamais oublié : garder la tête haute et ne plus jamais accepter d'être traité comme des sujets de l'époque coloniale !
Bien à vous tous.

Et vivent les soldats Harkis, soldats de France !

François BENREDJEM
Président de l'Association Défense et Avenir des Harkis (A.D.A.H.)